Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La coupe à dix francs
Philippe Condroyer  novembre 2015

Réalisé par Philippe Condroyer. France. Drame. 1h40 (Sortie le 18 novembre 2015 - Première sortie 1975). Avec Didier Sauvegrain, Roseline Villaumé, François Valorbe, Marius Balbino, Alain Noël, Jean-Pierre Frescaline, Benoît Tostain et Hervé Lasseron.

Il y a des films qui reviennent de loin, "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer est de ceux-là.

Quand il est sorti en 1975, le film fut rattaché à une mini-vague naturaliste qui comprenait "Les Doigts dans la tête" de Jacques Doillon, "Il pleut toujours quand c'est mouillé" de Jean-Daniel Simon, "Le Voyage d'Amélie" de Daniel Duval.

C'est finalement Doillon et son apprenti-boulanger en révolte contre son patron qui attira l'attention générale, laissant à "La coupe à dix francs", qui pouvait largement rivaliser en qualité et en intérêt du public, la seule estime des critiques.

Philippe Collin, dans "Elle", résuma parfaitement toute la force d'un film qui n'exprimait pas une thèse politique mais fouillait les entrailles d'une société toujours bloquée malgré l'illusion de mai 1968 : "La coupe à dix francs par le seul déroulement de sa logique palpitante ne nous explique rien, ne nous fait rien comprendre mais nous fait tout savoir"

Les plus anciens revivront en revoyant "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer les temps pompidoliens du gaullisme en décomposition, cette période lointaine où la majorité civile était à 21 ans et dans laquelle bien des parents étaient soumis à l'ordre ancien, celui des notables de province tout-puissants.

Les plus jeunes découvriront ce qu'était la réalité de ces illusoires "Trente glorieuses", cette France pas encore tout à fait moderne où il y avait encore du travail dans des petites entreprises dans des petits centres urbains.

A l'époque où régnait le cinéma bourgeois de Chabrol et de Sautet, Philippe Condroyer a réalisé un film à contre-courant, un des derniers films à mettre en avant des personnages populaires. Ceux qui vont totalement disparaître quand on décidera, en haut lieu cinéphilique, que les faux prolos arrogants de Pialat sont la vérité unique et définitive pour représenter le prolétariat.

Le petit couple formé par Didier Sauvegrain et Roseline Villaumé, composé d'un ouvrier menuisier que son patron veut soumettre en l'obligeant à se faire couper les cheveux et d'une postière, on ne le reverra jamais plus. Pourtant, il n'est que la continuité du cinéma populaire à la française, les dialogues de Prévert en moins.

Symbolique sera donc sa fin radicale, effroyable et elle clôt sans le savoir une page de l'histoire du cinéma français, de l'histoire de France tout court.

"La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer, dont ce fut hélas aussi le dernier film de "cinéma", a osé aller jusqu'au bout de la violence sociale. Son film témoigne aussi de l'inanité du discours soixante-huitard pour un jeune ouvrier des années 1970. Rien n'a changé pour lui et rien ne pourra changer puisque la crise va bientôt arriver.

Il ne faut pas voir "La coupe à dix francs" de Philippe Condroyer avec la nostalgie d'une époque révolue où perdurait quand même une certaine solidarité de classe. Il faut le voir pour comprendre comment le cinéma, censé représenter une société, s'en éloigne définitivement pour ne plus en proposer qu'une version fictionnée pour classes moyennes.

Reste que désormais, grâce au numérique, "La coupe à dix francs" est de retour et que c'est un bien beau film.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=