Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un amour qui ne finit pas
Théâtre de l'Oeuvre  (Paris)  mai 2015

Comédie de André Roussin, mise en scène Michel Fau, avec Léa Drucker, Pascale Arbillot, Pierre Cassignard, Michel Fau, Audrey Langle et Philippe Etesse.

Michel Fau, comédien et metteur en scène qui connaît ses classiques et l'histoire du théâtre contemporain, puise judicieusement dans le répertoire d'auteurs dramatiques à la notoriété établie en "exhumant" parfois des opus délaissés sinon oubliés dont la singularité attise l'intérêt du public et renouvelle le plaisir du jeu pour les comédiens.

Ainsi, après "Nono" de Sacha Guitry et "Demain il fera jour" de Henry de Montherlant, il a choisi "Un amour qui ne finit pas" de André Roussin, grand nom du théâtre de boulevard de l'après seconde guerre mondiale, et ce,pendant plusieurs décennies, opus dont le titre, contrairement à "La Petite Hutte", "Les Œufs de l'autruche", "Nina", "Lorsque l'enfant paraît" ou "La Mamma" qui ont fait les beaux jours de "Au théâtre ce soir", ne vient pas spontanément à l'esprit.

Cette partition, qui s'inscrit dans dans le registre du théâtre de la conjugalité, ressortit à la curiosité car l'auteur procède, à partir d'une intrigue marivaldienne, à une e hybridation des genres aussi singulière que réussi qui a sans aucun doute séduit Michel Fau.

En effet, André Roussin y dissèque avec une grande acuité psychologique, et sociale, les relations quadrangulaires de deux couples de petits bourgeois inaccomplis à défaut de progéniture aux prises avec les illusions et les désenchantements de l'amour.

Il décline, dans l'un, le vaudeville à la Feydeau avec ses personnages archétypaux de mari bas du front et imbu de ses prérogatives maritales et de femme sans tempérament pour qui le mariage est synonyme d'amour dès lors que l'époux subvient à ses besoins sans être ennuyeux, tout en pervertissant l'un de ses fondamentaux qu'est le fameux trio devenu quatuor, et, dans l'autre, la guerre des sexes à la Strindberg avec une satire grinçante de l'enfer conjugal.

Par ailleurs, cette "comédie vs drame" est menée sous la forme d'une comédie de boulevard, toutefois délestée de certains de ses codes, tels ceux du comique appuyé et des "portes qui claquent", et dont les dialogues ciselés évoquent ceux des comédies d'esprit à la Guitry.

Après une brève floraison, le couple de Jean et Germaine a pourri sur pied. Lui s'est dispersé en liaisons qui l'ont laissé d'autant plus inassouvi qu'elles sont désamorcées ou gangrenées par une épouse jalouse, inquisitrice, vindicative et manipulatrice dont les seules préoccupations consistent à écarter le spectre du divorce et écraser dans l'oeuf toute velléité de bonheur. Il aurait pu partir, il est resté et le couple fonctionne désormais sur le mode de de la danse de mort.

Malgré ces vicissitudes, en quête d'un amour idéal, absolu et éternel, un "amour rêvé" qui ne peut être ni altéré ni détruit, Jean, amoureux "claudélien" de l'amour plus que des femmes, propose une liaison unilatérale et platonique à une belle inconnue croisée dans un établissement thermal.

Celle-ci accepte mais en informe son mari qui s'en inquiète et qui, à son tour, en informe l'épouse de "l'amant". Ce qui aurait pu être un délicieux et mondain jeu de l'amour sans hasard va provoquer une collision dramatique.

Michel Fau monte la pièce avec sagacité dans son contexte contemporain du début des années 1960 dans un décor très graphique en noir et blanc à la Jean-Christophe Averty conçu par Bernard Fau qui divise le plateau en deux espaces scéniques en miroir, un côté déco, un côté cossu, ses costumes vintage ad hoc de David Belugou et la musique de scène originale composée par Henri Sauguet.

Il assure un direction d'acteur qui n'appelle pas de réserves et se manifeste même pour les rôles secondaires bien tenus par Audrey Langle dans le rôle de la double bonne, la gourde et la délurée, et par Philippe Ettesse dans une élégante composition de vieil inverti proustien.

En tête d'affiche, des comédiens aguerris à la scène, bien distribués en terme d'emploi, qui maîtrisent une partition délicate car faite de ruptures dont ils déjouent habilement les pièges et difficultés.

Michel Fau, également au jeu, campe parfaitement, et avec son sens de l'humour habituel et une remarquable sobriété qui tempère son appétence pour la déclamation baroque, celui par lequel le drame se noue et dont la sérénité découlant de son entrée en amour céleste déstabilise tous les autres.

Pierre Cassignard est parfait en mari impétueux et soucieux de ne pas porter la coiffe cornée face à Pascale Arbillot, délicieuse en robe style Courrèges et bottes vernies dont le jeu fébrile convient à son personnage de femme apparemment futile et ballottée par des événements et des hommes qui font fi de son auto-détermination.

Quant à Léa Drucker, parée des atours intemporels de la bourgeoise bcbg, tailleur chiné, chemisier col cravate, sautoir, escarpins bicolores et chignon bouclé, elle explose dans tous les sens du terme dans le rôle de l'épouse harpiesque.

Toujours sur le fil du rasoir de cette comédie acide, jubilatoire et cruelle, car comme l'auteur l'indique au détour d'une réplique "toutes les comédies sont des drames", même si, en l'espèce, il n'y a pas mort d'homme, et qu'il conclut par une pirouette, cet irrésistible quadrille oeuvre dans une belle synergie chorale qui ravit.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=