Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le banc de l'école
Théâtre Laboratoire Elizabeth Czerczuk  (Paris)  juin 2015

Spectacle conçu et mis en scène par Elizabeth Czerczuk, avec Zbigniew Rola, Agnieszka Grzybowska, Derwinn Green, Julien Villacampa Boya Saura, Hélène Hazaël, Grzegorz Onyszkiewicz, Barbara Medynska-Orzelowska, Ewa Barton et Chantal Pavese.

2015 marque le centenaire de la naissance de Tadeusz Kantor, une des figures-phare de l'âge d'or du théâtre polonais, peintre, écrivain, metteur en scène et théoricien radical du théâtre.

Formé initialement à la peinture et à la scénographie, il signe un théâtre plasticien, influencé par le constructivisme, le dadaïsme, le surréalisme et la quête de la forme pure, qui ne se veut pas la reproduction du réel mais en appelle à un autre regard sur le monde pour constituer un théâtre qu'il qualifie de "théâtre de la mort" fondé sur l'expression du souvenir, du vide et du néant, qui serait une oeuvre d'art en mouvement.

Né dans un siècle de guerre et de mort, Kantor porte également en lui a douleur vive du peuple de Pologne dont l'Histoire contemporaine est celle d'une terre envahie, occupée, annexée, dépecée puis intégrée de force au bloc soviétique.

En marge des grandes messes commémoratives institutionnelles, dans un lieu plus confidentiel, celui de son Thèâtre-Laboratoire, Elizabeth Czerczuk, comédienne et metteuse en scène formée dans sa Pologne natale, a conçu non pas un spectacle "in memoriam" mais un hommage à l'une de ses figures tutélaires.

Intitulé "Le banc de l'école", il s'entend comme un préquel à "La classe morte", opus majeur de Tadeusz Kantor monté en 1977 et devenu mythique, qui présente une macabre sarabande du souvenir au sein d'une modeste et rudimentaire salle de classe désaffectée dans laquelle, dans une superposition des espaces spatio-temporels, trottinent, tels des automates, des vieillards dotés d'un attribut personnel signifiant, et portant tous sur le dos la dépouille de l'enfant qu'ils furent.

Elizabeth Czerczuk y décline, entre autres et avec sagacité, les fondamentaux kantoriens que sont l'association corps-objet, présente dès les années 1940 dans les peintures de Kantor, la figure du voyageur naufragé dans l'espace temps avec sa valise-bouée contenant des fragments de vie rescapés et le mouvement continuel poavec de brusques immobilités telles un arrêt sur image.

Sur scène, sous les lumières crépusculaires de Sharron Printz et accompagnés des compositions musicales de Matthieu Vonin, la troupe menée par Elizabeth Czerczuk convoque, avec un jeu émérite, les équivoques et fantomatiques personnages kantoriens, toujours dans leur attitudes psychotiques et compulsives, mais dans un entre-deux âges, alors que "leur" enfant ne les a pas encore tous vampirisé.

Nombre de témoignages d'époque évoquent la composante hypnotique des spectacles de Tadeusz Kantor. Celle-ci est ici présente, comme dans tous les spectacles inscrits dans ce registre de non-théâtre, que signe Elizabeth Czerczuk qui laissent une trace sensible et "métaphysique". Et ce bienvenu et fervent hommage est à découvrir absolument.

 

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Floret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=