Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Dimanche 5
Songhoy Blues - Parkway Drive - Batida - Eagles of Death Metal - Die Antwoord  (Presqu'île de Malsaucy, Territoire de Belfort)  du 3 au 5 juillet 2014

Des nuages de poussière balaient le Malsaucy d’un souffle cinglant. Orages en vue.

Néanmoins, le chanteur de Songhoy Blues, Aliou Touré, rappelle (avec une ironie certaine) que, comparé au désert malien, la canicule belfortaine reste... tout à fait supportable. En quelques titres, ce groupe atypique à l’historique géopolitiquement troublant (leur premier album se nomme Music in Exile) mêle les genres et les continents, du blues au rock en passant par la musique traditionnelle africaine avec force sourire et conviction. Ouverture... si j’ose dire rafraîchissante autant que pertinente. Et ceux qui douteraient du talent de ces quatre musiciens ou qui avanceraient que l’effet "musique du monde qui donne bonne conscience" est en marche ici n’ont qu’à rechercher les noms des musiciens illustres qui les accompagnent et les produisent...

Grand écart musical net et sans appel : on passe du déhanchement sombre de la Greenroom au cri rauque et perçant de la Grande scène. Parkway Drive, où l’un des trois seuls groupes de métal de cette programmation. Ne jouant pas dans la cour des poseurs et des incontournables cheveux longs et défaits (headbang powaaa), les Australiens ont même un petit quelque chose du gendre poli bien sous tous rapports – version hardcore, tout de même. Leader souriant (et visiblement ému lorsque son public hurle "Wild Eyes" pour l’accueillir comme il se doit), Winston Mc Call déconcerte doublement, et par le naturel salvateur de son attitude sur scène et par la qualité de son chant. Un bon concert, donc, sain, généreux et juste.

OVNI musical de cette journée, Batida place la Greenroom sous le signe de l’éclectisme (électro kuduro !) et de l’interculturalité / transcontinentalité assumée.

Casquette vissée sur la tête, Pedro Coquenão, mi-angolais, mi-portugais, manipule ses drôles d’instruments accompagné d’un danseur exceptionnel et drolatique et d’une chanteuse / choriste à la présence indéniable – qualité rare.

Mêlant samples électroniques et "dance music" angolaise (le fameux "kuduro"), Batida (qui a fait certaines premières parties de Stromae en 2014), reste un groupe intéressant car intrigant – mais, paradoxalement, un peu "froid". Pour les curieux, les ouverts d’esprit et les amateurs de spécial exclusivement.

On s’accorde le droit de ne pas aller voir le fils de Bob Marley sur la Grande scène, ni de courir pour atteindre Kevin Gates sur la Plage : mon cœur bat pour Jesse Hughes, et aucune autre musique ne peut entrer en compte pour l’instant.

Lorsque le leader des Eagles of Death Metal entre sur scène, j’ai malheureusement une impression de déjà-vu – qui se transformera, après quelques titres, en un amer sentiment de moins bien. Autour de moi, pourtant, les avis sont unanimes : quel show ! Mais c’est sans compter le fait qu’en 2012, au festival du Cabaret vert, ils étaient... bien meilleurs, voire excellents. La faute au temps, à la scène, au public, à l’humeur ? Ce qui semble spontané et naturel à ceux qui le voient pour la première fois n’est en réalité que la répétition malheureusement rodée d’attitudes tristement pensées. "Only want you" est massacrée, Jesse Hughes a visiblement quelques problèmes avec sa guitare, et la balance ne met pas sa voix à l’honneur. Bref, une petite déception pour ma part.

Il n’est pas nécessaire d’être fan de Die Antwoord pour apprécier malgré tout leur univers déjanté. Le film Chappie, sorti en 2015 et dont Ninja et Yo-Landi Vi$$er sont les protagonistes, a prouvé qu’ils avaient plus d’une corde à leur arc et que le grand n’importe quoi pouvait aussi être au service de la réflexion.

De DJ Hi-Tek masqué en singe, à l’écran géant faisant défiler d’énormes... phallus en éruption – façon dessin animé, quand même –, à l’irruption tonitruante des deux chanteurs déguisés en... Pikachu ou Gloomy Bear, tout est fait pour choquer les uns ou faire rire les autres.

Cohérent musicalement, esthétiquement et scéniquement, Die Antwoord, avec son électro hip-hop farfelue, a été le groupe idéal pour sortir en beauté de ces Eurocks 2015...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Parkway Drive en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Parkway Drive en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - samedi 23 juin
Parkway Drive en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
La chronique de l'album Heart On de Eagles of Death Metal
Eagles of Death Metal en concert au Festival Rock en Seine 2009 (dimanche 30 août 2009)
Eagles of Death Metal en concert au Zénith (vendredi 6 novembre 2009)
Eagles of Death Metal en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
Eagles of Death Metal en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (jeudi 23 août 2012)
Die Antwoord en concert au Festival Rock en Seine 2014 (vendredi 22 août 2014)
Die Antwoord en concert au Festival Rock en Seine 2014
Die Antwoord en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Die Antwoord en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - Dimanche 9 juillet
Die Antwoord en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
Die Antwoord en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin

En savoir plus :
Le site officiel du festival des Eurockéennes de Belfort
Le Facebook du festival des Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=