Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Chemins de Compostelle
Lydia B. Smith  octobre 2015

Réalisé par Lydia B. Smith. Eats Unis/Espagne. Documentaire. 1h24 (Sortie le 7 octobre 2015).

Il y a quelques mois, sortait un film intitulé "Sur le chemin de Compostelle". Réalisé par Freddy Mouchard, il suivait la route de Compostelle depuis la France ou la Suisse et ponctuait ses images de voix off de pèlerins.

Toujours en salles, il a connu et connaît encore grand succès sans pourtant bénéficier d'une réputation critique ni d'un gros budget publicitaire.

On souhaite vivement le même destin à un autre film sur Compostelle, "Les Chemins de Compostelle" de Lydia B. Smith. D'autant qu'en termes cinématographiques, il est objectivement bien meilleur. Car Lydia B. Smith a choisi un angle d'attaque plus fort et plus intéressant que Fredy Mouchard : elle filme des pèlerins. Non seulement, elle les filme mais les suit du début de leur "épopée" jusqu'à leur délivrance à Compostelle.

Contrairement à Freddy Mouchard, elle ne démarre pas son film à Paris ou à Lausanne, mais à Saint-Jean Pied de Port, là où débute le "camino frances", le chemin officiel long de 800 kilomètres qui mène à Saint-Jacques de Compostelle.

L'avantage de Lydia, c'est de ne pas faire une suite de belles photos touristiques, de la cathédrale de Chartres au pont de Cahors, en passant par le col de Roncevaux. Non, dans "Les Chemins de Compostelle", le tourisme et les villes sont quasiment absents.

Ce qui compte ce sont les routes, les chaussures, les ampoules, la pluie, le froid, l'envie, le renoncement, les rires et les pleurs, la solitude et la fraternité, les extrêmes tensions et les doux relâchements. Bref, la vie au jour le jour d'un marcheur avec ses hauts et ses bas, son pourquoi et ses comments.

Lydia a choisi six pèlerins, tous différents et tous semblables, ayant la même quête mais pas les mêmes raisons de la mener. Elle sait remarquablement tous les saisir, les rendre complexes, les faire parler, ne pas les juger et ne jamais montrer si elle a eu ou non des préférés ou des préférences.

Son film, magnifiquement photographié par Pedro Valenzuela, donne envie - au moins pendant sa durée - d'imiter tous ces insensés que l'on finit par trouver raisonnables. On est saisi par la beauté des paysages espagnols qui, aux éoliennes près, semblent inchangés depuis mille ans. On est aussi saisi par l'ambiance de cette longue marche et par la diversité du troupeau qui y participe.

Dans son film, à la différence de celui de Freddy Mouchard, Lydia B Smith sait aussi être terre à terre : grâce à elle, on comprend comment "ça marche". A chaque étape, les pèlerins font tamponner leurs passeports et peuvent dîner et dormir dans des auberges diverses et variées.

On suppose qu'ils ont tous réglé avant de partir et qu'on est ici devant la forme la plus aboutie du "tourisme culturel (ou cultuel)" de masse. En voyant leurs assiettes pleines de choses succulentes et roboratives, on se dit aussi que ce "camino" n'est pas que pavé de pierres et de ronces...

Au bout du voyage plaisant que "Les Chemins de Compostelle" de Lydia B Smith propose, on sera presque devenu des amis des six pèlerins filmés et on se souviendra d'autres rencontrés au détour de plusieurs étapes, comme cette truculente et mystérieuse coréenne.

On se posera certainement tous aussi la question obligatoire : "irai-je ou pas... un jour ?" En tout cas, à l'issue de ce film aussi beau qu'un "Connaissance du monde" d'antan, on aura eu l'impression d'avoir usé une paire de bons souliers pendant une heure et demie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=