Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Belin
Cap Waller  (Cinq7 / Wagram)  octobre 2015

"Si tu crois que là-bas, si tu crois qu’il y a mieux pour toi, va.
S’il t’en coûte, de voir une route, sans l’emprunter, va."

Automne 1988. Un dimanche d’automne brumeux sur une côte bretonne. Le jeune homme marche à vive allure, se bat contre le vent. Quiberon est encore loin et s’il veut être rentré avant la nuit, il faut qu’il augmente le tempo. Une silhouette passe. Le jeune homme essaie de mettre de l’ordre dans ses idées. Dans deux mois, il aura 18 ans. Même si l’idée ne le rebute pas complètement, il ne se voit pas vraiment pêcheur à bord d’un chalutier. Il sent qu’il a des choses à dire mais ne sait pas encore comment. Il sait qu’une autre vie l’attend ailleurs, mais n’a aucune idée de la direction à suivre. Et la pluie fine qui tombe depuis quelques minutes commence à lui glacer les os.

Bertrand ne se doute pas encore que, dans un an à peine, il sera à Paris et qu’un nouveau monde s’ouvrira à lui. Qu’une longue route semée d’embûches le conduira 27 ans plus tard à Sheffield, de l’autre coté de la Manche, pour y enregistrer Cap Waller, en hommage à un ancien mentor, le chanteur-guitariste folk Hugh Waller.

Le disque aux harmonies dépouillées offre une belle place, et c’est tant mieux, à la batterie de Tatiana Mladenovitch (allez jeter une oreille à son projet solo Fiodor Novski), une batterie sèche et minimale, qui rythme le disque du début à la fin. On saluera également les apports subtils de Thibault Frisoni, qui lui aussi accompagne Belin depuis longtemps, aux claviers, à la guitare ou à la basse.

Avec ce disque, Bertrand Belin donne l’impression d’arriver à se renouveler en continuant néanmoins à creuser la même terre. Dans la continuité de Hypernuit et de Parcs, l’album Cap Waller se fait encore plus radical dans l’épure, dans la recherche de nouvelles voies à explorer pour faire de la chanson française.

La grande difficulté avec les morceaux en français, c’est que le sens des mots nous saute parfois au visage nous empêchant une écoute purement musicale. Certains choisissent d’écrire en anglais, pour que ce sens soit moins frontal, plus en toile de fond. L’écriture de Belin, elle, est suffisamment poétique, pour que la langue française se fonde au sein de la musique, sans prendre toute la place. On est dans l’épure, dans la suggestion, dans la sensation. Quand on lui dit à la radio : "Je ne comprends pas ce que vous racontez…", il répond tout simplement : "Ce n’est pas nécessaire" et ajoute : "On ne comprend pas la musique en permanence. On la ressent". Avec Belin, les mots et les notes se retrouvent au même plan.

Bertrand Belin sort son cinquième album sur le label Cinq7, division de Wagram, qui compte dans ses rangs d’autres expérimentateurs de la scène française : The Do, Babx, Albin de la Simone, Dominique A, ou encore le fascinant Rover.

Il est en tournée dans toute la France cette année, profitez-en pour découvrir que l’élégance de ses disques est à la hauteur de son charisme sur scène. Pour ma part, ce sera à Lyon, au Marché Gare, le 11 décembre et cerise sur le gâteau breton, il y aura Sombre en première partie, que j’affectionne tout particulièrement. "Folle, folle, folle".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Bertrand Belin
La chronique de l'album La perdue de Bertrand Belin
La chronique de l'album Hypernuit de Bertrand Belin
La chronique de l'album Persona de Bertrand Belin
Bertrand Belin en concert au Studio Acousti (Showcase) (15 février 2005)
Bertrand Belin en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
Bertrand Belin en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Bertrand Belin en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
Bertrand Belin en concert à Colisée (7 mars 2013)
Bertrand Belin en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
L'interview de Bertrand Belin (samedi 9 mars 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Bertrand Belin
Le Facebook de Bertrand Belin


Rebecca Lujah         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bertrand Belin (5 octobre 2010)
Bertrand Belin (1 octobre 2009)


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=