Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Antonioni, aux origines du Pop
Cinémathèque française  (Paris)  Du 9 avril au 19 juillet 2015

La Cinémathèque française présente une passionnante rétrospective consacrée au cinéaste italien Michelangelo Antonioni, qui a déjà fait l'objet d'une exposition à Ferrare, sa ville natale, puis à Bruxelles avec toujours en maître d'oeuvre Dominique Païni, écrivain, critique, théoricien du cinéma et ex-directeur de la Cinémathèque française, qui en propose cependant une approche différente à chaque étape.

A Paris, intitulée "Antonioni, aux origines du Pop", et organisée en collaboration avec Maria Luisa Pacelli et Barbara Guidi de la Galeire (Gallerie d'Art Moderne et contemporain de Ferrare, et Matthieu Orléan chargé des expositions temporaires à la Cinémathèque française, elle s'articule autour de la mise en perspective et en résonance de l'oeuvre antonionienne avec l'art moderne et l'art contemporain.

Michelangelo Antonioni, "le peintre des bleus à l'âme"*

En effet, Dominique Païni ne conçoit pas une exposition consacrée à un cinéaste comme une petite brocante avec monstration anecdotique de costumes, décors et photos de plateau mais, nonobstant la présentation incontournable de quelques extraits de films, comme une proposition de décryptage d'une oeuvre filmique dans sa globalité à travers l'homme qui l'a conçu et réalisé.

Et ce, en partant de sa conception du cinéma comme un art plastique, d'une approche transdisciplinaire révélant les interactions synergiques entre les arts, et, en l'occurrence, du postulat que le cinéma antonionien ressort à l'abstraction métaphysique.

Soutenue par la scénographie à la ligne épurée élaborée par Nicolas Groult et Sylvain Roca, l'exposition se tient dans un unique espace de 600m², dont le volume est préservé de toute redistribution, à dominante de blanc et gris rythmée par quelques rares aplats de couleur en écho avec l'esthétique de l'oeuvre.

Formellement, elle est construite, comme l'indique le commissaire, sur le mode du plan-séquence, technique de prédilection du cinéaste et ressort également à un travelling avant bilatéral matérialisé par une longue vitrine centrale consacrées aux documents iconographiques.

Celle-ci porte le regard vers un point de fuite constitué par un mur en immense pêle-mêle d'agrandissements d'aquarelles peintes par Antonioni en quête non de l'inaccessible étoile mais des "Montagnes enchantées".

De part et d'autre, le parcours est scandé par des sections chrono-thématiques qui retracent le triangle d'or antonionien avec ses films-culte.

Rome avec "L'avventura", "La Nuit", "L'Éclipse", "Le Désert rouge","Identification d'une femme", Londres et "Blow-Up") et Hollywood avec "Zabriskie Point", "Profession : reporter".

Egalement sa quête de style et d'une actrice-muse, en premier lieu, Lucia Bose, déclinaison transalpine de la sulfureuse Louise Brooks qui fascinait Antiononi, puis son antithèse avec la blonde Monica Vitti expurgée des clichés de la femme italienne.

Par ailleurs, la navigation avec les documents d'archives met en lumière la nature auto-existentielle et introspective de sa création artistique.

Toutes dialoguent avec la peinture italienne de la première moitié du 20ème siècle, du futurisme avec Giacoma Balla, de la "metafisica" avec Giorgio de Chirico, du matiérisme avec Alberto Burri et de l'épure contemplative de Giorgio Morandi, puis avec l'expressionnisme abstrait de Mark Rothko.

Le parcours se clôt avec une section intitulée "AntonioniContemporain" qui réunit des oeuvres d'artistes contemporains, qui entrent à leur tour en résonance avec l'esthétique antonionienne.

Et le dernier film d'Antonioni, un court-métrage intitulé "Regard de Michel-Ange" dans lequel, comme un retour aux sources, le cinéaste devenu aphasique interroge l’idéal classique de la Renaissance et le silence.

Bien évidemment, l'exposition est accompagnée, dans le même lieu, d'une rétrospective complète de son oeuvre filmée à voir absolument.

 

* Titre de l'article de Valérie Lejeune publié dans Le Monde lors du décès du cinéaste ien 2007 avec inspiré du titre du roman de Françoise Sagan qui, au demeurant avait soutenu son film "L'avventura" lauréat contesté du Prix du jury au Festival de Cannes en 1960.

En savoir plus :

Le site officiel de la Cinémathèque française

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Cinémathèque française


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=