Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rakia
La Bellevilloise  (Paris)  samedi 26 septembre 2015

Rakia, la confirmation

De l’heureux hasard qui me fit rencontrer Rakia aux Francofolies de La Rochelle, en juillet dernier, et du coup de cœur musical qui s’en suivit, j’ai voulu voir ce qu’il en restait si je la retrouvais dans Paris, loin de tout esprit de voyage. C’est dans une salle de concert-restaurant que le rendez-vous était donné, le 26 septembre à La Bellevilloise de Ménilmontant. De prime abord, le cadre chaleureux invitait là aussi et à sa manière au dépaysement : un décor de guinguette dans les arbres (et inversement, des arbres dans une guinguette : à l’intérieur vous mangez en entourant de vrais oliviers) avec un mobilier mêlant cuirs, bois, velours ou métaux venus d’un autre âge. Des lumières indirectes artificielles tutoient une verrière qui invite à une certaine "respiration", mi-chlorophylle, mi-stellaire.

La scène n’est pas vraiment en hauteur, tout au plus celle d’une marche. Le public est avant tout venu rejoindre des amis pour boire un verre ou se restaurer. Il est donc là pour échanger avec son voisin, remplir son ventre de douceurs salées ou sucrés, au mieux avec un "fond" musical qu’il aura choisi d’écouter ou d’entendre.

Pas de rampe de spotlight, pas de régie et ingé son, ou du moins pas en apparence, pas d’enceintes volumineuses desquelles me rapprocher (d’ordinaire, j’aime bien me tuer les tympans et faire exploser mes cellules quand la musique me parle directement !). Le "live" semble vouloir être livré ici, brut de brut, avec une guitare posée au sol et un simple micro sur pied… de "l’acoustique" sans doute, pour ceux qui parleraient "professionnel de la profession" !

Pour l’artiste qui se produit, c’est les yeux dans les yeux et le public qu’il soit attentif ou non ne peut pas être ignoré car il n’est pas plongé dans l’obscurité. Il faut l’affronter de face et de bout en bout.

Au moment où Rakia arrive sur "scène" et se saisit de sa guitare, il y aurait fort à parier qu’à peu près 20% de la clientèle a remarqué que quelque chose était en train de se passer… Le set débute à 20h45 dans la douceur avec le titre "Honey". La douceur est bien côté scène, côté salle c’est plutôt percussions de couverts et tintements de verres, solos de voix entremêlées ponctuées de quelques rires ou exclamations sans aucun lien direct avec l’artiste qui joue déjà son troisième morceau.

Rakia demande du retour pour entendre sa voix mais sans succès apparent… La demoiselle ne se décourage pas. Elle est bien présente, au milieu de cette foule bruyante. Entre chaque titre, la petite Normande (originaire de Caen) monte à l’abordage, invective cet océan de trouble indifférence, parle de sa vie, de ce qu’elle met dans ses chansons et "si ça ne vous intéresse pas et bien tant pis pour vous !". Elle n’est pas là pour ramer en toute indifférence, loin de là. Elle est venue pour conquérir une Terre, ça se ressent, ça se voit, bien décidée à embarquer avec elle tous ceux qui se montreront suffisamment réceptifs : et ça fonctionne ! Les premières notes de son titre "La Chaleur" se font plus fortes, plus percutantes et il semblerait dès lors que plusieurs moussaillons aient envie de participer au voyage… des mains battent maintenant la mesure, jouant les percussions absentes mais complices, presque parfaites, d’un morceau qui les vaut bien.

S’enchaînent : "Sun", "Distorting Glass", comme des prophéties venues s’imposer dès lors. L’anglais se mélange au français, particularité troublante de cette auteur-compositeur-interprète, mais les sourires affichés parlent tous la même langue et le cœur semble avoir pris le pas sur l’estomac des convives transformés en un auditoire attentif et investi.

C’est alors  "Among the crowd"… un clin d’œil qui tombe à point nommé, puis "Face à Vous" et enfin "Songes"… tout un concert qui tient bon la barre et le vent, attrape tous les éléments dans sa course pour nous emmener sur une "voix" plus que mature, qui raconte une histoire à elle toute seule, vers une lumière et une profondeur qui nous ouvre à un univers hors du commun. Quelle leçon !

De mémoire de Bellevillois, il n’y eut pas souvent de "rappel" dans cette salle et pourtant, ce soir Rakia dût revenir pour interpréter  "La Chaleur" ! Je pense qu’elle a tout donné et je pense que tout a été bien reçu : en tous cas, elle nous a embarqué sans port, sans bateau, sans vague, juste avec sa guitare, sa voix et son sourire.

Merci Rakia pour ce deuxième voyage. Vivement le prochain !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Rakia en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #31 (édition 2015)
Rakia en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)
L'interview de Rakia (août 2015 )

En savoir plus :
Le site officiel de Rakia
Le Soundcloud de Rakia
Le Facebook de Rakia

Crédits photos : Juliette Denis & Marie Destouet


Marie Destouet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=