Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wild Idea
Dan O'Brien  (Editions Au Diable Vauvert)  mai 2015

Paris, le métro, collés les uns contre les autres, cette promiscuité que l’on n’accepterait jamais ailleurs sauf dans ces moments là. Je vais au travail, je n’ai pas le choix, frotte-toi si tu veux, mais laisse-moi juste assez de place que je puisse lire et partir loin, très loin, de l’autre coté de l’Atlantique, là où il y a des idées sauvages, des grands espaces, des horizons, du silence, de l’air quand la vie ici n’est que ville, béton, bruit, pollution, pardon j’arrive à Invalides, je reprends dans cinq minutes…

Cinq minutes plus tard, c’est-à-dire vingt minutes plus tard le temps parisien se délaye, je suis toujours dans les grandes plaines, j’ai envie de savoir ce qui arrive dans la vie de Dan O’Brien, parce que voilà, Wild Idea raconte la vie de Dan O’Brien sur euh… la temporalité n’est pas son fort, mais pourtant il réussit à nous donner envie de manger de la viande de bison, je sais ça n’a pas de rapport. Pardon, je me rends compte que je ne vous ai pas expliqué de quoi je parle et que comme souvent, je parle tout seul, transformant mes chroniques en soliloque, me perdant moi-même dans le verre d’eau de ma pensée.

Donc le livre, hop ! Quatrième de couverture : voici l’histoire de Dan O’Brien et comment il réintroduit enfin les bisons en liberté sur leur terre originelle. En fait, une fois de plus, la quatrième de couverture ment, oui c’est l’histoire de Dan, de ce qu’il a vécu, c’est plein de petites anecdotes, d’histoires tristes, drôles, parfois frustrantes, parce que parfois sans chute, nous présentant des personnages puis les évacuant quasi aussitôt, c’est l’histoire d’un mec qui veut rendre la terre à qui elle appartient : les bisons, et qui en profite pour raconter sa vie, et sa vie montre que rien n’est si simple, cette femme qu’on aime avec qui on travaille mais à qui on ne parle plus quand les difficultés arrivent, cette belle fille que l’on aime comme sa propre fille et qui au final donnera les plus belles histoires du récit. Et si ce n’était pas tant une ode aux grands espaces mais juste une déclaration d’amour à son métier, et à ceux qui l’on aidé à être là où il est, c’est-à-dire propriétaire d’un ranch près d’une réserve, vendant de la viande de bison "bio".

En évoquant sa tristesse infinie pour les derniers Hespérides du Dakota, comment il tombe presque en amour pour un jeune poulain, comment il va essayer de le monter, comment il s’adonne à la fauconnerie, Dan O’Brien nous fait partager son quotidien, sa soif de grands espaces, d’animaux sauvages qui vous reconnaissent presque, son amour immodéré pour les chiens, les difficultés de monter une entreprise "pour la bonne cause", et sa vraie passion pour les bisons.

Grâce à Wild Idea, j’ai voyagé, j’ai rêvé, j’ai été sur les internets pour voir ce dont il était question, parce que c’est parfois ce qu’il manque, une carte, des images, des repères, quand soudain vous voyez ce qu’est le ranch, ce qu’est concrètement le rêve de Dan, là où il est aux Etats-Unis d’Amérique, tout semble incroyable, son ranch a la taille de Paris, en plus grand en fait.

Pour être franc, je ne sais pas si je vous conseille ce livre ou pas, parfois le côté un peu décousu est un peu gênant, mais ce livre permet de se dire que c’est possible de se battre contre la loi du marché, qu’il faut défendre ses idéaux, aller au bout de ses idées et ne rien lâcher. Il ne vous fera sans doute pas devenir végétarien, mais vous donnera envie de manger mieux, de respecter les animaux, et leurs éléments naturels. Plus profond qu’il semble, ce livre traite également par le cas concret de Dan de l’adoption, l’amour, l’amitié. Bref, l’histoire d’une vie d’un passionné, d’un homme qu’on imagine droit, inflexible, fidèle aux autres et à ses valeurs, un homme que l’on aimerait être.

 
 

sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=