Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Autre Galilée
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  octobre 2015

Monologue dramatique écrit et interprété par Cesare Capitani dans une mise en scène de Thierry Surace.

"Moi, Caravage", transposition théâtrale de la biographie fictionnelle du peintre Le Caravage écrite par Dominique Fernandez et parue sous le titre "La course à l'abîme", qui a connu un très mérité succès tant auprès de la critique que du public, a révélé en France Cesare Capitani, comédien et metteur en scène italien formé à l'Ecole du Piccolo Teatro de Milan.

Après cette cette immersion dans l'univers tourmenté du peintre sulfureux du Quatrocento, Cesare Capitani s'est passionné pour un de ses contemporains, une autre figure illustre du 16ème siècle italien, celle de Galileo Galilei, dit Galilée dont il a exploré la correspondance pour concevoir la partition monologale intitulée "L'Autre Galilée".

Et bien évidemment, ce n'est pas le fruit du hasard. En effet, tous deux présentent une personnalité inscrite dans la rébellion, la résistance, voire la provocation à une époque et dans un pays encore sous le joug du pouvoir théocratique, et de l'Inquisition romaine, son bras armé, et un goût immodéré pour la liberté individuelle de vivre et de croire en dehors des règles et des dogmes, ce qui constituent, pour le moins, des thématiques théâtrales fortes.

Pour privilégier l'approche sensible de l'homme qu'il privilégie à la figure du génie scientifique et ne pas le réduire à un personnage de théâtre, Cesare Capitani a exploré la correspondance de Galilée, révélatrice de son tempérament, pour concevoir une passionnante partition monologale qui, en premier, met en résonance, certains épisodes de sa vie au regard de ses traits de caractère, ce qui la distingue du biopic.

Ainsi, derrière le savant, apparaît un homme frondeur, orgueilleux et ambitieux, une ambition qui l'amène à composer et à intriguer auprès des puissants, ce qui s'avère indispensable en son temps pour obtenir charge rémunérée et protection, et peu enclin à assumer ses responsabilités dans sa vie privée.

Par ailleurs, elle s'attache à mettre en exergue le combat de Galilée contre l’obscurantisme et l'omnipotence du pouvoir religieux auquel il s'oppose de manière frontale à l'immobilisme des systèmes de pensée hérités de l'Antiquité qui lui servaient de fondement et l'instrumentalisation de textes considérés comme sacrés, ce qui lui vaudra excommunication pour hérésie, l'hérésie du mouvement de la terre, une condamnation dont il ne sera relevé qu'au 20ème siècle, et qui n'évitera le bûcher qu'au prix d'une abjuration publique.

Ce combat, qui demeure d'une confondante actualité, est illustré par son brillant argumentaire démonstratif s'appuyant sur le texte même de la Bible qui lui est opposé, le miracle de Josué qui arrêta le soleil, pour légitimer la théorie de l'héliocentrisme.

Pour la direction d'acteur, Thierry Surace a travaillé en symbiose avec la puissance de jeu du comédien pour l'accompagner dans un délicat processus d'évocation et d'incarnation qui s'épanouit, avec quelques ponctuations musicales de Antonio Catalfamo, dans une remarquable esthétique dramaturgique confortée par la scénographie épurée de Ségolène Denis, un kakémono de jute et quelques judicieux accessoires, ainsi des pommes deviennent planètes en orbite sur les branches d'un chandelier, et magnifiée par les lumières subtiles de Dorothée Lebrun.

Comédien émérite, passionné et subtil à la présence charismatique, Cesare Capitani réussit une exceptionnelle et fascinante prestation qui emporte le public à la rencontre d'un homme en résistance.

 

 

 

 

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=