Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Evelyne Gallet
Nuits blanches avec un hibou sage  (Samedi 14 / L'Autre Distribution)  mars 2015

C’est tout d’orange vêtue qu’Evelyne Gallet revient avec ce quatrième album : Nuits blanches avec un hibou sage. Après deux albums studios et un live, des concerts et des salutations de la critique. Evelyne Gallet a gagné plusieurs prix, dont un prix à Sémaphore en chansons, signe d’un son avant-gardiste et intelligent, et un prix Jacques Brel, signe d’une poésie acérée et viscérale. Nous sommes donc en droit d’exiger de l’audace et de la finesse dans ce quatrième bébé.

Je ne saurai dire pourquoi la pochette faite d’un fastidieux laçage d’une chaussure m’a interpellée, toujours est-il qu’il vit dans mes oreilles. Les premières notes sont un glouglou à cordes, la voix est rieuse et le ton cynique… délicieux.

Et les paroles ? En français évidemment. La langue du calembour et des jeux de mots. Comment ne pas penser aux "Vieux" de Brel avec "Les vieux amoureux" : "il s’étreignent à demi et s’accouplent qu’à moitié, ils se recroquevillent derrière le poids des ans", en toute tendresse. Evelyne Gallet n’écrit pas ses textes, et on ne lui en veut pas, elle est une formidable interprète pour des poètes contemporains (mais où les a-t-elle dénichés ?) et d’autres qui traversent les âges, comme le lapidaire "Les gens" de Matthieu Côte : "les gens font la gueule dans le métro, les gens ne savent plus en qui croire, les gens sont de plus en plus gros, les gens ne comprennent rien à l’art…".

D’un destin de vendeuse de lingerie : "on dit tout dans ces cabines d’essayage, comme un confessionnal tout en dentelles et voilages" ("Lingerie fine"), d’une triste troubadour : "Y’a que trois cordes à mon banjo pourri, une qui pleure, une qui rêve, une qui rit, celle qui pleure je fais semblant qu’elle rit, celle qui rêve j’en joue qu’dans mon pays" ("Dans mon pays"), d’une histoire d’amour entre un épouvantail et une hirondelle à la compréhension du punk : "comme la poule, le punk a une crête, mais on le dit plus évolué", de l’argent, du temps qui passe, des bébés, de sa vie de maman, Evelyne Gallet chante les facettes de son quotidien coloré.

Enregistré en conditions "scène", c’est-à-dire avec un seul micro et son orchestre, devant les spectateurs imaginaires du Train Théâtre après la fermeture, le son de l’album est différent, plus direct, plus cinglant, il correspond à l’univers de l’artiste : sans tomber dans le vulgaire ou l’insulte, elle décape des détails anodins avec la joie enfantine d’un cadet qui invente des pouvoirs magiques aux meubles anciens, ceux qu’on ne fréquente que par habitude mais qui s’avèrent de réels tremplins à la fantaisie. Entre pianos et accordéon, les paroles prennent le dessus sur la musique.

Un peu comme la fille qui se rêvait parisienne (ça me gêne, ça me gêne), qui le devient dans toute sa splendeur et ses vices, et qui finit par avoir des rêves bo-bo en forme de retour à la terre (et en méprisant ceux qui en viennent) : tondre des moutons loin de la pollution. Une ironie à laquelle Boris Vian ou Raymond Queneau auraient bien goûté. Marie-Paule Bel (Je ne suis pas parisienne !) prête son air à "Je n’suis pas" : "je n’suis pas économiste, ça m’attriste, ça m’attriste".

De la belle chanson française, fraiche, légère, audacieuse et complice, faisant la part belle aux clichés et aux a priori, dans la bonne humeur et la tendresse. Un beau moment de musique entre amis consentants.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La fille de l'air de Evelyne Gallet

En savoir plus :
Le site officiel de Evelyne Gallet
Le Soundcloud de Evelyne Gallet
Le Bandcamp de Evelyne Gallet
Le Facebook de Evelyne Gallet


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=