Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moby
Hotel  (Labels)  mars 2005

Bienvenue dans l'Hotel particulier de Moby : que les voyageurs de passage se rassurent, le service room ne devrait pas vous décevoir ... Nouvel album et nouveaux visuels, le lutin new-yorkais, au crâne rasé, vient nous apporter sa galette sur un plateau d'argent.

Si le son Moby est très reconnaissable, ce nouvel album inaugure pourtant de nouveaux horizons musicaux, tout en restant dans la dimension pop electro grand public. Déjà encensé par la presse musicale, l'Hotel de Moby se donne pour ambition de conquérir la tête des charts mondiaux avec une légèreté qui ferait presque pâlir les plus grandes stars du milieu.

Moby est un artiste hyper intelligent, ultra mesuré, la preuve est toute évidente dès le titre d'ouverture de ce nouvel album. Avec une efficacité redoutable, le chaman semble délaisser les grands airs de Play , l'un des disques les plus vendus ces dix dernières années.

Mais quelles sont ces voix mystérieuses?

Grande nouveauté, et pour la première fois dans sa discographie, Moby assure de bout en bout la partie vocale de cet album, accompagné pour l'occasion de la chanteuse Laura Dawn . Du coup, avec deux voix absolument sensuelles, Moby est bel et bien le maîre des lieux, du moins de son Hotel particulier enregistré en plein Manhattan. Tel un dialogue d'un titre à l'autre entre Laura et Moby, les airs se font plus clairs et largement moins imprégnés de samples parfois désagréables et répétitifs.

A part le premier single "Lift Me Up", évidemment taillé pour la radio, l'ensemble donne pourtant une impression incroyable de cohérence et de facilité. "Raining Again" est lui aussi un single évident mais beaucoup plus travaillé que son grand frère : rythmes entrainants, effets d'échos dans les paroles, en bref tout y est.

Les fans d'électro devront attendre le titre "Very" pour voir leurs voeux exaucés puisque le lutin américain les fait gentimment patienter dans le hall de réception. Certes, on ne peut pas nier que Moby est un artiste pop electro, cela ne fait aucun doute ; mais en parcourant patiemment cette galette, nous devons nous ranger derrière un avis beaucoup plus modéré sur la question.

Les titres "Temptation" , "Dream About Me" , ou encore "I Like It" nous indiquent cette toute nouvelle approche rythmique et relativement lente de par une utilisation quasiement redondante d'un simple piano sur lequel les voix se posent. Tel un papillon dans un environnement calme et luxuriant. Autrement dit, aucun "bip" ni "loop" à l'horizon. Le titre "Love Should" exprime à lui tout seul cette atmosphère profonde, parfois érotique, parfois planante.

Nous attribuons, sans contestation, 4 étoiles à cet Hotel résolument moderne construit par Moby. Telle une vue imprenable sur le monde (la pochette de l'album en donne la figuration parfaite), c'est un bien bel album qui devrait se retrouver rapidement entre vos mains expertes.

Ne cherchez plus l'endroit miteux et moribond pour passer un agréable moment, Moby vous accueille à bras ouverts.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Wait for Me de Moby
Moby en concert à La Cigale (16 mars 2005)
Moby en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Moby en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - dimanche


JDG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=