Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hugh Coltman
Shadows, Songs of Nat King Cole  (Sony / Okeh)  août 2015

"If I see an undesirable person in the neighborhood, I'll be the first to complain…"

La rencontre entre le chanteur Britannique aux multiples vies (du rock au blues avec The Hoax en passant par le jazz avec Eric Legnini) à la voix de baryton et Nathaniel Adams Coles, alias Nat King Cole, pianiste et chanteur légendaire était une évidence tellement l’univers folk, soul ou blues d’Hugh Coltman est proche de celle du crooner américain. Il faut aussi dire que la musique de Nat King Cole était présente chez lui pendant sa jeunesse, grâce à sa mère, qui l’écoutait souvent et qui lui a transmis la passion pour ce genre de musique.

Nat King Cole est parmi les instigateurs du trio piano-guitare-contrebasse, ensemble qu’il arrivait à faire swinguer même avec l’absence de batterie, et l’un des pères du cool jazz, une vision californienne de cette musique, plus soft, détendue, éloignée de la version toute en tension et en rapidité de New York et que l’on retrouvera plus tard chez Art Tatum, Oscar Peterson

Nat King Cole était un chanteur hors pair, un véritable crooner. C’était la classe, une certaine idée de l’élégance, un timbre de voix, un sens du rythme, tout ce que l’on retrouve dans ce disque hommage au maître. Entouré d’excellents musiciens, Eric Legnini aux claviers (pianos, Wurlitzer, Fender Rhodes et Farfisa), le saxophoniste Pierrick Pédron, le guitariste Misja Fitzgerald Michel, Hugh Coltman la joue tout en sobriété, tout en velours et en rondeur… Un choix esthétique mûrement réfléchi puisqu’il décide de révéler, d’exprimer les ombres qui se cachent chez Cole. Ce choix découle d’une interrogation : comment Nat King Cole a-t-il pu connaître un succès aussi phénoménal, être l’un des premiers afro-américains à animer une émission à la télé, à vendre des millions de disques alors même que sévissait la ségrégation et où les artistes noirs vivaient dans la précarité et la marginalité ?

Faut-il rappeler également que Cole a été victime de nombreux actes racistes ? Notamment en 1948, il est alors l'un des premiers Noirs à s'installer à Hancock Park, quartier très huppé de Los Angeles. Le Ku Klux Klan, encore très actif en Californie à cette époque, plante une croix en feu dans son jardin. Suite à cet incident honteux, l'association des propriétaires de Hancock Park déclare qu'elle ne souhaite pas de personnes indésirables dans le quartier.  "Moi non plus", répond le musicien. "Et si je vois une personne indésirable dans le quartier, je serai le premier à m'en plaindre". Pire encore, il est agressé sur scène par trois membres du North Alabama Citizens Council lors d'un concert dans l'Alabama en 1956. C'est le dernier concert qu'il donnera dans le Sud des Etats-Unis. Le répertoire de Nat King Cole est donc loin d’être lisse et cache nombre de fêlures transcrites ici avec un certain chic par le chanteur Anglais.

Encré dans le blues, plein d’émotion, magnifiquement interprété, enregistré live quelque part dans l'esprit de "Where did you go ?", ce disque est une véritable réussite. Il suffit d’écouter des titres comme "Are You Disenchanted", "Smile", "The Shadows", "Pretend", "Annabelle" ou "Nature Boy" pour s’en rendre compte. Shadows offre une belle opportunité d’appréhender autrement la musique de Nat King Cole, il serait dommage de la louper…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Stories From The Safe House de Hugh Coltman
La chronique de l'album Who's happy ? de Hugh Coltman
Hugh Coltman en concert à L’Alhambra (11 mars 2009)
Hugh Coltman en concert à Paléo Festival #34 (2009)
L'interview de Hugh Coltman (21 novembre 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Hugh Coltman
Le Facebook de Hugh Coltman


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=