Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marie-Antoinette, la dernière heure
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  juillet 2015

Monologue dramatique écrit et interprété par Bunny Godillot dans une mise en scène de Catherine Chevallier.

Depuis 2006, la comédienne Bunny Godillot revient régulièrement sur scène avec le personnage de Marie-Antoinette, figure historique qui la fascine et qu'elle souhaite évoquer en montrant l'envers du décor d'un destin de reine.

Puisant dans la biographie écrite par Stephan Zweig et la correspondance de Marie-Antoinette, Bunny Godillot s'est attachée à dresser, avec "Marie-Antoinette, la dernière heure", un portrait intime de la femme qui existait sous le titre, de la jeune archiduchesse d’Autriche adulée par les Français, de la dernière reine de France haïe par le peuple et de la veuve Capet rapidement exécutée.

Le portrait d'une jeune fille étrangère brutalement déracinée, séparée de sa famille et mariée à quinze ans, d'une femme qui aspirait à l'amour et au bonheur, d'une épouse qui a dû faire face aux vicissitudes de cet état et d'une mère dévouée et attentionnée, tel qu'il résulte des souvenirs exhumés d'un journal imaginaire.

Alors, certes, ainsi énoncée, la partition pourrait s'enliser dans la lénifiance ou le mélodrame mais, sous la direction de Catherine Chevallier qui hybride le réalisme de la situation présente et son opposé qui émane de la réminiscence, Bunny Godillot joue efficacement, dans le registre de l'émotion, la carte de l'incarnation.

Et la petite salle en sous-sol du Théâtre Les Déchargeurs, une cave en pierre dotée d'un soupirail, suffit à signifier la geôle dans laquelle Marie-Antoinette passe ses derniers jours et quelques inserts scénographiques, tels le parfum qui embaume le lieu et les petites brioches distribuées aux spectateurs, s'ils peuvent paraître d'anachroniques artifices scénographiques, constituent des allusions à la frivolité et à l'irresponsabilité reprochées à la souveraine.

L'élégant habillage lumineux conçu par Stanislas Morelle permet tant de transcender le lieu pour s'en abstraire et voguer au gré des différents épisodes de ce biopic rétrospectif que de sublimer, le visage de la comédienne, en agissant, et compte tenu de sa proximité de cette dernière avec le public, à la manière du cadrage cinématographique en gros-plan.

Ainsi Bunny Godillot, habitée, réussit-elle son entreprise.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=