Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Babylon Circus
Elysée Montmartre  (Paris)  6 avril 2005

Rastamen, babacools, et puis tous les autres, public bigarré, salle pleine, tous assis en tailleur en attendant le début du spectacle. Et vous l'aurez deviné, moyenne d'âge 20 ans au plus. On se prend un sacré coup de jeune dès l'entrée.

En lever de rideau, une fille seule avec sa guitare, tête rasée et crête d'iroquois à l'arrière, qui ne manque pas d'abattage et va chercher le public sans coup férir. Dès les premiers accords convulsifs de guitare et sa manière d'haranguer le public avec sa voix brute, on devine qu'elle va parfaitement satisfaire à la "vocation" de chauffer la salle de la première partie.

C'est MeLL, qui, en guise de clin d'œil, se présentera comme Madonna en fin de spectacle, jeune riot girl lorraine qui nous assène de petits brûlots qui réveille et qui sont bien loin de la vague actuelle des chanteuses françaises émergentes qui œuvre dans la mélodie douce.

Des textes rentre-dedans et abrasifs qui sentent la sueur et la bière mais dont l'amour, même s'il n'est pas fleur bleue, n'est jamais absent ("Tu chiales pour un oui pour un non/Tu cours plus après rien" - "Le ventre ouvert, les tripes à l'air/Je patauge dans la bière" - "Si l'amour a tombé la veste, moi j'enlève le reste" - "L'amour est tombé à mes pieds/Heureusement je ne pue pas des pieds" - "Quand je te voie je ne mouille pas que ma chemise") et qui recueillent l'assentiment du public qui coopérera bien volontiers pour les refrains.

Et, en reprise assez inattendue mais réussie, elle chantera "Je cours tout(e) seul(e)" de William Sheller.

Pour le final elle en appelle à la fanfare de Babylon Circus ce qui déchaîne le public.

 

 

Quelques minutes d'attente pour que la scène se transforme, lourds rideaux de velours rouge, cartouche doré et guirlande d'ampoules multicolores, en piste de cirque pour accueillir le roi de la soirée, le Babylon Circus.

Leur entrée en musique déchaîne le public qui commende déjà à pogoter.

Dès la fin du premier morceau "Bouge" c'est une ovation, pas moins, et juste ce qu'il faut pour enchaîner sur "De la musique et du bruit".

 

"France ta mère" achève de mettre en délire sonique le public qui pogote et slame à tout va.

David, le bonimenteur, n'arrête pas de sauter dans tous les sens à la manière d'un capoeriste et dialogue avec le public."La caravane" passe fait monter encore d'un cran l'allégresse.

Babylon Circus c'est un groupe dynamique, d'une énergie folle qui se donne à fond pendant tout le spectacle.

Ce sont des bateleurs qui vivent sur scène, improvisent, chantent, dansent, se racontent des histoires.

Un spectacle interactif qui réveille en chacun, par une thématique éprouvée, le cirque, la joie, le rêve et aussi le voyage, les joies simples et sereines de l'enfant.

Tout le monde lève les bras pour taper dans les mains, accompagner le groupe et applaudir.

David annonce le moment critique du concert celui de l'annonce du dernier morceau.

Sifflets, hurlements, cris. Mais non, ce n'est pas fini !

Il présente la famille, c'est-à-dire tout ceux qui contribuent au spectacle même hors de la scène et dédie le spectacle à tous ceux qui prône l'amour et la paix et rêve de changer le monde. Bien sûr, cela peut paraître démagogique mais... Babylon Circus est sincère. Et on est heureux.

Et puis tout à une fin…mais il y a encore le rappel avec "Il pleut des bombes" …et un ska endiablé avec "Not so funny".

Final, "A l'humeur de mèche" avec toute la troupe et une seule guitare.

 

Et puis comme dans la tradition du cirque, les musiciens descendent dans la salle pour la parade finale.

 

Ils traversent la salle jusqu'au bar pour une dernière chanson avant de repartir, toujours en musique, vers les loges avant de repartir avec la caravane sur les routes d'ici et d'ailleurs...

 

Dommage, vous auriez dû venir...mais Babylon Circus passera bien près de chez vous !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dances of resistance de Babylon Circus
Babylon Circus en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Babylon Circus en concert au Festival du Bout du Monde
L'interview de Babylon Circus (24 mars 2005)

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=