Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wild Idea
Dan O'Brien  (Editions Au Diable Vauvert)  mai 2015

Paris, le métro, collés les uns contre les autres, cette promiscuité que l’on n’accepterait jamais ailleurs sauf dans ces moments là. Je vais au travail, je n’ai pas le choix, frotte-toi si tu veux, mais laisse-moi juste assez de place que je puisse lire et partir loin, très loin, de l’autre coté de l’Atlantique, là où il y a des idées sauvages, des grands espaces, des horizons, du silence, de l’air quand la vie ici n’est que ville, béton, bruit, pollution, pardon j’arrive à Invalides, je reprends dans cinq minutes…

Cinq minutes plus tard, c’est-à-dire vingt minutes plus tard le temps parisien se délaye, je suis toujours dans les grandes plaines, j’ai envie de savoir ce qui arrive dans la vie de Dan O’Brien, parce que voilà, Wild Idea raconte la vie de Dan O’Brien sur euh… la temporalité n’est pas son fort, mais pourtant il réussit à nous donner envie de manger de la viande de bison, je sais ça n’a pas de rapport. Pardon, je me rends compte que je ne vous ai pas expliqué de quoi je parle et que comme souvent, je parle tout seul, transformant mes chroniques en soliloque, me perdant moi-même dans le verre d’eau de ma pensée.

Donc le livre, hop ! Quatrième de couverture : voici l’histoire de Dan O’Brien et comment il réintroduit enfin les bisons en liberté sur leur terre originelle. En fait, une fois de plus, la quatrième de couverture ment, oui c’est l’histoire de Dan, de ce qu’il a vécu, c’est plein de petites anecdotes, d’histoires tristes, drôles, parfois frustrantes, parce que parfois sans chute, nous présentant des personnages puis les évacuant quasi aussitôt, c’est l’histoire d’un mec qui veut rendre la terre à qui elle appartient : les bisons, et qui en profite pour raconter sa vie, et sa vie montre que rien n’est si simple, cette femme qu’on aime avec qui on travaille mais à qui on ne parle plus quand les difficultés arrivent, cette belle fille que l’on aime comme sa propre fille et qui au final donnera les plus belles histoires du récit. Et si ce n’était pas tant une ode aux grands espaces mais juste une déclaration d’amour à son métier, et à ceux qui l’on aidé à être là où il est, c’est-à-dire propriétaire d’un ranch près d’une réserve, vendant de la viande de bison "bio".

En évoquant sa tristesse infinie pour les derniers Hespérides du Dakota, comment il tombe presque en amour pour un jeune poulain, comment il va essayer de le monter, comment il s’adonne à la fauconnerie, Dan O’Brien nous fait partager son quotidien, sa soif de grands espaces, d’animaux sauvages qui vous reconnaissent presque, son amour immodéré pour les chiens, les difficultés de monter une entreprise "pour la bonne cause", et sa vraie passion pour les bisons.

Grâce à Wild Idea, j’ai voyagé, j’ai rêvé, j’ai été sur les internets pour voir ce dont il était question, parce que c’est parfois ce qu’il manque, une carte, des images, des repères, quand soudain vous voyez ce qu’est le ranch, ce qu’est concrètement le rêve de Dan, là où il est aux Etats-Unis d’Amérique, tout semble incroyable, son ranch a la taille de Paris, en plus grand en fait.

Pour être franc, je ne sais pas si je vous conseille ce livre ou pas, parfois le côté un peu décousu est un peu gênant, mais ce livre permet de se dire que c’est possible de se battre contre la loi du marché, qu’il faut défendre ses idéaux, aller au bout de ses idées et ne rien lâcher. Il ne vous fera sans doute pas devenir végétarien, mais vous donnera envie de manger mieux, de respecter les animaux, et leurs éléments naturels. Plus profond qu’il semble, ce livre traite également par le cas concret de Dan de l’adoption, l’amour, l’amitié. Bref, l’histoire d’une vie d’un passionné, d’un homme qu’on imagine droit, inflexible, fidèle aux autres et à ses valeurs, un homme que l’on aimerait être.

 
 

sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=