Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Autre Galilée
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  octobre 2015

Monologue dramatique écrit et interprété par Cesare Capitani dans une mise en scène de Thierry Surace.

"Moi, Caravage", transposition théâtrale de la biographie fictionnelle du peintre Le Caravage écrite par Dominique Fernandez et parue sous le titre "La course à l'abîme", qui a connu un très mérité succès tant auprès de la critique que du public, a révélé en France Cesare Capitani, comédien et metteur en scène italien formé à l'Ecole du Piccolo Teatro de Milan.

Après cette cette immersion dans l'univers tourmenté du peintre sulfureux du Quatrocento, Cesare Capitani s'est passionné pour un de ses contemporains, une autre figure illustre du 16ème siècle italien, celle de Galileo Galilei, dit Galilée dont il a exploré la correspondance pour concevoir la partition monologale intitulée "L'Autre Galilée".

Et bien évidemment, ce n'est pas le fruit du hasard. En effet, tous deux présentent une personnalité inscrite dans la rébellion, la résistance, voire la provocation à une époque et dans un pays encore sous le joug du pouvoir théocratique, et de l'Inquisition romaine, son bras armé, et un goût immodéré pour la liberté individuelle de vivre et de croire en dehors des règles et des dogmes, ce qui constituent, pour le moins, des thématiques théâtrales fortes.

Pour privilégier l'approche sensible de l'homme qu'il privilégie à la figure du génie scientifique et ne pas le réduire à un personnage de théâtre, Cesare Capitani a exploré la correspondance de Galilée, révélatrice de son tempérament, pour concevoir une passionnante partition monologale qui, en premier, met en résonance, certains épisodes de sa vie au regard de ses traits de caractère, ce qui la distingue du biopic.

Ainsi, derrière le savant, apparaît un homme frondeur, orgueilleux et ambitieux, une ambition qui l'amène à composer et à intriguer auprès des puissants, ce qui s'avère indispensable en son temps pour obtenir charge rémunérée et protection, et peu enclin à assumer ses responsabilités dans sa vie privée.

Par ailleurs, elle s'attache à mettre en exergue le combat de Galilée contre l’obscurantisme et l'omnipotence du pouvoir religieux auquel il s'oppose de manière frontale à l'immobilisme des systèmes de pensée hérités de l'Antiquité qui lui servaient de fondement et l'instrumentalisation de textes considérés comme sacrés, ce qui lui vaudra excommunication pour hérésie, l'hérésie du mouvement de la terre, une condamnation dont il ne sera relevé qu'au 20ème siècle, et qui n'évitera le bûcher qu'au prix d'une abjuration publique.

Ce combat, qui demeure d'une confondante actualité, est illustré par son brillant argumentaire démonstratif s'appuyant sur le texte même de la Bible qui lui est opposé, le miracle de Josué qui arrêta le soleil, pour légitimer la théorie de l'héliocentrisme.

Pour la direction d'acteur, Thierry Surace a travaillé en symbiose avec la puissance de jeu du comédien pour l'accompagner dans un délicat processus d'évocation et d'incarnation qui s'épanouit, avec quelques ponctuations musicales de Antonio Catalfamo, dans une remarquable esthétique dramaturgique confortée par la scénographie épurée de Ségolène Denis, un kakémono de jute et quelques judicieux accessoires, ainsi des pommes deviennent planètes en orbite sur les branches d'un chandelier, et magnifiée par les lumières subtiles de Dorothée Lebrun.

Comédien émérite, passionné et subtil à la présence charismatique, Cesare Capitani réussit une exceptionnelle et fascinante prestation qui emporte le public à la rencontre d'un homme en résistance.

 

 

 

 

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=