Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hugh Coltman
Shadows, Songs of Nat King Cole  (Sony / Okeh)  août 2015

"If I see an undesirable person in the neighborhood, I'll be the first to complain…"

La rencontre entre le chanteur Britannique aux multiples vies (du rock au blues avec The Hoax en passant par le jazz avec Eric Legnini) à la voix de baryton et Nathaniel Adams Coles, alias Nat King Cole, pianiste et chanteur légendaire était une évidence tellement l’univers folk, soul ou blues d’Hugh Coltman est proche de celle du crooner américain. Il faut aussi dire que la musique de Nat King Cole était présente chez lui pendant sa jeunesse, grâce à sa mère, qui l’écoutait souvent et qui lui a transmis la passion pour ce genre de musique.

Nat King Cole est parmi les instigateurs du trio piano-guitare-contrebasse, ensemble qu’il arrivait à faire swinguer même avec l’absence de batterie, et l’un des pères du cool jazz, une vision californienne de cette musique, plus soft, détendue, éloignée de la version toute en tension et en rapidité de New York et que l’on retrouvera plus tard chez Art Tatum, Oscar Peterson

Nat King Cole était un chanteur hors pair, un véritable crooner. C’était la classe, une certaine idée de l’élégance, un timbre de voix, un sens du rythme, tout ce que l’on retrouve dans ce disque hommage au maître. Entouré d’excellents musiciens, Eric Legnini aux claviers (pianos, Wurlitzer, Fender Rhodes et Farfisa), le saxophoniste Pierrick Pédron, le guitariste Misja Fitzgerald Michel, Hugh Coltman la joue tout en sobriété, tout en velours et en rondeur… Un choix esthétique mûrement réfléchi puisqu’il décide de révéler, d’exprimer les ombres qui se cachent chez Cole. Ce choix découle d’une interrogation : comment Nat King Cole a-t-il pu connaître un succès aussi phénoménal, être l’un des premiers afro-américains à animer une émission à la télé, à vendre des millions de disques alors même que sévissait la ségrégation et où les artistes noirs vivaient dans la précarité et la marginalité ?

Faut-il rappeler également que Cole a été victime de nombreux actes racistes ? Notamment en 1948, il est alors l'un des premiers Noirs à s'installer à Hancock Park, quartier très huppé de Los Angeles. Le Ku Klux Klan, encore très actif en Californie à cette époque, plante une croix en feu dans son jardin. Suite à cet incident honteux, l'association des propriétaires de Hancock Park déclare qu'elle ne souhaite pas de personnes indésirables dans le quartier.  "Moi non plus", répond le musicien. "Et si je vois une personne indésirable dans le quartier, je serai le premier à m'en plaindre". Pire encore, il est agressé sur scène par trois membres du North Alabama Citizens Council lors d'un concert dans l'Alabama en 1956. C'est le dernier concert qu'il donnera dans le Sud des Etats-Unis. Le répertoire de Nat King Cole est donc loin d’être lisse et cache nombre de fêlures transcrites ici avec un certain chic par le chanteur Anglais.

Encré dans le blues, plein d’émotion, magnifiquement interprété, enregistré live quelque part dans l'esprit de "Where did you go ?", ce disque est une véritable réussite. Il suffit d’écouter des titres comme "Are You Disenchanted", "Smile", "The Shadows", "Pretend", "Annabelle" ou "Nature Boy" pour s’en rendre compte. Shadows offre une belle opportunité d’appréhender autrement la musique de Nat King Cole, il serait dommage de la louper…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Stories From The Safe House de Hugh Coltman
La chronique de l'album Who's happy ? de Hugh Coltman
Hugh Coltman en concert à L’Alhambra (11 mars 2009)
Hugh Coltman en concert à Paléo Festival #34 (2009)
L'interview de Hugh Coltman (21 novembre 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Hugh Coltman
Le Facebook de Hugh Coltman


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=