Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shakespeare, la biographie
Peter Ackroyd  (Editions Philippe Rey)  mars 2015

Avec "Shakespeare, la biographie", l'écrivain et essayiste britannique Peter Ackroyd livre une biographie passionnante qui évite les écueils majeurs, auxquels se confrontent un genre littéraire aussi difficile à l'écriture qu'à la lecture, que sont la biographie historique, souvent rébarbative, relatant les plus infimes détails à des fins d'exhaustivité scientifique, la biographie romancée, sinon fictionnalisée et l'hagiographie à thèse.

De surcroît, en l'occurrence, l'enjeu est de taille puisqu'elle concerne le génie dramatique du 16ème siècle, figure majeure et emblématique du théâtre élisabéthain, dont la vie et l'oeuvre ont été maintes et maintes fois décortiquées tout en concourant à créer un "mystère Shakespeare".

En effet, à défaut de mémorialiste contemporain ayant relaté sa vie comme de mémoires personnelles, la laborieuse reconstitution de sa vie révèle davantage de lacunes que de certitudes, ce qui a alimenté les thèses et suscité de vives controverses quant à des éléments de sa vie privée, de son appartenance religieuse à sa sexualité, et sur la réalité même de son existence en raison de l'abondance de son oeuvre, 36 pièces écrites en 25 ans, que d'aucuns attribuent à un collectif d'auteurs ou d'acteurs ayant pris le nom de Shakespeare.

Le mérite de Peter Ackroyd tient, en premier lieu, à l'exigence d'objectivité qui sous-tend sa partition en ne cherchant pas à combler les "vides" qu'il énonce clairement tout en dénonçant les affabulations qu'ils ont générées.

A l'aide des éléments éprouvés et fiables, il livre un portrait de William Shakespeare, qui se garde d'être psychologique : un portrait social, celui d "un homme dont tout le monde vantait la douceur et la courtoisie, de bonne éducation et possédant toutes les qualités du gentleman" et paradoxal en ce que l'acteur, directeur de troupe et auteur dramatique n'était pas un artiste bohème vivant de rimes et de l'air du temps mais un homme qui avait les pieds sur terre ("cet esprit très pragmatique, doué en affaires, était capable de créer un univers de passions et de rêves").

Ensuite, cette lecture passionnante est également plaisante car Peter Ackroyd n'a pas sacrifié à la forme traditionnelle des grandes époques chronologiques aboutissant à d'interminables chapitres y préférant une succession de brefs chapitres thématiques, au délicat titrage shakespearien, alternant la recension de faits historicisés et les pertinents éclairages in situ par voie de courts essais aussi érudits que didactiques.

Ainsi, par exemple, et notamment, sur l'éducation, la vie quotidienne de l'époque à Londres, seule ville d'Angleterre, l'histoire du théâtre et l'émergence du théâtre élisabéthain en rupture avec le théâtre bâti sur l'eschatologie ecclésiatique tout en introduisant un nouveau rituel sacré, la vie des troupes de théâtre et la figure de comédiens célèbres en leur temps.

S'agissant de l'oeuvre de Shakespeare, Peter Ackroyd insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une création ex nihilo mais d'une capacité à inventer par imitation à partir de l'existant, les miracles et moralités médiévaux, ses lectures dont la littérature ancienne sur l'Antiquité ainsi que son immersion dans la vie londonienne de l'époque (Londres constituant la "principale grille de lecture de la réalité") qui en constitue le creuset.

Illustré d'exemples avec des références à ses pièces, il en dégage la genèse, les pièces personnelles, celles dans lesquelles il a joué et qu'il a "réinventé" et les pièces résultant de collaborations, les fondamentaux, notamment la rythmique musicale et la fluidité de l'action liée à des répliques courtes excluant la tirade, et l'évolution stylistique depuis les premières comédies italianisantes aux drames romanesques en passant par les pièces historiques.

Et, certes, s'il reconnaît l'apport majeur de Shakespeare, celui de "repousser le théâtre hors des contraintes du temps et d'espace", il démythifie le personnage en indiquant que "la témérité et la variété de son théâtre est due à sa popularité et au succès assurés dans sa jeunesse", succès qu'il doit à la chance d'avoir écrit pour une trouble stable, celle du Grand Chambellan, avant de fonder le Théâtre du Globe et à sa capacité à "s'être adapté au goût du public tout en contribuant à le façonner".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Trois frères" de Peter Ackroyd
La chronique de "Londres, une biographie" de Peter Ackroyd
La chronique de "Charlie Chaplin" de Peter Ackroyd


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 septembre 2018 : Autumn Sweater

Après le plan canicule estival, va-t-il falloir prévoir un plan innondation ? En tout les cas, la météo (tout du moins parisienne) a voulu nous faire savoir que l'on entrait dans l'automne. Qu'à cela ne tienne cette saison est riche en sorties de tout bord tant au niveau des disques, que des films, des livres, des expos et la reprise de la saison théâtrale. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Crave" de Léonie Pernet
"Double negative" de Low
"Sound of Papapla Vol 1" de Papapla
"Captain Tarthopom, flûtes libres" de Jean Cohen-Solal
"Faits Bleus" de Pauline Drand
"Mésopotamie" de Fantôme
Tour d'horizon du festival Hop Pop Hop #3
"Le bruit dehors" de Goël
"You vicious !" de You, Vicious !
et toujours :
"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Le Père" à la MC à Bobiny
"Mysery" au Théâtre Hébertot
"Love Me Tender" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Qui a peur de Virginia Woolf ?" au Théâtre 14
"Les mots pour le dire" au Théâtre L'Archipel
"Le bateau pour Lipaia" à la Comédie Italienne
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre de la Huchette
"Cabaret Louise" au Théâtre le Funambule-Montmartre
"Callisto et Arcas" au Théâtre des Bouffes du Nord
les reprises :
"L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Los Guardiola - La Commedia del Tango" au Théâtre Essaion
"Elodie Poux - Le Syndrome du Playmobil" à l'Apollo Théâtre
"Apzude !" au Théâtre Trévise
"Guillaume Bats - Hors Cadre!" au Théâtre Apollo
"Les Sourds-Doués - Sur un malentendu" au Théâtre Trévise
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Collections privées - Un voyage des Impressionnistes aux Fauvess" au Musée Amrmottan-Monet
"Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants" au Petit Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Rafiki" de Wanuri Kahiu
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Dans les bras de Verdun" de Nick Dybek
"Le sillon" de Valérie Manteau
"Rommel" de Benoît Rondeau
"1994" de Adlene Meddi
et toujours :
"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=