Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce HEY! Modern art & Pop culture / Act III
Halle Saint Pierre  (Paris)  Du 18 septembre 2015 au 13 mars 2016

Dédiée aux arts singuliers, la Halle Saint Pierre présente avec "HEY! Modern art & Pop culture Act III" le dernier opus d'une trilogie consacrée aux arts outsiders dont le commissariat est assuré par Anne et Julien, fondateur de la revue-objet HEY!, créée en 2010, qui s'est imposée dans le domaine de l’art plastique underground actuel.

En 2011, embrassant six décades de création alternative, "Part I" proposait un voyage spacio-temporel au coeur des cultures alternatives qui commençait avec les "pionniers" qui, hors des académismes, des modernités et des avant-gardes, et surtout de la posture d'artiste, ont révélé l'existence de "l'art des fous".

L'année suivante, conçu comme un cabinet de curiosités transversal avec les oeuvres d'artistes notoires que les commissaires qualifiaient de "pollen de la création culturelle" en raison de leur qualité de défricheurs et d'initiateurs des mouvements contemporains, "Part II", cernait la nébuleuse de la culture underground caractérisée par son syncrétisme tant stylistique que thématique inscrit dans la tradition magico-réaliste.

HEY! Modern art & Pop culture Act III - Les nouveaux territoires de l'art

"Part III" boucle le cycle avec, certes la présence de quelques figures devenues tutélaires, mais essentiellement les oeuvres des artistes émergents nés après 1970 et formés aux beaux-arts ou aux arts plastiques qui s'inscrivent dans une démarche artistique professionnelle, et pour la plupart exposés pour la première fois en France, qui permettent une exploration des nouveaux territoires de l'art, ceux qui, selon le propos des commissaires, se dérobent à une relation au monde rationaliste et unidimensionnelle.

Et point de parcours imposé ou suggéré, ni appariement thématique ou stylistique, ni de cartels didactiques, uniquement une courte biographie des artistes. Au visiteur d'orienter sa déambulation, au sein des deux niveaux ouverts de monstration, en fonction de son ressenti immédiat.

Deux constantes d'évidence. La très grande qualité esthétique des oeuvres, pour l'essentiel, picturales et le registre figuratif. En effet, il ne s'agit ni d'art social ni d'art abstrait mais d'un art pour lequel l'homme est au coeur de la création. Une création ancrée dans la célébration de l'imaginaire et l'exploration de mythologies personnelles.

Bien que la synthèse soit, en conséquence, ardue, deux thématiques génériques récurrent se dégagent. En premier lieu, celle du memento mori, avec ce qu'elle implique de morbidité, et qui ressort à la vanité et au détournement profane de l'iconographie religieuse.

Ainsi en est-il, entre autres avec les crânes sculptés dans la nacre de grands coquillages de Grégory Halili, les bustes janusiens de Hervé Bonhert, les corps desséchés de Ludovic Levasseur, évoquant tant les poupées de Hans Bellmer que les momies des catacombes ou les portraits à tête de mort de Derek Nobbs.

Ensuite, celle de la métamorphose entendue de manière polysémique avec les corps mutants de Choi Xooang et ceux de Gabriel Grun ou les visages baconiens de Christian Rex Van Minnen.

Autre déclinaison métamorphique, l''hybridation aussi étrange qu'inquiétante de l'homme et de l'animal, des portraits avec implants faciaux de plumes de Steven Kenny au bébés-animaux en porcelaine de Bian Yu-Pei et aux enfants plume de Lucy Glendinning.

Un autre constat s'impose celui de la vivacité et de l'éclectisme de la création asiatique contemporaine et la découverte de certains de leurs ainés qui revisitent l'art de l'estampe, les pulp de Namio Harukawa avec ses dominatrices callipyges ou les "Lauhing Stones" de Hirotoshi Ito.

A ne pas rater deux séries d'oeuvres "lumineuses" : une rareté avec les "Diableries", vues stéréoscopiques datant du 19ème siècle et les extraordinaires boîtes de Albert Sallé, petits théâtres animés réalisés dans les années 1960 des petits meubles ou des bonbonnes de verre.

S'impose l'acquisition du catalogue pour appréhender l'univers des artistes notamment à l'aune des réponses qu'ils apportent au questionnaire de Proust.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Halle Saint Pierre

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Halle Saint Pierre


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=