Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Malvina Meinier
Home  (Midnight Special Records)  mars 2015

Tous les ans, sortent de nombreux CD autoproduits. Rares cependant passent l’épreuve du temps.

Il y a un plus de deux ans, intrigué par un post dithyrambique d’un certain Oliver Peel, je commandais The Wise One, premier disque d’une artiste âgée d’une vingtaine d’années, sans toutefois avoir la moindre idée du choc à venir.

Œuvre écrite pour piano, voix et violoncelle, ce disque, dès sa première écoute, révélait une voix totalement ensorcelante et une compositrice hors pair. Comme nombre de ceux qui l’ont découvert en 2012, j’ai usé ce CD jusqu’à la corde.  S’il est aujourd’hui épuisé, ses titres restent disponibles sur Bandcamp. Parmi les 11 titres, "Covered In Silence" : Malvina y utilise sa voix comme d’un véritable instrument et vous happe de son univers. J’envie ceux qui ont encore à découvrir cet album. Nabil Yaouch en fera d’ailleurs la bande originale du film Les Chevaux de Dieu dans une version légèrement réarrangée (sélection officielle : "Un certain regard du Festival de Cannes").

A cette même époque, Malvina rencontre Marius Duflot, avec qui elle va désormais évoluer vers des sons plus électro comme en témoigne "Drawing Roads", le fruit de leur première collaboration.

Avant sa sortie, Home est présenté comme un album conceptuel électronique basé sur les sons de l’espace et certains travaux de la NASA. Cela inquiète un peu, intrigue beaucoup. Le premier extrait de Home sera "Waverer" dont Lucas Laurent tirera un clip où on retrouve une Malvina sublimée par le maquillage d’Anthony Preel. Ce titre au rythme assez martial est assez représentatif de Home.

Alors qu’est-ce que Home au final ? C’est à mon sens la collision-fusion de deux univers : celui de la musique classique dans laquelle Malvina a baigné dès son plus jeune âge avec celui de la techno la plus inventive dans laquelle elle a plongé avec Marius Duflot. Les diverses machines construites pour l’album par Marius y côtoient des instruments plus classiques, de nombreux instruments à vent notamment. Il faut également signaler le son d’un orgue que les deux complices ont samplé tuyau par tuyau.

Mais Home, c’est aussi le disque qui voit Malvina prendre des risques au niveau vocal. A l’extrême beauté du chant sur The Wise One, succède une série d’expérimentations vocales assez passionnantes. L’influence de Björk sur certains titres est indéniable mais la maîtrise vocale est telle que ces "Björkeries" sont une des qualités de l’album. De plus, la chanteuse n’y perd pas son identité. Il faut enfin voir Malvina sur scène. L’intensité physique qu’elle met dans l’interprétation de certains titres comme "Present" est impressionnante.

Home est aussi un album d’harmonies déconstruites mais foisonnantes. Moins évident que The Wise One, Home est tout aussi enthousiasmant. C’est un disque que chaque nouvelle écoute rend un peu plus indispensable. A vous désormais d’explorer les étoiles de la galaxie Meinier ! Je gage pour ma part qu’à 26 ans, cette enfant des étoiles n’a pas fini de nous surprendre.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Malvina Meinier
Le Soundcloud de Malvina Meinier
Le Bandcamp de Malvina Meinier
Le Facebook de Malvina Meinier


Philippe Ache         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=