Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gary Gritness - Battles
Grand Mix  (Tourcoing)  jeudi 29 octobre 2015

Grosse soirée belliqueuse en bonne intelligence au Grand Mix, le rythme dans la peau de bête tendue… et autres.

La bataille commence dès la première partie, dans l'esprit qui malgré lui accorde plus d'importance qu'il ne faudrait à l'aspect du bonhomme qui est sur scène.

Gary Gritness est un peu "trop" pour être honnête. Look 90's, gros blouson, casquette enfoncée, moustache à la Magnum, lunettes noires, "chaîne en or qui brille", keytare (cet instrument mi-clavier mi-guitare qu'on croyait oublié), vocoder à fond les ballons, il nous fait le rappeur west coast antique, nappes de synthés, "flow" de gangsta, poum-clap, la totale. Il est à noter quand même que le gars est de Nancy, et qu'il a signé sur le label néérlandais Clone.

En fait, c'est à Ali G qu'il fait un peu penser. Cet alter ego de Sacha Baron Cohen, faux chanteur boombastic mais vrai comédien manipulateur (le même Cohen fera le film Borat quelques années après). Bon ici, c'est un vrai musicos, clairement, mais l'enveloppe fausse pas mal la perception. Le public cela dit, entre scepticisme et hilarité a vite choisi la troisième voie du kif total et s'est pris au jeu du dance floor.

Parce que passé le recul face à cet anachronisme revendiqué, il faut bien avouer qu'il n'a rien à envier avec plein de DJ populaires dont on regrette qu'ils soient des hommes troncs en live. Là onregrette le contraire au début, mais au fond bien obligé de reconnaître que c'est un mélange rap / soul / electro / transe / bidule (le dernier titre étant possiblement une reprise de Helmet, ancien groupe de John Stanier, héraut des Battles à venir). Et une bête de scène. Et qui pousse à aller au-delà des apparences ; ce n'était pas gagné d'avance, mais ça marche.

Après la bataille dans le verre d'eau de l'esprit étriqué, la bataille navale énorme, ludique mais intraitable, évidente et super complexe, jouissive. Battles. Dave Konopka, bassiste et guitariste, look propret, s'installe accroupi devant ses pédales innombrables, loopse des petits machins tranquilou.

On commence à reconnaître un air, et Ian Williams, l'homme aux claviers penchés et à la guitare chewing-gum arrive et en fait autant, des ptits bouts d'trucs. Et ça monte, le rythme, ça monte, ahah ! Voilà "Ice Cream" ! Morceau bizarre et réjouissant, équivoque. Et enfin l'homme. John Stanier, la moelle épinière de Battles, le batteur. Que dis-je : Le Batteur. Et bim, le Grand Mix de se prendre dans la tête les fracas syncopés, les enchaînements presque illisibles et coulants de source, la Machine.

Bataille rangée. Une application et une précision qui font peur, ils ne sont pas là pour déconner même s'ils sont loin de paraître froids (un rigolo du premier rang se verra invité à prendre la parole…), les corps ramassés ou ondulants (Williams tel un Valentin le désossé), les yeux aux aguets, ils sont au cordeau, ne s'interpellant que pour finir de régler tel ou tel bouton à l'effet obscur mais décisif manifestement.

Bataille à mains nues. C'est à dégoûter quiconque a un jour caressé l'espoir de fricoter avec une batterie. Ce type la maltraite et elle aime ça, laissez tomber. Au troisième titre, il transpire à grosses gouttes, à la fin du concert sa chemise a tout simplement changé de couleur. Il doit avoir des épaules de buffle. Ils sont alignés tous trois, la batterie au milieu, et le pompon, la cymbale haute, au-dessus de tout, c'est la Lune.

Bataille des nerfs. Au fait, on appelle ça du math rock. Parce que c'est compliqué. C'est du "maths-appliqués-rock" plutôt. Surtout ne pas chercher à comprendre. Se laisser imaginer, "imager", parce que c'est plein d'images en plus de notes. Entre mélodies orientales, coups de massues industrielles et zigouigouis rigolos, on oscille entre pleins d'univers, mais beaucoup de jeux, c'est un peu la bande originale parfaite pour jeu vidéo pointu.

Alternant des titres du sommet Gloss Drop et du dernier La Di Da Di (produit par Warp comme le reste de leur discographie), l'heure et demi passe en un rien de temps et se termine sur "The Yabba". Bataille de cordées.

S'il y avait une cathédrale à Gotham City, il faudrait l'appeler Battles.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album E.P. C B de Battles
La chronique de l'album Mountain battles de The Breeders
La chronique de l'album All the Battles de JOY
Battles en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
Battles en concert au Festival de Dour 2006 (vendredi)
Battles en concert à La Maroquinerie (10ème édition des Inrocks Indie Club) (21 septembre 2006)
Battles en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Battles en concert à L'Aéronef (mardi 12 avril 2011)
Battles en concert au Cabaret Sauvage (jeudi 30 juin 2011)
Battles en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
Battles en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Battles en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Battles en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)


En savoir plus :
Le site officiel de Gary Gritness
Le Soundcloud de Gary Gritness
Le Facebook de Gary Gritness
Le site officiel de Battles
Le Soundcloud de Battles
Le Myspace de Battles
Le Facebook de Battles

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=