Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joy
David O. Russell  janvier 2016

Réalisé par David O. Russell. Etats-Unis. Biopic. 1h40 (Sortie le janvier 2016). Avec Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Bradley Cooper, Ramírez , Virginia Madsen, Isabella Rossellini, Diane Ladd et Dascha Polanco.

Il a de la chance, David O'Russell. Il écrit et réalise des films à succès, bien faits avec des rôles formidables pour des acteurs, notamment pour Jennifer Lawrence qui lui doit un Oscar pour sa performance dans "Happiness Therapy".

Il a surtout la chance de ne pas avoir été - trop tôt - dans le collimateur des critiques qui font l'opinion et qui disent qui est un auteur ou pas. Comme, après son excellent film, "Les Rois du Désert", David O'Russell a eu un passage à vide, il n'a pas obtenu la carte qui momifie les talents.

Désormais, il enchaîne les films vantés par la critique, notamment pour la qualité de leurs scénarios - comme "American Bluff"-, sans qu'il soit mis en avant, sans qu'il ait les faveurs des sélections dans les grands festivals qui font les réputations d'auteur.

Et, pourtant, en voyant "Joy", on est épaté par son talent, et surtout par ses dons de conteur. Dans "Joy", il y a plusieurs films qui se succèdent, sans que le film soit heurté ou relève de procédés.

Il sait, par exemple, décrire la famille déjantée de Jennifer Lawrence et lui donner un petit goût de récit à la Carson Mac Cullers, entre grotesque et poésie. Mais, au lieu de s'y cantonner, il fait bifurquer son histoire et de femme courageuse qui porte sur elle tous les échecs de ses proches enkystés dans des rêves chimériques, Joy devient l'inventeur d'un balai "qui s'essore tout seul".

"Joy" de David O'Russell n'est jamais là où on l'attend et, l'affiche aidant, on est persuadé qu'il va s'agir ici de reconstituer le couple qui a tellement bien marché dans "Happiness Therapy". Eh bien, on peut le dire : non ou alors hypothétiquement, bien après la fin du film.

Et puis, il faut souligner le "bon esprit" de David O'Russell dans une Amérique où le "cinéma de gauche" s'est autant droitisé que son homologue français. Car, au lieu d'attribuer Cooper à Lawrence, il lui colle - pour le meilleur et pour le pire - Edgar Ramirez, rescapé du "Carlos" d'Olivier Assayas, et pas vraiment le modèle du "WASP" chargé de faire le pendant avec la jolie blonde.

Son antiracisme n'est pas feint, puisqu'il multiplie les couples mixtes et se permet même la fantaisie d'appairer Robert de Niro avec Isabella Rossellini, alors que le premier est un garagiste fauché et la seconde la veuve d'un millionnaire. Encore plus croustillante sera la rencontre de la mère de Joy, bimbo quinquagénaire se nourrissant exclusivement de séries californiennes très conformistes, avec un plombier haïtien.

Autre originalité de David O'Russell, dans l'arnaque très complexe qu'il fait déjouer à la rusée ménagère au balai magique, et qu'il explique très clairement à ses spectateurs, le méchant n'est pas le Chinois prête-nom mais le Texan...

"Joy" de David O'Russell est donc un film à la fois populaire et, comme "Happiness Therapy" ou "American Bluff", une plongée transversale dans les États-Unis d'aujourd'hui. On y sent l'esprit qui souffle chez les étasuniens de la classe moyenne, pris entre l'espoir de plus en plus hypothétique d'être les élus du "rêve américain" et la peur de tomber bien bas dans le déclassement social.

Il faut, dérision dérisoire, être une néo-sorcière blonde et prête à se couper les cheveux pour, à l'aide d'e son drôle de balai en plastique, faire fortune.

On souhaite à David 0'Russell d'être longtemps oublié parmi les dits cinéastes importants américains. Il pourra ainsi continuer à creuser un chemin cinématographique qui peut le mener très loin, c'est-à-dire très près des grands maîtres qui semblent l'inspirer, Cukor, Minnelli et Ford. C'est peu dire qu'on lui place la barre très haut.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=