Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Interpol - Years&Years - The Libertines  (Domaine National de Saint-Cloud)  les 28, 29 et 30 août 2015

La deuxième journée de Rock en Seine s'ouvre avec The Maccabees sur la Grande Scène. Les cinq Anglais, après trois ans, présentent leur nouveau album Marks to Prove It, un rock qui alterne des morceaux plus rythmés et d'autres plus posés.

On arrive à la Scène Pression Live sur les notes electro pop de Cardiknox, le duo de Seattle, Lonnie Angle et Thomas Dutton, qui nous détendent avec des sonorités synth-pop saturées.

On se déplace encore vers la Grande Scène pour Ben Howard, le chanteur de Londres qui fait penser à Damien Rice. Howard partage la scène avec sa fidèle violoncelliste India Bourne dans une ambiance très folk.

Dans la jungle de cette édition du Rock en Seine, on fait le point sur le futur de la musique en France, avec une conférence dans l'espace presse qui sonne comme un SOS des professionnels de la musique.

Cette action de mobilisation du public baptisée "Son du Silence", pour laquelle il n'y avait pas meilleur endroit, est l'occasion pour discuter sur les suppressions des subventions aux associations, les fermetures de salles, les menaces pesant sur les festivals, en proposant des solutions face à la crise de ce secteur.

Entre un verre et une balade, on a eu une surprise avec les californiens Mini Mansions qui, avec leur pop léchée, ont montré comment bien tenir la scène en jouant aussi sans les featuring fréquents comme ceux du célèbre Alex Turner ou Brian Wilson et Fred Schneider.

On retrouve du monde pour les Stereophonics qui ont jamais changé depuis les 90's avec Kelly Jones qui traine l'image statique de son groupe et de son look. La foule danse sur les grands succès comme "Have a Nice Day" et "Maybe Tomorrow" et le temps semble s'être arrêté il y a vingt ans avec ces formules pop bien programmées pour les radios et les apéros.

Une touche de modernité nous sauve avec les Glass Animals, groupe indé d'Oxford, qui joue beaucoup avec les sons électro psyché et une attitude trip-hop.

On écoute des morceaux du dernier album Remix, sorti cette année sur Harvest Records, des autres de Zaba de 2014, et aussi la reprise de "Love Lockdown" de Kayne West.

Les grands attendus de la programmation de samedi sont sûrement Interpol. La voix profonde de Paul Banks résonne sur le célèbre riff de bass d'"Evil", "Rosemary heaven restores you in life" inspiré du cult “Rosemary's Baby” de Polanski. Impeccables et élégants sur scène comme d'habitude, le groupe mélange les vieux succès aux nouveaux morceaux de El Pintor sorti en 2014 comme "All the Rage Back Hom" et "Anywhere". La new wave n'est pas encore morte grace à eux !

La très agréable terrasse de Pression Live nous accueille avec les Years&Years et un public en délire qui danse sur les chaises de l'espace VIP.

On termine la soirée avec le groupe le plus attendu, The Libertines. On revient aux années 2000 et les fans attendent une bagarre entre Pete et Carl, guitares détruites comme dans les "good old days", mais les "lakely lads" ont changé, ils sont devenus adultes, et maintenant jouer c'est plus important que se faire la guerre.

Pour ce grand retour en scène, les deux Libertines apparaissent calmes, presque sereins, pas de vestes rouges de la Welsh Guard, les "boys in the band" sont des hommes maintenant.

Il y a toujours le foulard / drapeau du Royaume Uni accroché à la barre du microphone, il y a toujours les chapelets anciens collectionnés par Doherty et donnés à Barat, les deux partageant toujours le même microphone.

Ils jouent vingt-deux morceaux, en commençant par "Horrorshow", suivi par"Vertigo", "Times for heroes","Death on the Stairs" et "Boys in the Band" présenté par Carl avec un drôle d'accent mélangé à son typique accent cockney comme “Les garçons dans le groupe”.

On écoute beaucoup de morceaux du premier album Up the Bracket et d'autres comme "What Katie Did" et "Last Post on Bugl" et "Can't Stand Me Now" et "Music when the lights go out" du deuxième The Libertines.

Pete lance son foulard et puis son chapeau au public et fait preuve de son bon français en appelant "Monsieur Barat", en cherchant à traduire le titre "Tell the King" et en chantant le début de "Les copains d'abord" de Brassens. Ils jouent aussi des morceaux comme "Barbarians" et "Fame and Fortune" et, du nouveau album sorti cette année, "Anthems for Doomed Youth".

La setlist se termine avec "Don't Look Back into The Sun" et on se rappelle que les garçons des Albions Rooms ont grandi et, après les années et les difficultés, ils sont prêts pour leur rennaissance.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Maccabees en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
The Maccabees en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
The Maccabees en concert au Festival International de Benicàssim #18 (vendredi 13 juillet 2012)
The Maccabees en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Ben Howard parmi une sélection de singles (juillet 2011)
La chronique de l'album You gotta go there to come back de Stereophonics
La chronique de l'album Language. sex. violence. other? de Stereophonics
La chronique de l'album Pull the pill de Stereophonics
La chronique de l'album Keep The Village Alive de Stereophonics
Stereophonics en concert au Festival Furia Sound 2008
Stereophonics en concert à L'Olympia (jeudi 4 février 2010)
Stereophonics en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
La chronique de l'album The Black EP de Interpol
La chronique de l'album Antics de Interpol
La chronique de l'album Our love to admire de Interpol
La chronique de l'album eponyme de Interpol
La chronique de l'album Marauder de Interpol
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (21 mars 2003)
Interpol en concert à The Electric Factory (7 novembre 2004)
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (19 novembre 2004)
Interpol en concert au Festival Summercase 2008 (vendredi)
Interpol en concert à L'Aéronef (mardi 21 septembre 2010)
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
Interpol en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Interpol en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
L'interview de Interpol (septembre 2004)
L'interview de Interpol (mai 2007)
La chronique de l'album eponyme de The Libertines
The Libertines en concert à La Boule Noire (14 septembre 2004)
The Libertines en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Rock en Seine
Le Facebook du Festival Rock en Seine

Crédits photos : Paola Simeone


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=