Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Ninã de Fuego
Carlos Vermut  août 2015

Réalisé par Carlos Vermut. Espagne. Thriller. 2h07 (Sortie le 12 août 2015). Avec José Sacristán, Bárbara Lennie, Luis Bermejo, Israel Elejalde, Lucía Pollán, Elisabet Gelabert, Miquel Insua et Teresa Soria Ruano.

Pedro Almodovar, VIP promoteur du cinéma espagnol, joue la pythie en qualifiant "La Ninã de Fuego", second film de Carlos Vermut, non seulement de révélation mais de "révélation espagnole de ce siècle".

Force est de constater que cet opus singulier, un angoissant thriller psychologique qui autopsie sans anesthésie la nature humaine comme, avec une instillation d'inserts référentiels, la société espagnole contemporaine, s'avère, pour le moins, singulier et inclassable, tant il hybride les registres et les genres, du drame à la fantasmagorie et du burlesque au tragique.

Aussi n'est-il pas aisé de résumer un synopsis non seulement labyrinthique mais également elliptique qui, après un prologue édifiant - une étonnante confrontation maître-élève, un professeur convaincu du triomphe de la rigueur et de la vérité mathématique qu'il enseigne et une malicieuse jeune fille prénommée Barbara - et un postulat sur le paradoxe de l'âme espagnole prise en étau entre l'émotion et la raison - commence comme une tragi-comédie.

Un père se trouve affectivement démuni face à la mort annoncée de sa fillette atteinte de leucémie. Comme celle-ci s'identifie à un personnage de dessin animé japonais dont elle rêve de porter le costume, il décide d'exaucer son voeu.

Ce professeur de littérature récemment licencié, et donc également démuni financièrement, envisage le cambriolage d'une bijouterie des beaux quartiers qui tourne court. En effet, il se trouve aspergé des vomissures d'une jeune femme qui vient de rater son suicide et va, involontairement, lui donner l'occasion de se muer en maître-chanteur.

Sa victime n'est ni une femme riche ni une femme ordinaire. Psychotique et épouse d'un psychiatre qui s'avère être également son thérapeute, un thérapeute inhabituel qui use non seulement de la dépendance médicamenteuse mais du chantage affectif pour s'assurer de sa soumission, Barbara, ne dispose pas de revenus personnels et, pour obtenir l'argent demandé, elle doit renouer tant avec un passé trouble que d'étranges pratiques.

Mais la robe déçoit la fillette car il manque l'accessoire essentiel. Ce qui, selon une variation de la théorie du chaos dans laquelle l'aile de papillon est remplacée par un produit dérivé de la culture japonaise, la baguette magique de la Magical Girl Yukiko va déclencher des drames en chaîne.

Véritable curiosité filmique à la construction polymorphe, combinant minimalisme, rationalité formelle et démarche artistique, il repose sur un récit conçu de manière ambivalente comme un engrenage, sur le principe de la concaténation, un labyrinthe dont le but n'est pas de sortir mais de mener au coeur de la monstruosité - l'invisible et l'indicible en lien avec le sacré - et un puzzle auquel il manquera toujours une pièce.

En effet, la caméra ne fait pas office de narrateur extradiégétique et si l'action résulte, globalement d'une narration linéaire, tout en ayant une construction fragmentée et fragmentaire, elle se développe sous des focales différentes que sont les trois protagonistes principaux qui forment un triangle (avec un corps portant stigmates...trinitaire ?), un triangle infernal entre une jeune femme "vénéneuse" et deux hommes plus âgés,troubles figures paternelles, la femme, continent noir, écartelé entre l'émotion et la raison, portés par l'excellente interprétation de Barbara Lennie, José Sacristán et Luis Bermejo.

Carlos Vermut y décline également différents thèmes dont ceux afférents au(x) trouble(s) de la psyché et à l'amour comme agent pathogène révélant la nature monstrueuse de l'homme.

Tri-chapitré "Monde", "Démon" et "Chair" (mais où donc est Dieu ?), le film se révèle fascinant pour le spectateur qui se positionne dans une attitude interactive, au sens non péjoratif du terme, de la même manière qu'en présence d'une oeuvre dépourvue de mode d'emploi qui sollicite non seulement le regard mais l'imaginaire et le mental, existe et prend sens dans une relation intime avec celui qui l'appréhende.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=