Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Isla Minima
Alberto Rodriguez  juillet 2015

Réalisé par Alberto Rodriguez. Espagne. Thriller. 1h44 (Sortie le 15 juillet 2015). Avec Antonio de la Torre, Javier Gutiérrez, Jesús Castro, Manolo Solo, Nerea Barros, Raúl Arévalo et Salva Reina.

Avec "La Isla Minima", le réalisateur espagnol Alberto Rodriguez signe un film ambitieux par sa superposition de thématiques et de registres, au demeurant classiques, qui s'imbriquent et se déclinent de manière réussie, nonobstant l"éventuelle critique inhérente à cette figure de style, par le processus récurrent de la métaphore.

Et ce, dès le générique, avec des photographies aériennes à la Yann Artus-Bertrand, en réalité; des photos des marais du Guadalquivir prises par le photographe ibérique Hector Garrido, dont les entrelacs évoquent les circonvolutions cérébrales,

Situé aux confins de l'Andalousie profonde, dans le delta du fleuve entre terres calcinées, marécages menaçants qui protègent une faune ailée somptueuse et fertiles terres alluvionnaires, pendant la période de transition démocratique qui a suivi la chute du franquisme, "La Isla Minima", qui se déroule sous un soleil de plomb pour se dénouer au cours d'un déluge purificateur, se présente simultanément comme un film noir, un thriller glauque, un western moderne et une enquête initatique.

Deux policiers à la réputation qui dérange, deux têtes brûlées, chacun à sa manière, missionnés pour résoudre les disparitions mystérieuses de jeunes filles, arrivent dans un vieille guimbarde qui tombe en panne à la croisée de routes en plein champ qui rappelle le décor de la fameuse scène hitchockienne de "La mort aux trousses", une des références au cinéma américain qui émaillent l'opus.

Ainsi débarquent sans tambour ni trompette ces chasseurs de prime officiels aux mines renfrognées : un vieux briscard, cheveux gominés et cuir tanné (Javier Gutiérrez (II)), aux méthodes musclées héritées de son passé dans la police secrète et qui a une longue expérience des noirceurs de l'âme, et un jeune idéaliste (Raúl Arévalo) qui croit que tout peut changer instantanément et doit prendre la mesure d'une réalité qui n'est pas manichéenne.

Loin de leurs habituels repères urbains, isolés en milieu rude et autarcique gangrené par la corruption, les trafics en tous genres mais également la pauvreté exploitée par le potentat local, confrontés à l'hostilité des taiseux comme à leurs propres doutes, la confrontation des deux policiers, dans le registre balisé mais revisité du "buddy movie", prend la forme d'une confrontation larvée, les protagonistes n'étant pas non plus du genre loquace, et d'enquêtes parallèles, dont ni l'un ni l'autre ne sortira indemne, qui créent un bienvenu suspense.

Le scénario, co-écrit par Alberto Rodriguez et Rafael Cobos, qui intègre une dimension historique et sociale et use de plusieurs focales, du général à l'intime, méne de front plusieurs intrigues de nature et de complexité différentes qui placent le spectateur sous tension permanente et le mènent toujours là où il ne s'y attendait pas.

La mise en scène efficace de Alberto Rodriguez est soutenue par les images du directeur de la photograhie Alex Catalán, avec le judicieux parti-pris de désaturation chromatique qui correspond à l'effet du soleil aveuglant et constraste avec l'obscurité des intérieurs propre aux maisons du Sud aux huisseries étroites et occultées, et le montage percutant de José M.G. Moyano qui instille, dans le rythme lent d'un climat oppressant d'une torpeur délétère, traversé par des inserts atmosphériques puisant dans le réalisme magique, de malstromiques scènes déflagratoires.

Et surtout par l'excellent jeu de Javier Gutiérrez (II) et Raúl Arévalo qui incarnent des personnages si opposés qu'ils en deviennent proches, qui repoussent les frontières du bien et du mal et s'avèrent aussi trouble l'un que l'autre.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=