Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pascal of Bollywood
Le trianon  (Paris)  20 avril 2005

Le Trianon affichait complet pour le concert parisien de Pascal of Bollywood, chanteur français qui revient dans son pays natal avec un répertoire de standards indiens 100% made in Bollywood.

Un public nombreux, diversifié avec de nombreuses personnes d'origine indienne, l'attendait de pied ferme. Assise à côté d'une charmante dame indienne, celle-ci m'a demandé si je connaissais le chanteur. Je lui dis que je connais effectivement l'album du fameux Pascal of Bollywood ce à quoi elle me répond qu'il chante très bien et très distinctement ce qui permet de tout comprendre (sic !). J'ai bien dû lui avouer que cela ne me facilitait pas la compréhension de langue indienne ! Elle a semblé un peu déçue.

Avec son album éponyme sorti en novembre 2004, Pascal of Bollywood est l'unique représentant de ce registre musical en France, registre qui n'a pas fini de surprendre et de plaire et qui s'inscrit dans une vague indomaniaque initiée par Bollywood.

La salle du Trianon, ancien cabaret montmartrois et théâtre lyrique offrait un écrin particulièrement adapté au concert de Pascal of Bollywood qui fût à la fois un tour de chant et une revue grandeur miniature avec une danseuse. On s'imagine ce que ce la donnerait s'il était effectivement accompagnée d'une véritable troupe.

Car, mine de rien, souriant, gracieux et un peu kitsch, Pascal of Bollywood se révèle non seulement chanteur, dotée d'une voix de crooner qui passe bien la rampe, mais également d'une présence et d'une aisance sur scène qui lui permettrait d'être un fantastique meneur de revue "indienne".

Le concert de Pascal of Bollywood était fort attendu et son entrée sur scène après une chanson solo de son invitée, la chanteuse indienne Smriti Minocha, a été saluée par des applaudissements nourris qu'il a reçu avec sourire et simplicité avant d'entamer son spectacle avec "Evening in Paris" qui fort logiquement a déclenché une tonnerre d'applaudissements.

 

 

 

 

Pantalon mauve, chemise flashy et mocassions de faux croco, Pascal of Bollywood a vite fait de séduire, sourire aux lèvres, roulements d'yeux à l'indienne et mimiques enjoleuses. Très à l'aise, souriant, il va se montrer fidèle à la réputation qui le précède.

Entouré d'un groupe de musiciens blancs, indiens et noir talentueux, tablas, flûtes, percussions, basse, guitare, batterie et violon, il interprète "Jalwa, jalwa", "Suhana safar", "Johnny D'jono" avant d'être rejoint par une très jolie danseuse Anoucha.

Deuxième partie avec une entrée fracassante en veste de velours noire lumineuse pour un disco "Sara zamana" qui fait danser assis les spectateurs comme sur l'histoire du cerf-volant "Chali chali re patang".

Pas le temps de s'ennuyer ni de perdre a belle humeur, les morceaux s'enchaînent et il est diffiile de quitter cet univers coloré et enchanteur.

Les applaudissements sont chaleureux pour réclamer un rappel.

Pascal of Bollywood revient avec une petite boite à cylindre qui égrène les premières notes de la vie en rose dont il a fait une reprise pour le moins singulière avec "La vie en rose …indien".

Ensuite, tous, musiciens compris, nous jouent les Blues Brothers from Bollywood pour interpréter, en lunettes noires, "Tu roop ki rani" l'histoire de la Reine de beauté et du Roi des voleurs.

Deuxième rappel, ovation public debout. Clôture par la reprise de "Evening in Paris"

.Pascal of bollywood a bien fait de revenir à Paris !
 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Pascal of Bollywood

Crédits photos : David

Plus de photos sur Taste of Indie


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=