Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jay-Jay Johanson
Opium  (Kwaidan Records)  juin 2015

Hallå, il y a quelques temps, je vous avais parlé d’un groupe qui chantait souvent autour de feux de bois le long du lac Vätten en mangeant des Köttbullar à Jönköping. A l’époque, je m’en souviens, je me suis promis en mon fort intérieur de vous parler avant Midsommardagen d’un homme de Trollhättan, merveilleuse et magnifique ville baignée par le Göta älv, où il fait si bon vivre, où la vie est si douce lorsque l’on marche jusqu’au Olidans kraftverk, mais vous le savez aussi bien que moi, car je vous connais expert en géographie suédoise et féru de tout ce qui est Konungariket Sverige. Et je sais très bien également que souvent au fond de votre grand lit froid, vous vous demandez si les suédoises fantasment autant sur les français que les français fantasment sur elles, mais c’est un autre sujet que nous n’évoquerons pas ici et d’ailleurs a priori la réponse est non, mais revenons à la personne dont je veux vous parler.

- Son nom ? Jay-Jay Johanson.
- Sexe ? Masculin.
- Nationalité ? Il est Suédois.
- Age ? Il a 45.
- Signes particuliers ? Beaucoup de taches de rousseur.
- A-t-il des tatouages ? Non pas un seul.
(...)
- Profession ? Il est artiste.
- Mais attendez une seconde, de quoi est-il accuser ? D'avoir volé le cœur de beaucoup de fans français.

Et ce n’est pas nouveau, cela va faire bientôt vingt ans que Jay-Jay Johanson, le crooneur venu du froid (alerte cliché), ravit les amoureux de la tristesse, de la mélancolie et de la joie de vie toute relative, à raison d’un album tous les deux ans, même si on ne peut pas le nier, on ne va pas se mentir, il a failli perdre en route une bonne partie de ses fans, et même du public tout court, avec ses albums Antenna et Rush, où il lorgnait plus vers l’électro un peu putassière que vers la douceur dont il était coutumier.

Il revient aujourd’hui avec son dixième album Opium, le bien nommé, ce disque est une piqûre de morphine pour l’âme et le cœur, il provoque "une sensation d'extase orgasmique, un état de relaxation intense, une insensibilité totale à la douleur". Comme souvent dans les chansons de Jay-Jay Johanson, et comme avec la drogue, il est question de choses qui ne mettent pas forcément en joie de prime abord, ici nous trouverons en vrac un épouvantail, une expérience de mort imminente, une fin tragique comme dans les films, un expert en solitude... Et bien sûr de l’amour, tellement d’amour, celui dont on ne veut pas qu’il cesse, celui qui empêche de dormir ou à l’inverse celui qui manque cruellement et l’incapacité de le trouver.

Comment parler d’un nouveau de disque de Jay-Jay Johanson sans évoquer sa voix ? Ce serait comme aller à Stockholm sans succomber à l’husmanskost, une hérésie, cette voix si particulière qui n’a pas bougé aux fils des années, cette voix qui caresse, qui peut vous coller des frissons, vous retourner le cœur. Certains lui reprochaient parfois d’en faire trop, de craner plus que de crooner, c’était il y a longtemps. Désormais, Jay-Jay se sert de sa voix avec justesse, sans jamais trop appuyer, sans jamais exagérer, il l’utilise comme un instrument parfaitement maîtrisé, réussissant à jouer avec toute la gamme à sa disposition dans un même morceau avec un naturel déconcertant.

Musicalement, nous somme dans ce que Jay-Jay sait faire de mieux, un trip-hop un peu métallique et surtout mélancolique. D’ailleurs, c’est un peu comme s’il se parlait à lui-même dans "Be Yourself" : "Be yourself, Nobody does it better than you". On pourrait presque dire : "Personne n’est comme toi sauf toi", comme le chantait Valérie Leulliot. C’est dans une simplicité que Jay-Jay Johanson livre ses chansons qui ne lui a jamais autant ressemblé, c’est-à-dire débarrassées des samples, des cordes grandiloquentes, des beats se voulant dansants mais qui n’étaient qu’usants.

Attention ! Simplicité ne veut pas dire simpliste, au contraire, on retrouve tout le talent de J-J J. pour habiller les chansons d’un parfait écrin, c’est-à-dire faire apparaître ici ou là quelques petites touches bien senties d’harmonica, de cuivres ou de cordes, de piano qui souligne, d’effets de vocodeur, de claviers vintage. On retrouve également ce qui fait la marque de fabrique de Jay-Jay les petits clins d’œil aux bandes originales de films, plus Burt Bacharach que Francis Lay cette fois, un instrumental au piano confusion des genresque, les rythmes doux, déconstruits, les ambiances parfois "jazzy" (même si ça ne veut pas dire grand-chose, mais je sais que vous comprenez l’idée).

Ce n’est pas un disque qui révolutionne la musique du suédois, mais c’est un disque qui en est son aboutissement, du Jay-Jay Johanson a son meilleur, qui vous accompagnera longtemps, en toutes saisons. Et ne croyez pas un mot de ceux qui vous disent : Chansons lentes + Suède + arrangements dépouillés + voix douce = Disque d’hiver. C’est un disque parfait pour les journées chaudes comme la voix de Jay-Jay, c’est un disque parfait pour célébrer les merveilles, c’est un disque parfait quand on est amoureux, c’est un disque parfait quand on est malheureux d’être seul, c’est un disque parfait.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Rush de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album The long term physical effects are not yet known de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Self Portrait de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Spellbound de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Cockroach de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Bantam Lyons - Clara Néville - Jay-Jay Johanson - Nadéah - Matt Low - OMOH - Zebra - Perez
La chronique de l'album Bury the hatchet de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Kings Cross de Jay-Jay Johanson
Jay-Jay Johanson en concert au Bataclan (22 novembre 2005)
Jay-Jay Johanson en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Jay-Jay Johanson en concert à L'Aéronef (jeudi 17 novembre 2011)
Jay-Jay Johanson en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)
L'interview de Jay-Jay Johanson (30 août 2005)
L'interview de Jay-Jay Johanson (mardi 31 mai 2011)
L'interview de Jay-Jay Johanson (décembre 2013)
L'interview de Jay-Jay Johanson (lundi 22 juin 2015 )
L'interview de Jay-Jay Johanson (jeudi 30 mars 2017)
L'interview de Jay-Jay Johanson (mercredi 20 mars 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Jay-Jay Johanson
Le Soundcloud de Jay-Jay Johanson
Le Myspace de Jay-Jay Johanson
Le Facebook de Jay-Jay Johanson


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Jay-Jay Johanson (22 juin 2015)
Jay Jay Johanson (31 mai 2011)


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=