Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arcade Fire
Interview  (Paris)  1er mars 2005

Funeral, le premier album d'Arcade Fire sort enfin en France. L'album est en fait disponible depuis six mois en import et récolte un peu partout des chroniques dithyrambiques. L'occasion de discuter avec Régine Chassagne et Win Butler, les deux piliers de ce collectif canadien.

Pouvez-vous revenir sur les conditions de formation d'Arcade Fire.

Win était aux Etats-Unis, au Texas. Il a fait un peu d'études, mais ça ne le passionnait pas plus que ça…Il est parti à Montréal, un peu comme ça, sans trop réfléchir. On s'est rencontré deux semaines après son arrivée. Moi j'étudiais le jazz et je faisais de la musique médiévale. On a commencé à écrire des chansons, et aussi à sortir ensemble.

Et en ce qui concerne les autres membres du collectif ?

On a enregistré une démo dans une grange avec des amis glanés ça et là. Après, le groupe s'est dissout, et Richard (Reed) qui nous avait enregistrés venait de se séparer de son groupe. Will Butler, le frère de Win est arrivé de Chicago, entre deux cours de fac. Maintenant le line-up est stable…

Les éloges foisonnent au sujet de votre disque, votre concert au nouveau Casino est complet… Vous réagissez comment à tout cet abattage médiatique ?

Nous ne réalisons pas trop ce qui nous arrive. C'est assez excitant. On a tous très hâte de jouer ce concert à Paris. Nous sommes assez surpris pour le disque, mais bon, nous ne sommes pas naïfs…Les gens sont toujours attirés par la nouveauté. Peut être que notre prochain album sera une déception…

Il y a une certaine effervescence créatrice au Canada. Un tas de nouveaux groupes talentueux débarquent (The Dears, Metric, Broken Social Scene….) Que se passe-t-il donc en ce moment au Canada ?

Je ne sais pas. C'est peut-être parce que le genre de musique jouée par ces groupes répond à une certaine attente du public…

Venant de Montréal, êtes-vous proches de groupes comme Godspeed You Black Emperor, de toute cette scène "Constellation" ?

Pas vraiment, nous sommes surtout proches géographiquement, c'est tout…

Pendant l'enregistrement de l'album, certains membres ont été touchés par la mort de proches… L'album s'est-il fait dans la douleur ? Avez-vous eu la volonté de faire un album concept ?

Non, pas du tout. En fait cet album est rempli de double-sens. La plupart des chansons écrites n'ont pas de rapport avec la mort des proches du groupe. Les décès sont venus plus tard, vers la fin de l'enregistrement Les funérailles ne sont pas forcément tristes. Les enterrements sont parfois l'occasion de voir des gens de la famille que l'on ne voit jamais…

Donc cet album n'est pas une catharsis… ?

Non, la musique n'est pas une thérapie pour nous… Nous sommes motivés par la création artistique. Certaines chansons étaient écrites depuis quatre ans. Nos morceaux ne contiennent pas uniquement d'éléments autobiographiques. Ils laissent aussi part à l'imaginaire…

Comment se passe la composition au sein d'Arcade Fire ?

Win et moi composons les chansons ensemble. Tim et Richard nous aident beaucoup pour les arrangements. On est toujours ensemble avec Win, (sauf maintenant, car Win est introuvable…), donc c'est un travail de composition collective. Win écrit pas mal de paroles, mais moi j'en écris également.

Vos textes sont influencés par la littérature ?

Win lit beaucoup d'auteurs russes. J'ai lu beaucoup de littérature médiévale, des choses assez bizarres, en vieux français.

Quelles sont vos influences musicales ?

Je n'ai pas vraiment de culture rock indépendant. Win a écouté beaucoup de pop-rock, Cure, New Order, Echo & the Bunnymen…

On aurait pu vous retrouver sur le label constellation, mais vous avez signé sur Merge. Pourquoi ? (On a retrouvé Win !!!!)

Le son constellation est très stéréotypé, nous ne rentrons pas vraiment dans leurs critères. Je suis assez content d'être sur Merge. Et puis ce n'est pas un label hype. Ils ont toujours fait un boulot énorme pour la musique indépendante. Ca fait quinze ans qu'ils sont là…

La pochette de l'album est assez originale. Qui a conçu le graphisme ?

Nous avons travaillé avec Tracy Maurice, c'est une très jeune artiste de Montréal.

Pour finir, pouvez-vous résumer votre musique en trois mots ?

Après une longue hésitation : Car, Crash, Rainbow.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Funeral de Arcade Fire
Une 2ème chronique de l'album Funeral de Arcade Fire
La chronique de l'album The Suburbs de Arcade Fire
La chronique de l'album Reflektor de Arcade Fire
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
Arcade Fire en concert à la Maison de la Radio (White session) (9 mars 2005)
Arcade Fire en concert à l'Olympia (19 mars 2007)
Arcade Fire en concert à l'Olympia (20 mars 2007)
Arcade Fire en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (dimanche)
Arcade Fire en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
Arcade Fire en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (vendredi)
Arcade Fire en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
Arcade Fire en concert à Halle Tony Garnier (vendredi 26 novembre 2010)
Arcade Fire en concert au Festival International de Benicàssim #17 (dimanche 17 juillet 2011)
Arcade Fire en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du 13 au 16 juillet 2017
Arcade Fire en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=