Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La coupe à dix francs
Philippe Condroyer  novembre 2015

Réalisé par Philippe Condroyer. France. Drame. 1h40 (Sortie le 18 novembre 2015 - Première sortie 1975). Avec Didier Sauvegrain, Roseline Villaumé, François Valorbe, Marius Balbino, Alain Noël, Jean-Pierre Frescaline, Benoît Tostain et Hervé Lasseron.

Il y a des films qui reviennent de loin, "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer est de ceux-là.

Quand il est sorti en 1975, le film fut rattaché à une mini-vague naturaliste qui comprenait "Les Doigts dans la tête" de Jacques Doillon, "Il pleut toujours quand c'est mouillé" de Jean-Daniel Simon, "Le Voyage d'Amélie" de Daniel Duval.

C'est finalement Doillon et son apprenti-boulanger en révolte contre son patron qui attira l'attention générale, laissant à "La coupe à dix francs", qui pouvait largement rivaliser en qualité et en intérêt du public, la seule estime des critiques.

Philippe Collin, dans "Elle", résuma parfaitement toute la force d'un film qui n'exprimait pas une thèse politique mais fouillait les entrailles d'une société toujours bloquée malgré l'illusion de mai 1968 : "La coupe à dix francs par le seul déroulement de sa logique palpitante ne nous explique rien, ne nous fait rien comprendre mais nous fait tout savoir"

Les plus anciens revivront en revoyant "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer les temps pompidoliens du gaullisme en décomposition, cette période lointaine où la majorité civile était à 21 ans et dans laquelle bien des parents étaient soumis à l'ordre ancien, celui des notables de province tout-puissants.

Les plus jeunes découvriront ce qu'était la réalité de ces illusoires "Trente glorieuses", cette France pas encore tout à fait moderne où il y avait encore du travail dans des petites entreprises dans des petits centres urbains.

A l'époque où régnait le cinéma bourgeois de Chabrol et de Sautet, Philippe Condroyer a réalisé un film à contre-courant, un des derniers films à mettre en avant des personnages populaires. Ceux qui vont totalement disparaître quand on décidera, en haut lieu cinéphilique, que les faux prolos arrogants de Pialat sont la vérité unique et définitive pour représenter le prolétariat.

Le petit couple formé par Didier Sauvegrain et Roseline Villaumé, composé d'un ouvrier menuisier que son patron veut soumettre en l'obligeant à se faire couper les cheveux et d'une postière, on ne le reverra jamais plus. Pourtant, il n'est que la continuité du cinéma populaire à la française, les dialogues de Prévert en moins.

Symbolique sera donc sa fin radicale, effroyable et elle clôt sans le savoir une page de l'histoire du cinéma français, de l'histoire de France tout court.

"La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer, dont ce fut hélas aussi le dernier film de "cinéma", a osé aller jusqu'au bout de la violence sociale. Son film témoigne aussi de l'inanité du discours soixante-huitard pour un jeune ouvrier des années 1970. Rien n'a changé pour lui et rien ne pourra changer puisque la crise va bientôt arriver.

Il ne faut pas voir "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer avec la nostalgie d'une époque révolue où perdurait quand même une certaine solidarité de classe. Il faut le voir pour comprendre comment le cinéma, censé représenter une société, s'en éloigne définitivement pour ne plus en proposer qu'une version fictionnée pour classes moyennes.

Reste que désormais, grâce au numérique, "La coupe à dix francs" est de retour et que c'est un bien beau film.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=