Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - Jeudi 20 août
Slaves - Son Lux - Etienne Daho - Benjamin Clementine - Christine and The Queens - Shamir - Paul Kalkbrenner  (Square Bayard, Charleville-Mézières)  du 20 au 23 août 2015

Le coup d'essai

Est-ce le reflet de ma satisfaction d’être arrivée à bon port ou tout simplement l’accueil légendaire des Ardennais ? Autour de moi, aujourd’hui, tout est particulièrement sympathique et souriant. Coincée dans le public massé devant les portes, à 16h58 très exactement, j’attends le décompte amusé des bénévoles (10, 9, 8, vous connaissez la suite) pour regarder les vannes s’ouvrir, les fans courir avant d’entrer sur site.

Tranquillement installée au bar VIP une Oubliette ambrée à la main, histoire de m’imprégner de l’atmosphère, mon oreille traînante perçoit que l’ambiance en interne est quelque peu tendue. Je décide de fermer les écoutilles, car l’espionnage industriel n’est pas mon rayon. Je constate seulement que le sens du détail est une donnée fondamentale du Cabaret vert et que les acteurs de cette onzième édition du Cabaret vert ont quelque peu la pression.

Premier "epic fail" du jour : deux programmes, deux horaires différents de Slaves. Évidemment, j’arrive en retard pour le début du concert. Un batteur, un guitariste, beaucoup d’énergie d’un côté et un peu de flegme de l’autre. Déséquilibre indéniable en terme de charisme, mais le duo fonctionne quand même plutôt bien et le garage rock violent, sauvage et provocant de Slaves séduit les premiers festivaliers. Très bon début.

On change de scène et d’ambiance avec Son Lux : et voilà la première déception. Début de set : un micro pas branché qui peine à retrouver la voix et un chanteur bien poseur à mon goût (habité, sans doute, mais se sachant regardé aussi). Côté musical, je ne suis pas plus emballée que cela par cette pop très minimaliste, très électronique, presque trop cérébrale pour toucher à vif.

Une petite demi-heure avant le concert, alors que tout était en règle, le management de Daho précise que, hormis la PQR, aucun photographe ne sera autorisé à aller dans la fosse. Petite surprise et petite déception, qui ne m’empêche pas d’aller faire quelques prises dans le public. Il y a, dans ce concert, une froideur assez perturbante : même si Daho semble content d’être sur scène, il ne réussit pas abandonner une certaine raideur. Dans le public, deux sons de cloche très opposés : d’un côté, la jeune génération ("c’est kitsch et c’est chiant"), de l’autre les vieux de la vieille ("que de bons souvenirs"). Des quadragénaires en délire hurlent "Un week-end à Rome", tandis qu’on est pris de pitié pour ce bon vieux chanteur légendaire qui passe pour un "has been" aux yeux de la quasi totalité de la foule. Une des crasses cruautés de festival...

C’est indéniablement Benjamin Clementine qui sauvera, en partie, notre soirée sous l’angle musical. Dissimulé dans un manteau démesuré, inspiré et brillant, il diffuse en toute discrétion son talent et ses improvisations. Je m’attendais à un set sobre et doux : or, Clementine a su instiller, mais trop rarement, énergie et puissance dans une atmosphère intimiste et cosy. Un très beau moment, donc, mais qui ne peut dissimuler un sentiment de manque et d’ennui.

Il y a, dans le petit air mutin de Christine and The Queens quelque chose qui agace et qui plaît à la fois. Souplesse de chat, justesse de loriot, répartie de renard. Tournant depuis quelques mois, le set est trois fois bien rôdé ce qui ennuie ferme l’habitué mais gargarise toujours autant la foule. Comme aux Eurockéennes, plus un seul centimètre carré de libre sur des lieues et des lieues : l’engouement est ahurissant et la mythification proche - preuve en est le refus de validation de ma photographie : l’image devenant icône doit être contrôlée et ne pas dévier de ce qui fait naître la fascination. La presse retiendra l’histoire de la tomate jetée, je saurai me souvenir de la relégation de mon image.

Ovni du soir, bonsoir. Shamir est un jeune afro-américain exhibant sans complexe sa part féminine. Sa voix, hyper juste, surprend, semblant tout droit sortie du coffre étroit d’une jeune midinette effarouchée. Malheureusement, comme c’est le cas depuis le début du festival, ça n’accroche pas en terme musical – le seul atout étant en effet les atomes fort crochus avec Prince. A réécouter, sans doute.

A grands coups de potards tournés et de fumée artificielle, Paul Kalkbrenner, sûr de lui, imposant, clope vissé à la bouche, galvanise son public – jusqu’à... ce que tout pète. Coupure, couic, plus rien. On lira dans la PQR de l’après-lendemain que, je cite, "les organisateurs ont décidé de couper court à la représentation de l’artiste". Vaste mensonge, puisque son set était prévu jusqu’à 1h45 du matin. On reste surpris, en tous les cas, de l’absence totale d’explications de la part des organisateurs... Bravo à "Paul K" pour le self-control sur scène, durant les longues, longues minutes de silence avant que les watts ne reviennent.

Nul doute que cette journée aura clairement pâti de l’annulation de Mastodon, qui aurait su impulser, finalement, ce qui a manqué complètement à cette première journée sous le signe du faux-rythme et de l’hésitation. La question reste la suivante : pourquoi le groupe n’a-t-il pas été remplacé par un autre du même acabit en terme de style ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Come down de Gravity Slaves
Slaves en concert à Chato'Do (9 août 2005)
L'interview de Gravity Slaves (21 octobre 2004)
La chronique de l'album Lanterns de Son Lux
La chronique de l'album Bones de Son Lux
Son Lux en concert au Fil (23 octobre 2008)
Son Lux en concert au Café de la Danse (lundi 26 mai 2014)
Son Lux en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août
L'interview de Son Lux (mercredi 3 juin 2015 )
Etienne Daho en concert au Festival Les Inrocks 2006
Etienne Daho en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Etienne Daho en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Dimanche
Etienne Daho en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
Benjamin Clementine en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Samedi
Benjamin Clementine en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015)
Christine and The Queens en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Christine and The Queens en concert au Festival Le Printemps de Bourges #39 - Edition 2015
Christine and The Queens en concert au Festival Artrock 2015
Christine and The Queens en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
La chronique de l'album Ratchet de Shamir

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Le Cabaret Vert
Le Facebook du Festival Le Cabaret Vert

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=