Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vu du pont
Ateliers Berthier  (Paris)  octobre 2015

Comédie dramatique de Arthur Miller, mise en scène de Ivo van Hove avec Nicolas Avinée, Charles Berling, Pierre Berriau, Frédéric Borie, Pauline Cheviller, Alain Fromager, Laurent Papot et Caroline Proust.

L'an passé, Ivo van Hove avait monté "Antigone" avec Juliette Binoche dans le rôle-titre de la pièce de Sophocle. On lui avait reproché une certaine rigidité dans ce qui avait tout d'un "euro-pudding" rassemblant des énergies disparates.

Avec "Vu du pont", il paraît tout de suite plus dans son élément que dans la tragédie grecque. D'emblée, le dispositif scénique choisi correspond bien à la pièce d'Arthur Miller, qui n'est pas sans analogie avec un combat de boxe.

Les spectateurs sont en effet rangés autour de trois côtés d'un carré noir qui laisse place à une scène qui pourrait être un ring rectangulaire dont le sol blanc est celui d'une salle de bain, et qui est bordé d'un rebord noir sur lequel les acteurs pourront occasionnellement s'asseoir, et notamment Alfieri, l'avocat qui raconte le fait-divers sur lequel est construit "Vu du pont".

Quand la pièce commence, deux hommes se rhabillent : ils viennent de prendre leur douche après leur travail. Ce sont des dockers new-yorkais. Ivo van Hove en a fait une "essence" de dockers et Daniel Loayza, qui a traduit la pièce, ne leur a pas donné un "phrasé" populaire, comme l'avait fait Marcel Aymé dans sa traduction.

Chez les Carbone, famille d'origine italienne, la solidarité n'est pas un vain mot, et c'est sans arrière-pensées que sont accueillis Marco et Rodolpho, deux jeunes italiens qui viennent travailler clandestinement aux États-Unis pour subvenir aux besoins des leurs restés au pays.

Mais Catherine, la fille unique d'Eddie Carbone, qu'il aime peut-être trop, tombe amoureuse de Rodolpho, l'italien blond et se met en place la terrible logique, celle de la fatalité, qui transforme un drame en tragédie.

Dans ce décor elliptique sans rien de typiquement italien, Ivo van Hove s'est refusé à l'anecdote et au détail pour se concentrer sur l'intensité qui sied au texte d'Arthur Miller. Les comédiens sont habillés simplement sans "repères" sociaux et les costumes d'An D'Huys sont plutôt élégants et éloignés de toute référence "prolétarienne".

Dans "Vu du pont", Charles Berling incarne avec une conviction toute en brutalité Eddie Carbone. Son corps se transforme au fil de la pièce en un bloc de plus en plus compact. Les acteurs qui lui font face eux aussi doivent muer. Les sentiments qui transcendaient leurs existences heureuses malgré les épreuves se délitent au fur et à mesure de l'évolution du drame.

Chacun, ici, finit par perdre sa pureté originelle et devient le contraire de ce qu'il était à l'état naturel. De l'amour à la haine, de la compassion à la vengeance, de la fraternité à la trahison, le paradis blanc ne va pas survivre. Tout est près pour un opéra de sang et de fureur.

Une plongée dans l'abîme d'un fait-divers monstrueux et stupide propice à un grand moment de théâtre, un moment à proprement parler inoubliable qui remet Arthur Miller à la place qu'il mérite.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 janvier 2021 : Cette semaine c'est CONCERT !

C'est reparti pour une semaine rythmée par le couvre feu, en attendant pire ? peut être. Mais d'ici là voici quelques découvertes culturelles qui espérons-le vous plairont. Par ailleurs, samedi on reprend les concerts en ligne, venez nombreux soutenir les artistes ! Et bien entendu on commence par le replay de la MAG #19.

Du côté de la musique :

"Timbaland" le mix #10 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Avenue des Falquières" de 17f
"Go" de Célia Forestier & Komorebi
"Accents" de Ensemble K & Simone Menezes
"Live recital 'Correspondance'" de Jean-Baptiste Fonlupt
"A place that has no memory of you" de Laurent Dehors & Matthew Bourne
"Là, la lumière particulière" de Léopoldine HH
"C'est une parole" de Louis Arti
"A la ligne" de Michel Cloup, Pascal Bouaziz & Julien Rufié
"Night network" de The Cribs
Interview de Yann Landry autour du nouveau label Tadam Records
et toujours :
"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Chemin de fortune et Le Legs" de Marivaux
"Le Pays lointain (Un Arrangement)" de Jean-Luc Lagarce
"Féminines" de Pauline Bureau
"La Chose commune" de Emmanuel Beix et David Lescot
"Treize à table" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Le plus beau jour" de David Foenkinos
"Madame Arthur dépoussière Queen"

Expositions :

en virtuel :
"Bruce Nauman" à la Tate Modern
"David Hockney - Ma Normandie" à la Galerie Lelong
"Marc Riboud - Histoires possibles" au Musée Guimet
"Voyages d'hiver - Regards sur les collections" au MuMa Le Havre
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol

Cinéma :

at home :
"Plein Sud" de Sébastien Lifshitz
"La mécanique de l'ombre" de Thomas Kruithof
"Un chat un chat" de Sophie Fillières
"Dieu seul me voit" de Bruno Podalydès
"Au loin s'en vont les nuages" d'Aki Kaurismaki
"The Swann" de Asa Helga Hjörleifsdóttir

Lecture avec :

"Créatures" de Crissy Van Meter
"La traversée" de Pajtim Statovci
"Le rêve de l'assimilation : de la Grèce antique à nos jours" de Raphael Doan
"Les enfants de la clarée" de Raphael Krafft
"Solitudes" de Niko Tackian
"Une gifle" de Marie Simon
et toujours :
"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=