Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Flo Morrissey
Tomorrow will be beautiful  (Glassnote Records)  juin 2015

L'innocence des 20 ans, un visage de mannequin, une voix charmante et un album au son folk écrit il y a cinq ans déjà. Tomorrow will be beautiful de Flo Morrissey (son nom n'a pas de lien avec le célèbre Steven Patrick, leader des Smiths !) est sorti en juin dernier chez Glassnote.

Cette jeune femme londonienne, d'origine irlandaise, a commencé à jouer de la guitare à 14 ans. Influencée par des femmes comme Billie Holiday, Nina Simone, Joni Mitchell, Lauryn Hill, elle savait déjà que son futur s'accorderait avec la musique.

Flo Morrissey maîtrise bien internet en exploitant les possibilités de sa première chanson, "Hush My Children" (écrite deux semaines après qu'elle ait appris à jouer de la guitare !), enregistrée sur Garage Band et postée sur Myspace et en realisant ses propres vidéos sur Vimeo et YouTube. Une image rétro à l'attitude très moderne, elle confirme : "Ma musique sonne comme celle d’un disque suranné, mais je suis une fille de mon époque : je suis très active sur Instagram, Facebook. J’aime cet équilibre !".

Le premier morceau s'intitule "Show me" dont elle parle en interview au magazine Paulette : "Une chanson comme "Show Me", je ne savais pas vraiment ce que j’écrivais à l’époque. Je devais avoir une quinzaine d’années. Je parle de la mort". On pense à Vashti Bunyan et de Sibylle Baier pour la mélancolie épaisse de cet album enregistré à Los Angeles, au soleil de la Californie, et aussi bizarre que cela puisse paraître, Flo soutient : "La Californie, en particulier Los Angeles, est aussi un endroit triste et isolé".

Il y a aussi un peu de France dans cet album, avec "If You Can't Love it All Goes Away", ballade produite par le français Philippe Zdar, au coeur de Pigalle dans le studio Motorbass.

"Pages of Gold" est peut-être le morceau le plus pop au niveau des arrangements mais cache une douce tristesse dans les paroles : "A year has passed / and I still am engrossed, how I feel, I forget".

Le goût de la chanson lui vient de son père et de son grand-frère qui lui faisaient écouter dans la voiture Devendra Banhart, Nick Drake et Bob Dylan, et c'est sur ce son folk onirique qu'on écoute la voix sussurrante de Flo sur "Betrayed" : "I'm bewildered by how things can change / and I still remain the same / How can people succumb to such ways ?" qui offre une sagesse contrastant avec son âge.

Un album de rêves doux, d'espoir dans "Sleeplessly Dreaming" ("Please don't think I'm sad / Happiness is my friend"), d'échos d'une voix langoureuse, interrompue par les confessions d'une adolescente comme dans "I Only Like His Hat, Not Him", ou la beauté fragile à la Nick Drake de "Wildflower".

Dans "Woman of Gold Secret", "dix sourires emmènent au paradis" et dans "Why", le piano accompagne l'idée que quand même tout ça n'est pas si mal ("It's not so bad"). Elle chante "Things go round in circles / tomorrow will be beautiful" dans "Tomorrow will be beautiful", le dernier morceau qui donne son titre à l'album, car la musique de Flo Morrissey est un jeu de conscience qui révèle la nature intime des personnes.

Un album à écouter dans l'indolence de cet été et une fille sur laquelle garder l'oeil !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Flo Morrissey
Le Soundcloud de Flo Morrissey
Le Facebook de Flo Morrissey


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=