Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Isla Minima
Alberto Rodriguez  juillet 2015

Réalisé par Alberto Rodriguez. Espagne. Thriller. 1h44 (Sortie le 15 juillet 2015). Avec Antonio de la Torre, Javier Gutiérrez, Jesús Castro, Manolo Solo, Nerea Barros, Raúl Arévalo et Salva Reina.

Avec "La Isla Minima", le réalisateur espagnol Alberto Rodriguez signe un film ambitieux par sa superposition de thématiques et de registres, au demeurant classiques, qui s'imbriquent et se déclinent de manière réussie, nonobstant l"éventuelle critique inhérente à cette figure de style, par le processus récurrent de la métaphore.

Et ce, dès le générique, avec des photographies aériennes à la Yann Artus-Bertrand, en réalité; des photos des marais du Guadalquivir prises par le photographe ibérique Hector Garrido, dont les entrelacs évoquent les circonvolutions cérébrales,

Situé aux confins de l'Andalousie profonde, dans le delta du fleuve entre terres calcinées, marécages menaçants qui protègent une faune ailée somptueuse et fertiles terres alluvionnaires, pendant la période de transition démocratique qui a suivi la chute du franquisme, "La Isla Minima", qui se déroule sous un soleil de plomb pour se dénouer au cours d'un déluge purificateur, se présente simultanément comme un film noir, un thriller glauque, un western moderne et une enquête initatique.

Deux policiers à la réputation qui dérange, deux têtes brûlées, chacun à sa manière, missionnés pour résoudre les disparitions mystérieuses de jeunes filles, arrivent dans un vieille guimbarde qui tombe en panne à la croisée de routes en plein champ qui rappelle le décor de la fameuse scène hitchockienne de "La mort aux trousses", une des références au cinéma américain qui émaillent l'opus.

Ainsi débarquent sans tambour ni trompette ces chasseurs de prime officiels aux mines renfrognées : un vieux briscard, cheveux gominés et cuir tanné (Javier Gutiérrez (II)), aux méthodes musclées héritées de son passé dans la police secrète et qui a une longue expérience des noirceurs de l'âme, et un jeune idéaliste (Raúl Arévalo) qui croit que tout peut changer instantanément et doit prendre la mesure d'une réalité qui n'est pas manichéenne.

Loin de leurs habituels repères urbains, isolés en milieu rude et autarcique gangrené par la corruption, les trafics en tous genres mais également la pauvreté exploitée par le potentat local, confrontés à l'hostilité des taiseux comme à leurs propres doutes, la confrontation des deux policiers, dans le registre balisé mais revisité du "buddy movie", prend la forme d'une confrontation larvée, les protagonistes n'étant pas non plus du genre loquace, et d'enquêtes parallèles, dont ni l'un ni l'autre ne sortira indemne, qui créent un bienvenu suspense.

Le scénario, co-écrit par Alberto Rodriguez et Rafael Cobos, qui intègre une dimension historique et sociale et use de plusieurs focales, du général à l'intime, méne de front plusieurs intrigues de nature et de complexité différentes qui placent le spectateur sous tension permanente et le mènent toujours là où il ne s'y attendait pas.

La mise en scène efficace de Alberto Rodriguez est soutenue par les images du directeur de la photograhie Alex Catalán, avec le judicieux parti-pris de désaturation chromatique qui correspond à l'effet du soleil aveuglant et constraste avec l'obscurité des intérieurs propre aux maisons du Sud aux huisseries étroites et occultées, et le montage percutant de José M.G. Moyano qui instille, dans le rythme lent d'un climat oppressant d'une torpeur délétère, traversé par des inserts atmosphériques puisant dans le réalisme magique, de malstromiques scènes déflagratoires.

Et surtout par l'excellent jeu de Javier Gutiérrez (II) et Raúl Arévalo qui incarnent des personnages si opposés qu'ils en deviennent proches, qui repoussent les frontières du bien et du mal et s'avèrent aussi trouble l'un que l'autre.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=