Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Babylon Circus
Elysée Montmartre  (Paris)  6 avril 2005

Rastamen, babacools, et puis tous les autres, public bigarré, salle pleine, tous assis en tailleur en attendant le début du spectacle. Et vous l'aurez deviné, moyenne d'âge 20 ans au plus. On se prend un sacré coup de jeune dès l'entrée.

En lever de rideau, une fille seule avec sa guitare, tête rasée et crête d'iroquois à l'arrière, qui ne manque pas d'abattage et va chercher le public sans coup férir. Dès les premiers accords convulsifs de guitare et sa manière d'haranguer le public avec sa voix brute, on devine qu'elle va parfaitement satisfaire à la "vocation" de chauffer la salle de la première partie.

C'est MeLL, qui, en guise de clin d'œil, se présentera comme Madonna en fin de spectacle, jeune riot girl lorraine qui nous assène de petits brûlots qui réveille et qui sont bien loin de la vague actuelle des chanteuses françaises émergentes qui œuvre dans la mélodie douce.

Des textes rentre-dedans et abrasifs qui sentent la sueur et la bière mais dont l'amour, même s'il n'est pas fleur bleue, n'est jamais absent ("Tu chiales pour un oui pour un non/Tu cours plus après rien" - "Le ventre ouvert, les tripes à l'air/Je patauge dans la bière" - "Si l'amour a tombé la veste, moi j'enlève le reste" - "L'amour est tombé à mes pieds/Heureusement je ne pue pas des pieds" - "Quand je te voie je ne mouille pas que ma chemise") et qui recueillent l'assentiment du public qui coopérera bien volontiers pour les refrains.

Et, en reprise assez inattendue mais réussie, elle chantera "Je cours tout(e) seul(e)" de William Sheller.

Pour le final elle en appelle à la fanfare de Babylon Circus ce qui déchaîne le public.

 

 

Quelques minutes d'attente pour que la scène se transforme, lourds rideaux de velours rouge, cartouche doré et guirlande d'ampoules multicolores, en piste de cirque pour accueillir le roi de la soirée, le Babylon Circus.

Leur entrée en musique déchaîne le public qui commende déjà à pogoter.

Dès la fin du premier morceau "Bouge" c'est une ovation, pas moins, et juste ce qu'il faut pour enchaîner sur "De la musique et du bruit".

 

"France ta mère" achève de mettre en délire sonique le public qui pogote et slame à tout va.

David, le bonimenteur, n'arrête pas de sauter dans tous les sens à la manière d'un capoeriste et dialogue avec le public."La caravane" passe fait monter encore d'un cran l'allégresse.

Babylon Circus c'est un groupe dynamique, d'une énergie folle qui se donne à fond pendant tout le spectacle.

Ce sont des bateleurs qui vivent sur scène, improvisent, chantent, dansent, se racontent des histoires.

Un spectacle interactif qui réveille en chacun, par une thématique éprouvée, le cirque, la joie, le rêve et aussi le voyage, les joies simples et sereines de l'enfant.

Tout le monde lève les bras pour taper dans les mains, accompagner le groupe et applaudir.

David annonce le moment critique du concert celui de l'annonce du dernier morceau.

Sifflets, hurlements, cris. Mais non, ce n'est pas fini !

Il présente la famille, c'est-à-dire tout ceux qui contribuent au spectacle même hors de la scène et dédie le spectacle à tous ceux qui prône l'amour et la paix et rêve de changer le monde. Bien sûr, cela peut paraître démagogique mais... Babylon Circus est sincère. Et on est heureux.

Et puis tout à une fin…mais il y a encore le rappel avec "Il pleut des bombes" …et un ska endiablé avec "Not so funny".

Final, "A l'humeur de mèche" avec toute la troupe et une seule guitare.

 

Et puis comme dans la tradition du cirque, les musiciens descendent dans la salle pour la parade finale.

 

Ils traversent la salle jusqu'au bar pour une dernière chanson avant de repartir, toujours en musique, vers les loges avant de repartir avec la caravane sur les routes d'ici et d'ailleurs...

 

Dommage, vous auriez dû venir...mais Babylon Circus passera bien près de chez vous !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dances of resistance de Babylon Circus
Babylon Circus en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Babylon Circus en concert au Festival du Bout du Monde
L'interview de Babylon Circus (24 mars 2005)

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=