Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Marseillaise de Serge Gainsbourg : anatomie d’un scandale
Laurent Balandras  (Editions Textuel)  octobre 2015

Une fois n’est pas coutume surtout pour une chronique où il est question d’un livre, le texte qui suit peut et doit se lire en écoutant de la musique, mais c’est moi qui choisis le morceau, parce que sinon ça n’a aucun sens, alors cliquez sur Play et cætera.

Voilà, vous écoutez donc "Aux Armes Et Cætera" de Serge Gainsbourg, morceau datant de 1979, vous l’avez sans doute écouté plus d’une fois, c’est aujourd’hui considéré comme une "Chanson Patrimoniale", pas seulement parce que c’est presque la Marseillaise, (la musique n’est pas signée Rouget de Lisle et les paroles sont un peu modifiées) mais surtout parce que c’est LA version de Gainsbourg. Il est presque difficile à croire aujourd’hui que ce morceau ait provoqué à sa sortie un scandale, qu’il a été à la une de la presse, qu’il est devenu une affaire nationale, et cætera.

C’est à l’histoire de cette chanson, et également celle de la polémique que Laurent Balandras consacre aujourd’hui un livre. L’auteur en plus de s’occuper d’artistes comme producteur, agent, est aussi un grand connaisseur de chanson française et il est aussi un vrai grand fan de Gainsbourg. Comment reconnaître un vrai grand fan de Gainsbourg par rapport à un fan normal ? C’est assez facile en fait : quand un vrai grand fan écrit un livre sur la chanson française en général, il s’en servira forcément pour donner son avis sur "qui est / sont vraiment les compositeurs des musiques de films signées Gainsbourg ?", et c’est ce qu’il fait page 72 (je vous laisse découvrir sa réponse, je ne veux pas polémiquer et cætera).

Donc Laurent Balandras est un vrai grand fan de Gainsbourg, et un fan chanceux car il a eu l’occasion de consulter les notes et le dossier constitué par Serge lui-même autour d’Aux armes et cætera. C’est sur cette base documentaire qu’il bâtit son livre mais pas seulement, Laurent Balandras va s’attacher à montrer l’environnement, les tenants et aboutissants de cette affaire, mais résumons rapidement, et cætera.

En 1979 sort Aux Armes Et Cætera dont le morceau qui donne le titre à l’album est le premier 45 tours, il est diffusé en télévision, en radio et permet à Gainsbourg de renouer avec le succès, en fait plutôt même de "nouer", il n’avait pas vraiment eu succès en tant que chanteur jusqu’à présent hormis pour "je t’aime moi non plus", autre chanson scandaleuse. Le disque se vend bien, une nouvelle génération découvre un Gainsbourg moderne, et reggae. Le premier juin 1979, dans le Figaro Magazine, Michel Droit, écrivain résistant gaulliste, publie un pamphlet contre la version de La Marseillaise de Gainsbourg, en plus d’être assez insultant, il accuse Gainsbourg de favoriser l’antisémitisme et en profité également pour "outer" Gainsbourg en tant que juif. Une association de Parachutistes s’en mêle accusant Serge de profaner l’hymne national, allant même jusqu’à empêcher un concert à Strasbourg, et cætera.

En plus de raconter les faits, Laurent Balandras nous livre une véritable photographie des évènements, des différents protagonistes, de l’affaire qui permet de mieux comprendre le choc que cela a pu être à l’époque, une époque où la guerre n’était pas si loin, où tout n’a pas été encore réglé et où l’antisémitisme est malgré tout encore présent. Richement et abondamment illustré de photos et de fac similé d’articles de presse, de lettres tant d’insulte que de soutien, le livre explique et donne à comprendre, se permettant toutefois des analogies quelque peu hasardeuses avec les évènements de janvier 2015, comment cette histoire va transformer Gainsbourg à jamais et ce qu’une chanson peut dire d’une époque, un livre passionnant et cætera.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Gainsbourg, le génie sinon rien" de Christophe Marchand-Kiss


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 octobre 2017 : Enfin l'été indien

Pas grand signe de soleil en août, pas du tout en septembre, voici que octobre nous surprend avec ses températures estivales. Presque de quoi faire oublier la triste actualité, le départ de Jean Rochefort, et Noël qui arrive à grands pas. Quoi qu'il en soit, voici de quoi se réjouir avec le sommaire de notre sélection culturelle hebdomadaire :

Du côté de la musique :

"Colors" de Beck
"Cannibale" de Calypso Valois
"Monsieur Django & Lady Swing - Django Extended" de The Amazing Keystone Big Band
"Hineininterpretierung" de DAAU
"Djakarta EP" de Djakarta
"Meredith" de King Child
"When morning comes EP" de Mika Hary
"Stargazing for beginners" de Pale Seas
"Si je suis encore là" de Pilhaouerien
Raqoons et The Off Keys en concert à Forum Disques pour la journée mondiale du raton laveur
et toujours :
"Drifters EP" de She Owl
"Le corps défendant" de Delphine Dora et Mocke
"Beethoven : Intégrale de l'oeuvre pour violon et piano" de François-Frédéric Guy et Tedi Papavrami
Gunwood en interview, autour de leur album "Travelling soul". Retrouvez également Gunwood en session live acoustique
"They've been called" de Jep and Dep
"Tardive / Issime" de La Tène
"Lilies" de Mélanie de Biasio
"Aronde" de Aronde
"Teenager" de Teenager
"Barje endurance" de Buridane

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pièce en plastique" à l'Usine Hollander à Choisy-le-Roi
"Vénézuéla" au Théâtre 13/Seine
"L'Espace furieux" à l'Espace des Arts à Châlons-sur-Saône
"Haskell Junction" au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine
"Criminel" à la Manufacture des Abbesses
"Le Carrosse du Saint Sacrement" au Théâtre Darius Milhaud
"Noces" au Théâtre Rive Gauche
"Mon Ange" au Théâtre Tristan Bernard
"Hobobo" au Cine 13 Théâtre
"The Pianist" au Théâtre 13ème Art
les reprises :
"Les Vibrants" au Studio des Champs Elysées
"La Dame de chez Maxim" au Théâtre Rive Gauche
"Jeux de planches" au Théâtre du Marais
"Les Galets de la mer" au Théo Théâtre
"J'adore l'amour..." au Théâtre d'Edgar
les chroniques des autres spectacles d'octobre
et les chroniques des spectacles de septembre

Expositions avec :

"Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais
"Etre pierre" au Musée Zadkine
et dernière ligne droite pour "Le pouvoir des fleurs - Pierre-Joseph Redouté" au Musée de la Vie romantique

Cinéma avec :

"Fréderick Wiseman par Frederick Wiseman" au Théâtre national de l'Odéon
les films de la semaine :
"The Square" de Ruben Ostlund
"L'Asssemblée" de Mariana Otero
"Zombillénium" de Arthur de Pins et Alexis Ducord
les chroniques des autres sorties d'octobre
et les chroniques des sorties de septembre

Lecture avec :

"L'amour est une maladie ordinaire" de François Szabowski
"Les aventures de Ruben Jablonski" de Edgar Hilsenrath
"Me voici" de Jonathan Safran Foer
"Underground rail road" de Colson Whitehead
et toujours :
"Pour te perdre un peu moins" de Martin Diwo
"Une odysée" de Daniel Mendelsohn
"Bonjour c'est l'infirmière !" de Charline
"Grand frère" de Mahir Guven
"Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
"Tout sur le zéro" de Pierre Bordage

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=