Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Trissotin ou Les Femmes savantes
Théâtre Gérard Philippe  (Saint Denis)  novembre 2015

Comédie de Molière, mise en scène de Macha Makeïeff avec Marie-Armelle Deguy, Arthur Deschamps, Karyll Elgrichi, Vanessa Fonte, Camille de La Guillonnière, Vincent Winterhalter, Arthur Igual (en alternance Philippe Fenwick), Atmen Kelif, Ivan Ludlow, Geoffroy Rondeau, Thomas Morris et Maud Wyler.

"Les Femmes savantes" revues pas Macha Makeïeff sont d'une rare drôlerie.

Installant la pièce de Molière dans une ambiance pop avec pour mot d'ordre "de la couleur et du mouvement ", elle a mis l'accent non pas sur la satire des femmes qui jouent aux encyclopédistes un bon demi-siècle avant l'Encyclopédie, mais sur le personnage de Trissotin. Elle en a fait une espèce de nouveau Tartuffe, déchirant une famille entre ceux qu'ils subjuguent et ceux qui ne voient en lui qu'un imposteur attiré par l'argent de cette famille aristocratique.

Dans cette version respectueuse du texte plus que du contexte, l'action se situe dans une période mal définie que les costumes, voire la présence d'un projecteur diapo et d'un mange-disque, désignent comme pouvant varier du cœur des années soixante aux débuts des années soixante-dix.

Certains diront qu'on est plutôt en Angleterre aux alentours du Swinging London, d'autres pencheront plutôt pour les années soixante reconstituées à partir de tenues exagérément colorées comme on en voyait dans les films de Louis de Funès tirés de pièces de théâtre comme "Oscar" ou "Hibernatus".

L'idée vient en tête parce que Philaminte, Marie-Armelle Deguy, est habillée et coiffée en "Claude Gensac", celle qui était toujours sa partenaire, alors que son mari, Chrysale, joué par le débonnaire Vincent Winterhalter rêve visiblement de charger la barque du côté de Fufu qui mit lui-même en scène l'Avare au cinéma. Il n'en a d'ailleurs pas besoin parce que sa retenue, certains diraient sa lâcheté, en fait un personnage presque flegmatique, qui a la grimace elliptique mais les cheveux en pétard.

Plus généralement, chaque personnage est "looké" par Macha Makeïeff, dont on n'ignore plus qu'elle veille personnellement, et avec toujours un très grand soin, à la conception des costumes et des décors.

Mention ainsi au beau manteau vert en cuir de Henriette jouée par Vanessa Fonte, qui par-dessus le marché est la plus à l'aise dans les vers de Molière. Egalement mention super spéciale aux tenues de Bélise, la sœur de Philaminte, parce qu'elle est jouée par Thomas Morris avec une grâce toute castafiorienne.

Les puristes trouveront sans doute que ces exemples donnent à penser que Macha Makeïeff s'empare de Molière pour le tirer du côté des Monty Python, si l'on veut rester dans le non-sens anglais. La présence redondante d'un chien et d'un toucan empaillés, sans vraie raison, en seront une autre preuve. Macha Makeïeff multiplie les effets visuels qui ne nuisent pas à Molière et l'on s'amusera ainsi des expériences "petit chimiste" menées par Philaminte, Belise et Armande.

"Trissotin ou Les Femmes savantes", c'est d'abord une bonne ambiance et un souci tout féminin de gommer le "machisme" de Molière. Car, si il est d'usage de prétendre qu'il se moque des fausses savantes, celles que peut berner un Trissotin, l'argument ne tient pas parce que Philaminte ne s'exprime jamais de manière ridicule et n'est pas dépourvue de bon sens.

Macha Makeïeff a donc équilibré les deux "équipes", les trois savantes étant plus farfelues qu'idiotes et leurs adversaires quand même parfois ras des pâquerettes, comme Henriette un tantinet futile voire "beauf".

Et même, au final, dans cette version, est esquissée la vie douloureuse d'Armande, l'aînée de Philaminte et de Chrysale, qui choisit d'être "savante", et se prépare une vie de solitude. Maud Wyler fait de ce personnage la touche émouvante de ce spectacle vraiment désopilant, aux accents parfois chantants, qui rend Molière abordable aux petits et aux grands.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=