Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kurt Vile
B'lieve I'm Going Down  (Matador Records)  octobre 2015

C'est l'histoire d'un gars né dans les années 1980 à Philadelphie et qui a grandi dans la banlieue d'à côté. Il partage le nom (au moins dans la prononciation) avec le grand compositeur allemand du XXème siècle Kurt Weill, dont ses parents ignoraient l'existence.

L'histoire continue jusqu'à une rencontre très importante à un concert de Dinosaur Jr. Pour l'album Smoke rings for my halo (2011 Matador Records), Kurt Vile a travaillé avec John Agnello, qui a aussi travaillé avec Dinosaur Jr. et qui est ami avec une certaine Kim Gordon. Kim Gordon tombe amoureuse de cet album et, après avoir connu Vile grâce à Agnello, décide d'écrire le communiqué de presse pour le dernier album de ce "man with an old soul voice".

L'album en question est B'lieve I'm Going Down et c'est le sixième album de Kurt Vile, le quatrième sorti sur Matador Records, également en version deluxe de trois LP et cinq bonus tracks : "Less Talk (More Walkin Away)", "Nicotine Blues", "Bad Omens (No Faders)", "No Stranger to the Ball Bust", "Sax Omens (J Turbo)".

Enregistré entre New York, Los Angeles et le célèbre studio Rancho de La Luna dans le désert du Joshua Tree, cet album a été défini par Vile lui-même comme une espèce de heavy folk, du spaced-out blues avec toutes les parties de son corps, comme sa voix, quelque chose de dreamy rock, un rock rêveur... Le titre, il l'explique, est né en chantant "Believe I'm going down" dans le refrain du morceau "All In A Day's Work" pendant qu' il composait.

Douze pistes dont la première piste "Pretty Pimpin", un morceau à l'allure country, maintenue sur "I'm An Outlaw" aussi où Kurt prend sa guitare / banjo Gold Tone comme au temps de Childish Prodigy (Metador 2009).

"Dust Bunnies" est probablement le morceau le plus pop de l'album et nous rappelle la nouvelle direction de Kurt qui prend un peu de distance dès le début.

La profondeur de sa voix arrive sur "That's life, tho (almost hate to say)", avec une guitare qui nous rappelle du fingerpicking de Nick Drake dans une atmosphère mélancolique : "When I go out / I take pills to take the edge off / Or to just take a chillax / man and forget about it".

Dans une interview, Kurt a expliqué que son morceau préferé était "Wheelhouse" parce qu'il l'avait écrit quelques jours avant d'aller au studio dans le désert, et on entend aussi une attitude plus intimiste dans les paroles : "Sometimes I talk too much but I gotta get it out / But I don’t wanna talk, I only wanna listen / My baby talks soft, my ears are always ringing now / Humming a sad song when I’m alone".

Dans "Life Like This", le piano fait son apparition, le riff est très simple et il se répète jusqu'à la fin avec simplicité.

"All In A Daze Work" nous emmène encore une fois dans la tradition du songwriting folk américain et surtout de Neil Young duquel il partage avec Madame Gordon l'amour pour On The Beach.

"Lost My Head There" nous plonge vers les enchevêtrements psychédéliques qu'on a découvert dans Smoke Ring For My Halo.

On arrive à la déclaration d'amour de "Stand Inside" avec ses arpèges romantiques : "That’s my good girl / My whole world / Turning on the couch / Close that cute mouth / And kiss me", suivi par l'instrumental "Bad Omens" qui suggère un silence délicat.

On est presque étonné par la légèreté désarmante de "Kidding Around", comme si vers la fin de l'album Kurt aurait envie de nous dire qu'il aime plaisanter aussi : "What's the meaning of this song / And what's this piece of wood / I don't care it sounds so pretty", et si ça sonne bien, le sens n'a pas trop d'importance.

Le dernier titre ne pouvait qu'être un hymne à l'imagination, "Wild Imagination", où il chante "I’ll tell you about my past / There’s believers and lovers / And druggers and dreamers / And drunkards and schemers", des images du passé qui reviennent à travers les sons et les paroles.

Un travail remarquable qui a déjà bénéficié du parrainage de Kim Gordon et on peut faire toujours confiance en la dame de Sonic Youth.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Smoke Ring From My Halo de Kurt Vile & The Violators
La chronique de l'album Lotta Sea Lice de Courtney Barnett & Kurt Vile
La chronique de l'album Bottle It in de Kurt Vile
Kurt Vile en concert au Festival Radar 2011 (7ème édition) - vendredi 9 septembre
Kurt Vile en concert au Festival International de Benicàssim #18 (jeudi 12 juillet 2012)
Kurt Vile en concert au Grand Mix (samedi 21 décembre 2013)
Kurt Vile en concert au Festival La Route du Rock #24 (jeudi 14 août 2014)
L'interview de Kurt Vile (vendredi 9 septembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Kurt Vile
Le Myspace de Kurt Vile
Le Facebook de Kurt Vile


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=