Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Marseillaise de Serge Gainsbourg : anatomie d’un scandale
Laurent Balandras  (Editions Textuel)  octobre 2015

Une fois n’est pas coutume surtout pour une chronique où il est question d’un livre, le texte qui suit peut et doit se lire en écoutant de la musique, mais c’est moi qui choisis le morceau, parce que sinon ça n’a aucun sens, alors cliquez sur Play et cætera.

Voilà, vous écoutez donc "Aux Armes Et Cætera" de Serge Gainsbourg, morceau datant de 1979, vous l’avez sans doute écouté plus d’une fois, c’est aujourd’hui considéré comme une "Chanson Patrimoniale", pas seulement parce que c’est presque la Marseillaise, (la musique n’est pas signée Rouget de Lisle et les paroles sont un peu modifiées) mais surtout parce que c’est LA version de Gainsbourg. Il est presque difficile à croire aujourd’hui que ce morceau ait provoqué à sa sortie un scandale, qu’il a été à la une de la presse, qu’il est devenu une affaire nationale, et cætera.

C’est à l’histoire de cette chanson, et également celle de la polémique que Laurent Balandras consacre aujourd’hui un livre. L’auteur en plus de s’occuper d’artistes comme producteur, agent, est aussi un grand connaisseur de chanson française et il est aussi un vrai grand fan de Gainsbourg. Comment reconnaître un vrai grand fan de Gainsbourg par rapport à un fan normal ? C’est assez facile en fait : quand un vrai grand fan écrit un livre sur la chanson française en général, il s’en servira forcément pour donner son avis sur "qui est / sont vraiment les compositeurs des musiques de films signées Gainsbourg ?", et c’est ce qu’il fait page 72 (je vous laisse découvrir sa réponse, je ne veux pas polémiquer et cætera).

Donc Laurent Balandras est un vrai grand fan de Gainsbourg, et un fan chanceux car il a eu l’occasion de consulter les notes et le dossier constitué par Serge lui-même autour d’Aux armes et cætera. C’est sur cette base documentaire qu’il bâtit son livre mais pas seulement, Laurent Balandras va s’attacher à montrer l’environnement, les tenants et aboutissants de cette affaire, mais résumons rapidement, et cætera.

En 1979 sort Aux Armes Et Cætera dont le morceau qui donne le titre à l’album est le premier 45 tours, il est diffusé en télévision, en radio et permet à Gainsbourg de renouer avec le succès, en fait plutôt même de "nouer", il n’avait pas vraiment eu succès en tant que chanteur jusqu’à présent hormis pour "je t’aime moi non plus", autre chanson scandaleuse. Le disque se vend bien, une nouvelle génération découvre un Gainsbourg moderne, et reggae. Le premier juin 1979, dans le Figaro Magazine, Michel Droit, écrivain résistant gaulliste, publie un pamphlet contre la version de La Marseillaise de Gainsbourg, en plus d’être assez insultant, il accuse Gainsbourg de favoriser l’antisémitisme et en profité également pour "outer" Gainsbourg en tant que juif. Une association de Parachutistes s’en mêle accusant Serge de profaner l’hymne national, allant même jusqu’à empêcher un concert à Strasbourg, et cætera.

En plus de raconter les faits, Laurent Balandras nous livre une véritable photographie des évènements, des différents protagonistes, de l’affaire qui permet de mieux comprendre le choc que cela a pu être à l’époque, une époque où la guerre n’était pas si loin, où tout n’a pas été encore réglé et où l’antisémitisme est malgré tout encore présent. Richement et abondamment illustré de photos et de fac similé d’articles de presse, de lettres tant d’insulte que de soutien, le livre explique et donne à comprendre, se permettant toutefois des analogies quelque peu hasardeuses avec les évènements de janvier 2015, comment cette histoire va transformer Gainsbourg à jamais et ce qu’une chanson peut dire d’une époque, un livre passionnant et cætera.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Gainsbourg, le génie sinon rien" de Christophe Marchand-Kiss


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 novembre 2018 : Pas de frein pour consommer la culture

Si certains estiment que l'on consomme toujours trop et toujours plus, il n'en est pas de même pour la culture. Jamais assez de livres, de musiques, de films... Voici de quoi découvrir cette semaine encore avec notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Amir" de Tamino
"We are not merchandise" de Jean Michel Jarret
"Action" de Inuit
"Vanités" de Liz Van Deuq
"Longue distance" de Miegeville
My Baby et Electro Deluxe dans une sélection de EP
et toujours :
Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Iinflammation du verbe vivre" au Théâtre de la Colline
"Dans le pays d'hiver" à la MC93 à Bobigny
"L'Arche" au Théâtre 13/Seine
"Cyrano" au Théâtre de la Tempête
"Abeilles" au Théâtre de Belleville
"Le Cabaret des Trois soeurs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Ce qu'on attend, ce qu'on a déjà" au Lavoir Moderne Parisien
"L'Autre fille" à la Comédie de Béthune
"Mémoire de fille" à la Comédie de Béthune
"Femme(s)" au Théâtre Trévise
"J'aime Brassens" au Théâtre Trévise
les reprises :
"La Double Inconstance" au Théâtre des Béliers parisiens
"En avant sur les cendres" au Théâtre du Rond-Point
"Moi, Dian Fossey" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Viel chante Brel" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"La Fabrique à Kifs" au Théâtre de l'Oeuvre
"Le Cabaret extraordinaire" à la Nouvelle Eve
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le départ" de Jerzy Skolimowki en version restaurée
et la chronique des autres sorties de novembre

Lecture avec :

"Au coeur de la folie" de Luca d'Andrea
"Les contes du réveil matin" de Michel Bussi
"Munkey diaries (1957-1982)" de Jane Birkin
"Où vivre" de Carole Zalberg
et toujours :
"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=