Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Michel Cloup
Interview  (Par téléphone)  juillet 2015

D’abord avec Diabologum puis Experience et maintenant en duo, Michel Cloup aura été pendant vingt ans un activiste de la cause rock. Alors que sort Nous vieillirons ensemble, Live à la Gaité Lyrique, rencontre avec un musicien d’exception…

Alors que ton disque Nous vieillirons ensemble, Live à la Gaité Lyrique vient de sortir quels souvenirs gardes tu de ce concert ?

Michel Cloup : Ce concert à Paris était très beau, un souvenir fort. Je me rappelle de l’après-midi, du montage, de la balance, d’une ambiance particulière, d’une chape de stress qui est montée en puissance pour finalement arriver sur scène et découvrir une salle bien remplie d’un public chaleureux. Nous avions joué quelques jours auparavant à Brest le même concert avec les invités (Pascal Bouaziz, chanteur-guitariste du groupe Mendelson ; Béatrice Utrilla, artiste-vidéaste, et Françoise Lebrun, comédienne) qui s’était déjà très bien déroulé mais à Paris, c’était encore un cran au-dessus, sans doute à cause de l’habituel stress de la capitale ! C’était un concert très intense, qui durait plus de deux heures donc assez éprouvant physiquement. Là, sur le disque, on en a gardé presque la moitié. Je me rappelle aussi le final dans la salle, avec Patrice, pour "Notre silence" tous les deux au milieu du public.

Et de la tournée en règle générale ?

Michel Cloup : Quand les gens me demandent si je suis en tournée en ce moment, je réponds que cela fait cinq ans que je suis en tournée quasi-permanente. On a beaucoup joué et c’est ce qui m’intéresse, parce que j’aime ça et que j’en ai besoin. Et puis on ne va pas se mentir, c’est majoritairement ce qui me permet de vivre de ma musique. Depuis que nous avons arrêté les concerts en duo, j’en fais en solo à droite à gauche. Là, je fais une pause de 3 mois. C’est beaucoup de fatigue mais aussi beaucoup de très bons souvenirs. Ce que j’apprécie avec la formule duo, c’est que l’on joue aussi bien dans de grandes salles que dans des petits lieux plus intimistes, dans de nombreux contextes différents : des clubs Rock, des lieux d’expos, des cinémas, des théâtres, dans de toutes petites villes aussi parfois…

Pour toi, la scène est le lieu des possibles ?

Michel Cloup : Ecrire des chansons juste pour les enregistrer ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse c’est l’interaction, le voyage, rencontrer des gens, aller dans des villes que je connais déjà ou que je découvre, aller au devant de publics différents. J’aurais du mal à imaginer faire autre chose. Ce n’est pas une obligation, loin de là, c’est un plaisir et c’est très inspirant.

Comment prépares-tu les concerts ?

Michel Cloup : Sur la fin avec Patrice, on ne répétait plus du tout. Après 15 ans de collaboration, ce n’était plus nécessaire… A la limite, je répète plus quand je fais des concerts en solo parce que c’est une forme différente. La préparation, le gros du travail, se fait au moment de l’écriture des nouvelles chansons. Pour la série de concerts dont est issu le live, il y avait des temps de résidence dans les salles pour la mise en place du son et des lumières.

Aujourd’hui, j’aime bien m’adapter au lieu et au contexte, ne pas jouer tout le temps la même chose. Par exemple, envoyer des décibels dans un festival ou dans un contexte différent lever le pied, jouer un peu plus calme.

Sortir un album live prend donc tout son sens…

Michel Cloup : Absolument ! J’avais vraiment très envie de sortir un album live avec cette formule en duo depuis le début du projet. Il se trouve que là nous avions l’opportunité de récupérer les pistes séparées du concert à la Gaité Lyrique et cela permettait de sortir un album live mixé. Tous les enregistrements que j’avais jusque là n’étaient vraiment pas terribles. Du coup, c’était vraiment l’occasion et une bonne raison de sortir ce disque. Et puis c’était aussi une bonne façon de clôturer les 4 années duo avec Patrice.

Pourquoi le concert n’est pas dans son entier ?

Michel Cloup : Il durait plus de deux heures. Il aurait fallu sortir un coffret 4 vinyles et ce n’était absolument pas envisageable financièrement et franchement, tout n’était pas forcément intéressant à sortir. Il a fallu faire des choix. J’avais envie d’un disque qui reflète les deux albums plus les featuring avec Françoise et Pascal. Rendre un peu compte du concert mais en élaguant. Et puis deux heures de musique, je trouve que cela fait beaucoup. C’est une édition limitée, pour les gens qui nous connaissent déjà.

La formule en duo semble te convenir puisque tu repars pour ton prochain disque avec la même formule…

Michel Cloup : Quand Patrice a quitté le navire, je me suis posé la question de savoir si j’allais repartir sur une formule un peu différente. J’ai joué dans des groupes pendant 20 ans et c’est vrai qu’aujourd’hui, je me suis tellement habitué à travailler seul ou juste avec un batteur… des nouvelles chansons sont arrivées, cela fonctionnait très bien comme cela. Et puis Julien, le nouveau batteur, amène un truc un peu différent par rapport à Patrice. On est dans une certaine continuité mais avec une petite évolution. Et au final, cela me convient bien. Je ne trouve pas que cela me limite dans ce que je veux faire. C’est vraiment une formule qui me va bien, cette souplesse, cette liberté. Les morceaux se mettent plus vite en place, c’est plus facile pour tourner, c’est plus pratique… Il y a vraiment de nombreux avantages. Je m’y suis habitué et je n’ai pas vraiment envie de retomber dans une configuration de groupe classique. J’ai vraiment l’impression d’en avoir fait le tour. Peut-être que dans quelques années j’aurais à nouveau envie de fonctionner dans une formule en trio ou à quatre, mais pas pour l’instant.

Justement le fait d’avoir changé de batteur a-t-il changé ta façon d’écrire des chansons ?

Michel Cloup : Non. Ce qui se prépare est dans la continuité de ce qui avait été fait avant. Après, effectivement, j’avais des envies précises qui vont dans le même sens que celles de Julien et qui collent avec ce qu’il est artistiquement. Donc s’il y a du changement, ce n’est pas juste dû au changement de batteur mais plutôt à une émulation collective. Pas une révolution, juste une évolution.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ville Nouvelle / Nouvelle ville de Pascal Bouaziz / Michel Cloup / Patrice Cartier
La chronique de l'album Minuit dans tes bras de Michel Cloup Duo
La chronique de l'album Nous vieillirons ensemble (Live à la Gaîté Lyrique) de Michel Cloup Duo
La chronique de l'album Ici et là-bas de Michel Cloup Duo
La chronique de l'album Etats des lieux intérieurs de Michel Cloup & Béatrice Utrilla
Michel Cloup en concert au Lieu Commun (mercredi 22 juin 2011)
Michel Cloup en concert à La Cave aux Poètes (vendredi 17 février 2012)
Michel Cloup en concert à La Péniche (mercredi 27 février 2013)
Michel Cloup en concert au Festival Les Mots de Travers(e) - Edition 2014
L'interview de Experience (mars 2004)
L'interview de Expérience (février 2006)

En savoir plus :
Le site officiel de Michel Cloup
Le Bandcamp de Michel Cloup
Le Myspace de Michel Cloup
Le Facebook de Michel Cloup

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=