Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pédagogies de l'échec
Théâtre des Halles  (Avihnon)  avril 2015

Comédie dramatique de Pierre Notte, mise en scène de Alain Timár, avec Olivia Côte et Salim Kechiouche.

Après une catastrophe, une tour de bureaux s'est effondrée, on ne sait dans quelles circonstances et ne subsiste à ciel ouvert surplombant les ruines, qu'un semblant de ce qui fût un bureau.

Sur celui-ci, deux de ses occupants, deux collègues : la cadre et l'assistant, qui vont devoir gérer l'après. Tandis que des échafaudages sont installés pour rien, car ce qui s'est effondré n'est pas réparable, les deux continuent à faire comme si.

L'attente était grande de voir la rencontre entre l'univers de Pierre Notte, auteur prolifique qu'on ne présente plus et Alain Timar, metteur en scène de talent et directeur du Théâtre des Halles d'Avignon qui a choisi de mettre en scène ce texte. Dès les premières minutes de ce nouveau spectacle, on sent que cela fonctionne.

Sur la scène immense, seul un plan légèrement incliné à quelques mètres du sol (mais qui évoluera bientôt...) sert d'aire de jeux pour les comédiens. Autour au sol, des tissus froissés figurent un décor post-apocalyptique dont les deux personnages portent aussi sur eux les marques : vêtements striés de blanc, maculés de poussière ou de plâtre.

Peu à peu, ils s'apercevront qu'autour, tout a disparu. Pourtant, elle, la supérieure, semble faire comme si rien n'avait eu lieu et lui réclame un rapport sur un dossier en cours dont lui ne voit aucunement la nécessité. La volonté de maintenir à tout prix illusoirement le fonctionnement de l'entreprise créé le burlesque. L'affrontement peut commencer.

Dans ce texte étincelant, Pierre Notte aborde de façon détaillée un thème jamais autant exploité dans son œuvre : le rapport au travail. La façon dont apparaît la relation, standardisée, hiérarchisée à l'extrême, prête à rire autant qu'elle glace. Au fil des répliques, on découvre les petites animosités entre collègues, les jalousies et l'absurdité d'un monde basé sur les apparences où la cadre est le pur produit d'une entreprise qui l'a "déshumanisée" totalement à force de rentabilité et de compétitivité forcenées.

Elle aura d'ailleurs un cri de douleur qui résume tout son personnage quand elle perdra ses cartes de visites tombées dans le vide : "mon réseau c'est toute ma vie !". Tout le grotesque naît de la confrontation entre ces deux caractères antagonistes : elle, qui se raccroche désespérément à la seule chose qu'elle a, son pouvoir, et lui qui vit les choses avec beaucoup plus de bon sens, convaincu de ne pas vouloir plus de prérogatives (mais attaché néanmoins à ses habitudes et au seul élément de vie dans son bureau, son ficus).

Etant peu à peu forcée de voir la réalité, elle maintiendra le plus longtemps possible le rapport dominant/dominé jusqu'à ce que les choses s'inversent... La fin lui fera prendre conscience de son infinie solitude et de son besoin vital de rapport humain.

Le duo choisi par Alain Timar fonctionne à merveille. Olivia Côte nous régale de son personnage de cadre au bord du burnout, évidemment représentative de toute une génération. Sa sensibilité doublée d’une large palette de jeu (lorgnant même vers le clownesque) est efficace, son personnage nous parle tant il est révélateur de l'échec de notre monde occidental.

Lui, c'est Salim Kechiouche dont la sympathie et la simplicité de jeu provoquent instantanément l'empathie du public. Son personnage au contraire de sa collègue, vit les choses avec générosité et lucidité. Dirigés avec une grande précision, ils sont épatants.

Avec ces deux excellents interprètes, les répliques courtes acérées mais irrésistiblement drôles de Pierre Notte font mouche. On a l'impression d'assister à un match de ping-pong entre deux champions qui se renverraient les balles inlassablement et dont aucun ne voudrait lâcher le moindre point. La mise en scène d'Alain Timar, élégante et soignée, fait ressortir avec le plus d'acuité possible la portée à la fois drôle et tragique du texte.

"Pédagogies de l'échec", comédie cruelle, nous renvoie à notre monde malade qui telle la plateforme qui s'incline de plus en plus pour finir à quarante-cinq degrés (jusqu'à demander aux comédiens de vraies prouesses physiques et offrir un final haletant), sombre peu à peu dans l'abîme. A moins qu'il ne reste peut-être une possibilité de créer un rapport autre, plus humain. Et de sauver la vie.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=