Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vernon Subutex 2
Virginie Despentes  (Editions Grasset)  juin 2015

Carton plein pour Virginie Despentes en 2015 avec, en février, le premier tome de "Vernon Subutex" et une critique quasi unanime, reprise en choeur lors de la parution en juin du deuxième volet d'une trilogie considérée comme "une cartographie de la société française", équivalente à la "Comédie humaine", de surcroît opérant "la synthèse de la grande tradition du roman français du 19ème siècle et de la culture des séries américaines"

Eriger la sulfureuse féministes des années 1990 en Balzac du 21ème siècle ne manque pas de piquant car si elle traite, certes, des désillusions de la molle génération X, coincée entre celles des "baby boomers" et les "digital natives", et sait créer, par hybridation avec le réel, des personnages crédibles, elle n'explore pas l'ensemble de la société concourant à une véritable peinture sociale. Au lecteur doublé d'un exégète balzacien le soin d'apprécier en connaissance de cause.

En effet, elle opère par immersion selon un procédé plutôt zolacien en usant non d'un manichéisme judéo-chrétien ou d'une approche ontologique mais d'un déterminisme social néo-marxiste, dans le microcosme de ceux qui, nés trop tard et nostalgiques de la beat génération, se voulaient - et se croyaient - des "beatniks" à la française doublés de "warriors" ("C'était une guerre qu'on faisait. Contre la tiédeur. On inventait la vie qu'on voulait avoir et aucun rabat-joie n'était là pour nous prévenir qu'à la fin on renoncerait").

Quant à la synthèse avec la culture télévisuelle d'outre-Atlantique, au lecteur doublé d'un "series addict" de juger.

Sur toile de fond de paysage du rock à la "High Fidelity" de Nick Horny, utilisant sa connaissance in vivo et in situ du petit monde des fans de rock alternatif et des codes de celui-ci, dont la rupture, qui se veut subversive, avec une certaine normalité et l'appétence pour les abîmes de l'humain, Virginie Despentes traite de la mythologie du rock comme musique identitaire, vecteur de rêve et mode de vie contestataire.

Et elle propose, non un opus autobiographique ou autofictionnel, mais une fiction romanesque de facture classique instillée d'une sous-trame à suspense, évoquant, entre autres, celle du "Roi-Lézard" de Dominique Sylvain, avec pour macguffin de mystérieux enregistrements laissés par une défunte rock-star dont le contenu - confession, révélations, bootlegs posthumes ? - suscite supputations et convoitises.

Et leur dernier détenteur est le personnage-titre, un ex-disquaire, peut-être le seul à ne pas avoir renoncé à son idéal de jeunesse ("Mon aristocratie, c'est ma biographie : on m'a dépouillé de tout ce que j'avais, mais j'ai connu un monde qu'on s'était créé sur mesure, dans lequel je ne me levais pas le matin en me disant que je vais encore obéir"), que la numérisation a conduit à la faillite et à la clochardisation.

Il s'est laissé happer par une dérive à la Dan Fante, tant subie qu'assumée, et se retrouve comme l'alpiniste qui dévisse, suspendu dans les airs, étourdi et grisé par l'apesanteur.

Mais il est rattrapé par ses anciennes relations, dont celles plus pragmatiques intéressées par lesdits enregistrements, telle la Hyène, personnage transfuge du précédent roman de Virginie Despentes "Apocalypse bébé", qui subitement, après l'avoir mesquinement "dépanné" et tenu à distance, veulent le ramener non pas tant à la réalité mais à un "revival" qui pourrait agir comme un antidote à leur solitude et leur perte de repères.

Car, au bord de la rupture nauséeuse provoquée par ce qu'ils voient dans le rétroviseur de leur vie, ce sont tous des paumés en quête d'une figure fédératrice, voire salvatrice - il y a aussi du mysticisme chez les rockeurs ("...on entrait dans le rock comme on entre dans une cathédrale, et c'était un vaisseau spatial, cette histoire. Il y avait des saints partout, on ne savait plus devant lequel s'agenouiller pour prier").

De nouveau happés par le mirage de la vie communautaire, autre credo psychédélique, ils vont réactiver l'arrière-boutique du disquaire dans 'un café des Buttes Chaumont à la romantique enseigne "Rosa Bonheur" où, le temps d'une soirée, le SDF se mue en DJ.

Loin du répertoire rock, entre Ferré et Aznavour, "même les plus chouettes souvenirs ça t'as une de ces gueules" et les rêves et utopies, ces "Fleurs sauvages de nos printemps... enterrés sous le poids des ans", l'approche de la cinquantaine, Virginie Despentes est née en 1969, sonne l'heure du bilan et de la fameuse question "Qu'avons-nous fait de nos vingt ans ?".

Avec le temps, tout change, à commencer par elle-même,. la rebelle punk qui a troqué la grunge attitude, cheveux gras, T-shirts cool et alcoolémie élevée, pour le look bcbg, tailleur noir, chemisier blanc, lunettes arty et sobriété. rejoint l'écurie Grasset et intégré le jury du Prix Fémina après avoir été, notamment lauréate du Prix Renaudot. Rattrapée par le conformisme ou/et récupérée par le "système" (?), elle a désormais pignon sur rue.

Elle compte parmi les rares et chanceux, qui ne sont pas restés au bord de la route, car elle a compris que le rock n'était qu'une aventure et que toute aventure a une fin ("Le rock, la musique, les tournées c'était la dernière aventure du monde civilisé") et elle jette un regard nostalgique et clément sur ces "enfants du rock" que le temps a laminé en les laissant, avec l'office du désenchantement et du renoncement, frustrés, défaits, vaincus, soumis, voire vendus, parfois rageurs.

Elle leur prête sa plume, son écriture organique et son style réaliste et nerveux pour faire entendre leurs voix par le procédé du flux de conscience délivré par un narrateur extradiégétique, composer une superbe galerie de portraits archétypaux "taillés sur la bête" et disséquer des tranches de vie bien saignantes qui captent, sans jamais la lâcher, l'attention du lecteur fasciné par ces trajectoires hors normes.

Un des points forts tient à la maîtrise de la construction, sur le mode de la ronde schnitzlérienne qui convient à aux trajectoires croisées des personnages, et les inserts virulents, parfois radicaux et extrémistes, toujours polémiques sur des thématiques sociales actuelles qu'elle attribue astucieusement à ces derniers ce qui écarte l'identification au premier degré.

Donc littérature "bande rouge" : sachez que si la lecture "Vernon Subutex 2" peut éventuellement intervenir en faisant l'économie du premier tome, en revanche, la dépendance risque d'être immédiate et laisser en état de manque sans produit de substitution jusqu'à la parution du volume-épilogue..

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Mordre au travers" du même auteur
La chronique de "Apocalypse Bébé" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Virginie Despentes


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=