Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Troy Von Balthazar
Interview  (Paris)  13 avril 2005

Troy Von Balthazar, le charismatique leader de Chokebore a décidé de continuer tout seul après avoir passé une quinzaine d'années sur les routes. Son passage à Paris tombe à point nommé et va nous permettre d'en connaître un peu plus sur les raisons de la mise entre parenthèses de Chokebore.

C'est également l'occasion d'en savoir un peu plus sur ses aspirations en tant qu'artiste solo.

Pourquoi avoir décidé d'arrêter Chokebore ? Tu as du engendrer pas mal de frustration parmi les fans du groupe ?

Troy Von Balthazar : Ok je t'explique : nous avons passé quatorze ans au sein d'un groupe. Nous étions tout le temps ensemble et inévitablement, nous avons ressenti qu'à un moment, il fallait faire une pause. C'était un peu comme si nous étions mariés… Nous avons passé de très bons moments mais nous avons décidé qu'il était temps de respirer, de faire autre chose. Mais tôt ou tard, nous referons un album avec Chokebore.

Pourtant Chokebore commençait à avoir une certaine reconnaissance, du moins un succès d'estime ?

Troy Von Balthazar : Ah bon, tu penses ? J'ai du mal avoir du recul sur ce genre de chose.

Donc on a des chances de te revoir avec Chokebore un jour ?

Troy Von Balthazar : Peut être, on verra bien… Quand les choses deviennent pesantes ou compliquées, il faut savoir prendre ses distances. C'était le cas avec les membres de Chokebore, c'était devenu bizarre, nous étions trop proches, ça avait duré trop longtemps. Nous sommes toujours en contact et nous avons la moitié du prochain album de Chokebore qui est terminée, mais je suis incapable de te dire ce que le futur nous réservera.

Est-ce que tu es plus épanoui maintenant que tu joues seul ? Y-a-t-il des choses que tu peux te permettre de faire et que tu ne faisais pas au sein de Chokebore ?

Troy Von Balthazar : Oui bien sûr. Si je fais une erreur, je ne peux m'en vouloir qu'à moi-même et à personne d'autre. C'est vraiment intense et une expérience unique. Sur scène, je suis seul et je dois me débrouiller… Dans Chokebore il y avait d'autres personnes autour de moi qui faisaient plein de bruit. Maintenant je suis tout seul et j'adore ça. Je sais que les gens m'observent sur scène… Mais ça me donne l'impression d'être sous l'emprise du LSD. C'est un mélange de crainte et en même temps tu te sens plein d'énergie.

Au niveau des compositions, qu'est ce qui change par rapport à Chokebore ?

Troy Von Balthazar : J'utilise les boucles et les effets, ce qui n'était pas le cas avant. Maintenant je ressens le besoin de faire ces choses. Les boucles et les effets, c'est pour éviter de se retrouver tout seul avec ma guitare. Ca me permet de créer des sons et des ambiances. Mais j'apprends, je débute avec tout ce matériel.

Pourtant les morceaux que tu jourais à la balance sonnaient très Chokebore...

Troy Von Balthazar : C'est à cause de l'accord. Je me servais beaucoup de cet accord quand je composais dans Chokebore, donc forcément… Mais c'est un truc qu'il faut que je change. Il faut que j'essaie d'aller vers d'autres accords, d'autres styles de composition.

Tu as sorti un EP, l'album va suivre ?

Troy Von Balthazar : Oui. Je viens de terminer l'enregistrement à Los Angeles. J'ai passé un mois tout seul en studio. J'ai tout fait moi-même. C'était vraiment une expérience intense et bizarre. Le problème est que je n'avais personne pour me dire si ça sonnait bien ou non. Quand j'étais dans Chokebore, les autres membres du groupe me disaient quand un truc n'allait pas. C'est une des choses que je regrette, car je leur faisais confiance. Maintenant je ne peux compter que sur moi et c'est difficile de faire la part des choses, d'avoir du recul.

Comment écris-tu tes paroles ? De quoi t'inspires-tu ?

Troy Von Balthazar : Les paroles sont une part importante de l'écriture. J'espère que les gens vont apprécier les paroles du nouvel album. Je n'ai pu demander l'avis de personne, donc… J'écris tous les jours. Certaines chansons sont très simples, leur sens est clair et évident. Parfois j'essaie d'être plus cryptique, de faire des choses plus symboliques.

Quand est-ce que sort l'album ?

Troy Von Balthazar : Il sort en septembre.

Tu habites en France maintenant ?

Troy Von Balthazar : Une partie de l'année seulement, mais je n'habite plus aux Etats-Unis. Je dois retourner à Hawaii (Troy est originaire de l'archipel.) Mais c'est cher, un peu trop pour aller à la plage (rires).

Tu préfères ta vie en France ?

Troy Von Balthazar : Oui. La plupart de mes amis sont en France. La vie est meilleure ici. Mais faîtes attention vous êtes bien partis pour l' "American way of life". Il y a eu une évolution. Quand je suis venu la première fois ici il y a dix ans, les choses étaient différentes. Il y a eu une forte « américanisation » de la société en France.

Que vas-tu faire dans les mois qui viennent ?

Troy Von Balthazar : Avec un peu de chance, je vais me reposer. L'album ne sort qu'à la rentrée, donc je vais essayer d'en profiter. Ma tournée commencera en septembre et se prolongera jusqu'à la fin de l'année.

Si tu devais résumer ta musique en trois mots…

Troy Von Balthazar : I love music.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Troy Von Balthazar EP de Troy Von Balthazar
La chronique de l'album eponyme de Troy Von Balthazar
La chronique de l'album How To Live On Nothing de Troy Von Balthazar
Troy Von Balthazar en concert à la Salle de la Cité (11 novembre 2004)
Troy Von Balthazar en concert à La Guinguette Pirate (13 avril 2005)
Troy Von Balthazar en concert au Fil (vendredi 8 avril 2011)
L'interview de Troy Von Balthazar (28 juin 2010)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Troy Von Balthazar (28 juin 2010)


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=