Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le silence des bombes
Jason Hewitt  (Préludes Editions)  septembre 2015

"Un premier roman d’une maîtrise stupéfiante" dit The Guardian. Et moi je rajoute que les Editions Préludes savent trouver des auteurs divers et variés avec un seul et unique point commun : quelle maîtrise du récit ! Jason Hewitt est leur petit dernier avec son magistral Le Silence des bombes. Un coup de génie, deux petites histoires (fictives !) dans la grande histoire.

1940, nous sommes en juillet, Angleterre, pays du Rosbif qui a vécu cette Grande Guerre différemment de nous, mais tout aussi intensément, et sans être plus épargnée. Lydia a 11 ans, elle rentre chez elle toute seule, avec un masque à gaz, elle traverse son village déserté et pousse enfin la porte de sa maison d’enfance. Vide. Enfin presque. Vide de ses parents. Mais occupée par un étrange soldat. Allemand ? Anglais ? Mais qui est cet homme ? Il séquestre Lydia, la menace, lui demande de lui faire confiance, il veut l’adopter.

Etrange, sombre, incertain comme un quotidien sans les bombes, précaire et bourré d’espoir. Il est impressionnant de constater à quel point les personnages sont emplis d’espoir, leurs proches sont disparus, ils n’ont plus aucun repère, ils sont arrachés à leur vie tranquille et leurs tracas quotidiens par un conflit qui n’est pas le leur, ils donnent leur sang, leurs souvenirs et leurs vies à des inconnus pour une patrie, pour un avenir qu’ils continuent d’espérer.

Le roman est écrit d’une main vibrante située entre passé et présent, la plume reflète l’âme des personnages, entre peur et besoin de sécurité, entre quotidien et souvenirs sucrés. Le roman est un enchevêtrement de passé et de présent, il se déroule bien en 1940, mais le passé ne demande qu’une seconde d’inattention pour se rappeler en notre présent.

Le passé de Lydia et du soldat est retracé à travers la semaine qu’ils passent ensemble dans la maison d’enfance de Lydia. Et la prouesse de l’auteur fait qu’à aucun moment nous ne sommes perdus dans le récit. Bon, il faut suivre quand même, si vous laissez le livre sous une table pendant un mois et que vous le reprenez, vous allez évidemment vous demander qui est cette femme ? Soit vous recommencez la lecture, soit vous persévérez, et vous vous rendez compte que ce n’est que le passé de l’un ou l’autre des personnages qui est là.

Vous êtes tour à tour dans leur quotidien puis dans leurs pensées. Vous vivez et ressentez ce douloureux silence comme si vous y étiez. Même si je ne m’y suis jamais trouvée et qu’un récit de survivant reste un récit, on ne peut s’empêcher de frissonner avec les personnages, de craindre les bruits du voisinage avec eux, de savourer une journée calme avec eux.

Le roman porte la gravité de la première de couverture : une photo représentant deux enfants exécutant un pas de danse improvisé dans un champ, sous un soleil qu’on devine d’été et insouciant. Photo brûlée, comme tirée des flammes, atterrie loin de son foyer, retrouvée par hasard dans un caniveau, portée et poussé par le souffle brûlant d’une explosion, d’une attaque.

Jason Hewitt décrit le silence de la guerre, les traces des bombes, le silence qui suit l’explosion, l’agrandissement des yeux face à l’horreur. Le silence des bombes ne se situe pas au cœur du conflit, encore moins dans les maquis ni dans les QG de bataille. Il se situe loin du front, au cœur des villages dévastés par leurs absents, là où la prise de conscience est la plus douloureuse, c’est à la maison et au quotidien que l’absence des proches se fait sentir. C’est là que l’auteur frappe, et touche.

 
En savoir plus :
Le site officiel de Jason Hewitt

Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 avril 2024 :Un marathon de nouveautés !

Pendant que ca court dans les rues de Paris et d'ailleurs, on vous a concocté un parcours de découvertes culturelles et variées. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché

et toujours :
"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

Au théâtre

les nouveautés :

"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
et toujours :
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=