Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Low - Alan Sparhawk
Interview  (Par téléphone)  juin 2015

A l'occasion de la sortie de Ones And Sixes, Alan Sparhawk, tête (tourmentée) pensante de Low a accordé une interview à Froggy's Delight. Un phoner à l'ancienne : l'iPhone en mode haut- parleur et le walkman qui tourne.

Votre son est souvent basé sur une certaine sobriété voire de l’ascétisme. Sur Ones and Sixes, on retrouve l’utilisation de machines comme c’était le cas sur Drums And Guns, sorti en 2007.

Alan Sparhawk : En tant que groupe, nous passons par pas mal de phases différentes. Sur nos disques, nous allons aller au bout d’une idée, d’une direction. Et puis soudain, nous décidons d’explorer autre chose, d’aller vers quelque chose de différent. Lorsque l’on a écrit les chansons de notre nouveau disque, on voulait rester ouverts à plusieurs options. On ne savait pas avec qui on allait travailler. Quand on su que nous allions travailler avec BJ Burton, on savait ce qu’il était capable de faire. C’est pour cela que tout au long de l’enregistrement, nous sommes restés ouverts aux possibilités offertes aux morceaux. Disons qu’on n'a pas commencé à enregistrer en se disant : "tiens, on va utiliser des machines".

Quels ont été le rôle et l’influence de BJ Burton sur l’enregistrement, sur le résultat final ?

Alan Sparhawk : En fait, on savait surtout ce que BJ est capable de faire, sa capacité à pousser les choses à l’extrême… Quand on est arrivé en studio, on avait les sons, les morceaux mais on savait surtout qu’on allait travailler avec quelqu’un qui savait dans quelle direction on souhaitait aller. Le résultat aurait probablement été différent si nous avions travaillé avec quelqu’un d’autre.

Comment en êtes-vous venus à travailler avec lui ?

Alan Sparhawk : Il est fan de ce que l’on fait et il a contacté notre management et nous a invité dans son studio. De là est née l’idée de la possibilité de travailler ensemble. Et puis quelques mois après, le projet s’est concrétisé… En traînant et discutant avec lui, on s’est rendu compte que c’était la bonne personne avec qui travailler sur ce disque.

Dans quel contexte ce disque a-t-il été conçu ?

Alan Sparhawk : Beaucoup de confusion… Sur la plupart des morceaux, il n’y a pas de volonté de raconter une histoire… Il s’agissait de capter un instant, une émotion… Certains des morceaux ont été composés il y a un an et demi. Contrairement à certains groupes qui arrivent en studio avec des tas de chansons, nous avions une quinzaine de morceaux. Nous en avons gardé douze.

Vous allez tourner avant la sortie de l’album qui sortira en septembre (ndr : l’interview date de juin). Vous allez jouer les morceaux du nouvel album ou les garder pour après la sortie ?

Alan Sparhawk : Nous allons probablement jouer trois ou quatre nouveaux morceaux que l’on aime beaucoup et que l’on a déjà joués "No comprende", "Landslide", "DJ".

Peux-tu nous en dire plus sur "No Comprende" et "Spanish Translation" ? Tu as eu une expérience malheureuse avec la langue espagnole ?

Alan Sparhawk : Ouais… Je ne sais pas. Je suis fasciné par les langues, comment parfois certains mots ont des traductions différentes, comment ils révèlent un rapport à la culture totalement différent. Et puis l’espagnol est une langue assez présente aux Etats-Unis. Quand tu es enfant, tu peux apprendre de l’espagnol en regardant certains programmes à la télé. Mes enfants le parlent.

Cela fait vingt ans que Low existe. Alors que certains groupes de la même époque ont totalement disparu, vous êtes toujours là. Cela te fait quoi de te dire que ce groupe a plus de vingt ans ?

Alan Sparhawk : Je n’en sais rien, j’ai parfois du mal à me dire : "Tiens, cela fait 20 ans". Mais quand j’y pense et que j’y réfléchis bien, je me dis que je ne pensais pas que cela durerait si longtemps… On a peut-être eu de la chance. On a travaillé dur. Nous ne sommes pas célèbres. Pour certains groupes, c’est difficile de connaître le succès et d’avoir ensuite des choses à prouver. Cela n’a jamais été le cas pour nous. Et puis je suis marié avec la batteuse… Ce groupe, c’est un peu une famille.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A lifetime of temporary relief de Low
La chronique de l'album The great destroyer de Low
La chronique de l'album Drums and guns de Low
La chronique de l'album Oh my god, Charlie Darwin de The Low Anthem
La chronique de l'album C'mon de Low
La chronique de l'album The Invisible Way de Low
La chronique de l'album Ones and Sixes de Low
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Bantam Lyons - Clara Néville - Jay-Jay Johanson - Nadéah - Matt Low - OMOH - Zebra - Perez
La chronique de l'album eponyme de Vox Low
La chronique de l'album Double Negative de Low
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Low en concert au Festival Primavera sound 2007 (vendredi)
Low en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Low en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
Low en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Vendredi
Low en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
Low en concert au Grand Mix (vendredi 30 octobre 2015)
L'interview de Low (22 avril 2005)
L'interview de Low (février 2007)
L'interview de Matt Low (mardi 27 octobre 2015)


En savoir plus :
Le site officiel de Low
Le Facebook de Low


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Matt Low (27 octobre 2015)


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=