Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mediterranea
Jonas Carpignano  septembre 2015

Réalisé par Jonas Carpignano. Italie/France/Etats-Unis/Allemagne/Qatar. Drame. 1h45 (Sortie le 2 septembre 2015). Avec Koudous Seihon, Alassane Sy, Pio Amato, Annalisa Pagano, Paolo Sciarretta, Luciana Vincenzi, Mary Elisabeth Innocence et Francesco Papasergio.

Le sujet que traite "Mediterranea" de Jonas Carpignano est un sujet malheureusement d'actualité et qui risque de le demeurer longtemps, puisqu'il conte le parcours chaotique et héroïque de deux Burkinabés qui finissent par atterrir en Italie du Sud où ils vont travailler dans des champs d'oranger.

Tout de suite, il faut affirmer fortement que le traitement de la question des migrants par Jonas Carpignano n'a rien à voir avec celui que l'on voit de coutume dans les reportages télévisés. Il ne s'agit pas d'un documentaire formaté avec voix off débitant les propos compassionnels attendus, mais d'un authentique film de fiction qui, au travers de deux personnages bien différents, met en scène avec une grande justesse une réalité sociale douloureuse.

La force première de "Mediterranea" est de suivre de A à Z l'épopée dantesque d’Ayiva et d'Abas et de montrer comment les deux amis réagissent différemment. Au courage d'Ayiva, à sa manière de tout prendre sur lui, de subir les choses comme si elles glissaient sur lui, répond la colère d'Abas, son incapacité à accepter d'être traité comme une quantité plus que négligeable et puis sans doute - et l'on ne mettra pas cela à son débit - une moindre énergie, une moindre résilience face à l'impressionnante série d'épreuves qu'ils ont traversées.

Partis du Mali, ils devront traverser le Sahara, survivre en Algérie et en Lybie, embarqués à leurs risques et péril jusqu'en Italie. Là, de nouveau, il s'agira de savoir quoi faire et où aller. Dans cette nouvelle attente pour un ailleurs hypothétique ou pour un humiliant retour à la case départ, c'est dans la chaleur des champs d'oranger que se jouera leur destin.

La force et l'intérêt du personnage d'Ayiva va résider dans son regard : au lieu de s'apitoyer sur son sort, il ouvre les yeux, observe, jauge. En retour, cette manière de se comporter attirera l'attention de son patron, Rocco, le propriétaire des vergers, qui lui ouvre la porte de sa famille.

La grande intelligence de "Mediterranea" de Jonas Carpignano réside dans son refus du manichéisme. Rocco n'est pas qu'un exploiteur de main d'oeuvre corvéable à merci. C'est aussi un homme rude qui peut apprécier son alter ego au-delà de sa race ou de sa religion. Dans le même temps, sa fille peut sortir avec un jeune Italien qui, le soir, "casse du noir" et Alyva, qui a accepté de jouer les extras à une soirée de Rocco, peut se retrouver à le servir...

Les choses ici sont complexes, la violence est là concomitante d'une éclaircie et au bout de la route de papiers en bonne et due forme.

Ceux qui iront voir ce film fort, dense et sans prêchi-prêcha, auront aussi la chance de découvrir en Koudous Seihon, qui joue Alyva, un acteur exceptionnel. Le scénario de "Mediterranea" s'inspire plus ou moins de son l'histoire et il fait plus que la rejouer car il est de la dimension des plus grands. Il lui suffit d'un regard ou d'un sourire pour exprimer un sentiment, et, plus encore, d'un instant pour faire passer un autre sentiment.

Jamais emphatique toujours sincère, "Mediterranea" de Joshua Carpignano, qui a tout pour être le film de référence sur la question des migrants, doit être vu avant tout comme une œuvre de grande qualité, comme un des plus beaux films humanistes de ces dernières années.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 avril 2024 :Un marathon de nouveautés !

Pendant que ca court dans les rues de Paris et d'ailleurs, on vous a concocté un parcours de découvertes culturelles et variées. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché

et toujours :
"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

Au théâtre

les nouveautés :

"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
et toujours :
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=