Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Camille, mon envolée
Sophie Daull  (Editions Philippe Rey)  août 2015

Dangereux, et même mortel, d'être malade en décembre, le mois de la grippe, et de plus la semaine de Noël...

Un médecin traitant qui se contente d'un diagnostic au téléphone, un médecin d'urgence débordé et optimiste, une interne qui "suit le protocole" sans même envisager une investigation élémentaire telle une prise de sang, une ambulance dotée d'une bouteille d'oxygène mais sans le masque ad hoc, et une jeune fille de seize ans décède après quatre jours de fièvre très élevée et d'intenses douleurs paralysantes qui n'alarment que ses parents.

Des parents impuissants, sous le choc de l'état de leur fille unique qui se dégrade au fil des heures, malgré l'administration du médicament "miracle" prescrit par tous, un ordinaire antalgique à base de paracétamol, puis sidérés par son décès.

Cette tragédie est "une histoire vraie" selon la terminologie journalistique, celle de Camille, la fille de la comédienne Sophie Daull qui cherche à savoir, pour comprendre, mais sans quête de responsabilités, au demeurant les principaux "intervenants" prenant soin de se dédouaner par anticipation dès qu'ils sentent le vent du boulet déclenché par l'autopsie, comment une "adolescente à l'inaltérable santé" a pu être si rapidement décimée.

Sophie Daull est une femme de mots, les mots des autres qu'elle reprend à son compte sur scène, de Racine à Carole Thibaut ("Pompée", "Les petites empêchées - Histoires de princesses"), puis les siens par lesquels elle va, engluée dans "la géante orgie de malheur" des jours qui suivent, poser sur le papier la "sinistre chronologie" de la maladie, de l'agonie et de la mort, se sentant investie d'une mission, d'un devoir envers sa fille.

Mais l'entreprise scripturale se poursuit pour raconter "l'après", quand au réveil de nuits médicamentées qui ressemblent à des comas, "il faut s'étonner encore, comme à chaque réveil, d'être en état de continuer à vivre, d'exister".

Une entreprise qui change de nature, de fonction et de destinataire puisqu'elle au-delà du dépassement de la douleur, du devoir de mémoire et du culte du souvenir.

Au témoignage intime et privé adressé à l'enfant mort succèdent, malgré la volonté affirmée de l'auteure de "se garder du requiem égocentré", "cent cinquante pages de béquilles en me souvenant de ce que tu aimais en moi" qui constituent un journal exempt du "sirop de deuil un peu gluant, poème pompeux, élégie larmoyante" et essentiellement autocentré qui traduit déjà, par certaines assertions, la volonté de cette dernière d'en faire un objet littéraire et la conscience d'un possible lecteur.

Ce que confirme la publication des récits, sous la qualification de "roman", dont l'artificialité de la présentation croisée en chapitres alternés brise la chronologie des émotions et altère quelque peu l'empathie du lecteur, et le titre "Camille, mon envolée" qui s'inscrit dans un registre très classique - et usité - des thématiques du deuil et de la mort comme acte fondateur de l'entrée en littérature, au demeurant signifiées par le double sens du terme "envolée".

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "La suture" du même auteur


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=