Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Maison de Bernarda Alba
Comédie Française  (Paris)  mai 2015

Comédie dramatique de Federico Garcia Lorca, mise en scène de Lilo Baur, avec Claude Mathieu, Véronique Vella (en alternance Anne Kessler), Cécile Brune, Sylvia Bergé, Florence Viala, Coraly Zahonero, Elsa Lepoivre; Adeline d'Hermy, Jennifer Decker, Elliot Jenicot et Claire de La Rüe.

Connue en France sous le nom de "La Maison de Bernarda Alba", cette œuvre essentielle du grand poète espagnol Federico Garcia Lorca évoque avec force la volonté de pouvoir d’une mère sur sa progéniture, imposant l’absurde arrêt de la vie pour contrer sa mort, inscrite inéluctablement.

Veuve anéantie, flanquée de six filles restées "filles", Bernarda clôt sa maison, appuyée sur une tradition âpre de long deuil, pratiquée en Andalousie, détruisant l’espoir en l’avenir, niant le désir naturel de l’autre sexe, exerçant sa férule matriarcale avec sauvagerie. La révolte gronde mais l’ordre imposé règne, jusqu’au jour où…

Cette pièce forte et universelle, jamais montée du vivant de Lorca, frappe par sa densité, la violence des sens, la chaleur présente du climat du Sud.

Pièce sur les femmes, où l’homme est phantasme, ombre introduite, voix allant aux champs, désir entrevu, elle ne saurait être apparentée à un brûlot féministe et le metteur en scène Lilo Baur - malgré un e saugrenu à "metteur" - l’a bien compris.

Suissesse, elle parait transposer toutefois l’action dans un lieu d’elle plus connu que l’Espagne incandescente, seule réserve à une réussite esthétique évidente, due également à la scénographie savante d’Andrew D. Edwards, aux costumes d’Agnès Falque et aux lumières "éclairées" de Fabrice Kebour. Pas d’abus de musique couvrant le texte, celle de Mich Ochowiak s’écoutant agréablement.

La distribution est éclatante, comme toujours dans cette maison. Cécile Brune est Bernarda, impériale, étouffante mante religieuse se délectant des femelles issues de son ventre, terrible, implacable, souveraine. Anne Kessler, parfaite dans le rôle d’Angustias, vieille fille encore vibrante fait face à Sylvia Bergé et Elsa Lepoivre, métamorphosées en laiderons, époustouflantes,

Claude Mathieu, irrésistible et ricanante servante, aux côtés d’Adeline d’Hermy, bouleversante Adela résistant à la furie de la mère, Claire de la Rüe du Can, excellente et Elliot Jenicot, le loup-garou, l’Homme avec un H majuscule comme une échelle d’évasion, à son habitude, déroutant de présence.

Toute la troupe est au diapason. L’émotion monte, comme la température. Peinture cruelle et irrespectueuse de la domination féminine, drame poétique sur le deuil de l’autre sexe, texte ultra-contemporain sur l’enfermement intime, cette "Maison de Bernarda Alba" provoque par son amertume, liqueur non éventée.

 

C-L. Morel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=