Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Femmes savantes
Théâtre des Quartiers d'Ivry  (Ivry)  janvier 2016

Comédie de Molière, mise en scène de Elisabeth Chailloux, avec Anthony Audoux, Philippe Cherdel, Bénédicte Choisnet, Etienne Coquereau, Camille Grandville, Florent Guyot, Pauline Huruguen, François Lequesne, Catherine Morlot et Lison Pennec.

Comédie satirique qui épingle le verbalisme, la cuistrerie et, surtout, le besoin de paraître de la bourgeoisie, "Les Femmes savantes" constituent le pendant féminin du "Bourgeois gentilhomme", plébéien saisi par la folie des grandeurs alors qu'il est encore englué dans ses racines paysannes.

Molière y dénonce le snobisme culturel, afférent à la préciosité, au scientisme et au goût des belles lettres, et le diktat des salons et des pédants, par le truchement d'une bourgeoise inculte, aspirant à intégrer l'élite sociale et culturelle et instrumentalisée par un petit maître intéressé, qui sème une zizanie clivante dans la maisonnée qu'elle veut placer sous la coupe réglée des nobles plaisirs, du bel esprit, des lois de la grammaire et du suc de la science.

Pour cette entreprise, elle est épaulée par sa belle-soeur, une vieille fille névrosée qui compense ses refoulements par l'imaginaire et le fantasme, en vivant dans le Pays du Tendre où tous les hommes la révèreraient sans prendre la licence de lui révéler leur amour, et sa fille aînée dévouée à l'étude de la philosophie qui permet de s'ériger au dessus du commun des mortels.

Son projet de mariage forcé de sa fille cadette plus encline aux appâts terrestres avec un pédant, alors que celle-ci a projeté d'épouser l'amant éconduit de sa soeur, initie une véritable bataille rangée.

Dans sa note d'intention, partant de l'analyse que les femmes savantes de Molière sont résolument féministes, Elisabeth Chailloux indique procéder à une mise en résonance avec le féminisme des années 1960, parallèle non pertinent dès lors que ses revendications concernent la remise en cause des rôles familiaux traditionnels et la liberté sexuelle.

Or, en l'espèce, rien de tel d'autant que la maitresse de maison, termes particulièrement appropriés en l'occurrence, porte la culotte dans son ménage, que la puissance paternelle triomphe et que le mariage, institution non contestée, se trouve au coeur de l'intrigue.

Cela étant, la contextualisation annoncée se révèle anecdotique et n'entraîne aucune conséquence dommageable dès lors qu'elle ne se manifeste concrètement que par certains des costumes confectionnés par Dominique Rocher et le recours à des chansons de variétés de l'époque "yé-yé"et que, de surcroît, le décor épuré de Yves Collet - rideaux de tulle noir et pré-carré scénique matérialisé par une bande rouge - ne se réfère pas à l'esthétique des sixties.

En outre, Elisabeth Chailloux n'a pas procédé à une adaptation du texte et les quelques bribes surnuméraires, pour dispensables qu'elles soient, ne dénaturent pas la partition originale.

Par ailleurs, elle dirige avec discernement les comédiens pour la déclamation des alexandrins, exercice qui même s'il n'est pas diligenté de manière homogène, permet une bonne compréhension d'un texte comportant de brillantes et antithétiques joutes oratoires dont la qualité ravit toujours à l'écoute.

Force également est de constater qu'elle a opté pour une mise en scène qui évite le registre de la farce caricaturale avec numéros d'acteur et verse plutôt dans un entre-deux entre la comédie de moeurs et la comédie de caractères afin de dépasser la dimension archétypale des personnages et signifier tant leur humanité que leurs contradictions.

Ainsi, Trissotin finement campé par Florent Guyot n'est pas, malgré ses ronds de jambe tant posturaux que littéraires, qu'un gandin coureur de dot et un pédant se produisant devant un mince auditoire de pécores qui se pâment devant ses vers de mirliton, mais également un homme déçu de ne pas voir son mérite reconnu et humilié par son homologue (Philippe Verdel).

De même pour la fille aînée interprétée par Pauline Huruguen, tiraillée entre le dépit amoureux, l'asexualité, le dégoût du mariage et ses aspirations intellectuelles, qui fera les frais du retour à l'ordre de la maisonnée après les assauts de la ligue du "bon sens" composée de son père, bonhomme et effacé, archétype moliéresque du barbon en quête de sa seule quiétude et des plaisirs organiques, belle composition de François Lequesne, de son oncle (Etienne Coquereau) et de la servante (Lison Pennec) qui ne renie pas ses origines.

Les futurs époux, (Anthony Audoux et Bénédicte Choisnet), reproduisent le couple parental, lui dévoué, elle, déterminée et Catherine Morlot compose une hilarante et crédible excentrique.

Quant à Camille Grandville, pétulante et instillant dans son jeu une bienvenue note de théâtre de boulevard, elle négocie parfaitement le rôle de la "reine-mère" dont le noble génie n'a pas vaqué toujours à la philosophie et qui mène la danse avant de retrouver le chemin de la raison qui mène au conventionnel heureux dénouement.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 août 2017 : Comme un air de Week End

Cette semaine, avec son pont du 15 août, va ressembler à un long week end qui se termine en beauté par le festival de La Route du Rock. Voici quand même quelques petites chroniques à lire à vos heures perdues, entre 2 averses ou 2 concerts, avant la plage, après la sieste...

Du côté de la musique :

"Soleil de Tokyo" de Imagho
Classique, vous avez dit classique ? autour de Igor Stravinsky et le Sacre du Printemps
"Cluster" de An Pierlé
EP de My Own Ghosts
"Un Renaud pour moi tout seul" de Monsieur Lune
et toujours :
"La vie sur les os" de Géraldine Torres
"Goodnight Rhonda Lee" de Nicole Atkins
"Oh, Sealand" de Oddfellow's Casino
"Every valley" de Public Service Broadcasting
"A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard" de Ambrose Akinmusire
"A new kind of freedom" de The Celtic Social Club
Youri Defrance et Jupiter & Okwess, ni vus ni connus mais à découvrir
Pondichery Bomb en session de la semaine
Interview de François Floret à propos de la Route Du Rock 2017
dernier petit tour du côté des Vieilles Charrues

Au théâtre :

les divertissements de l 'été :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Un petit jeu sans conséquence" à la Comédie de Paris
"Le jardin d'Alphonse" au Théâtre Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Rupture à domicile" au Théâtre du Splendid
"Le Dindon" au Théâtre Le Lucernaire
"Oui !" au Café de la Gare
"Tout le monde peut se tromper" au Café de la Gare
"Et pendant ce temps Simone veille" à la Comédie Bastille
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et à ne pas rater "L'écume des jours" au Théâtre de la Huchette

Exposition avec :

la dernière ligne droite pour "Karel Appel - L'Art est une fête !" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Une femme douce" de Sergei Loznitsa
"Lumières d'été" deJean-Gabriel Périot
les chroniques des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'ordre du jour" de Eric Vuillard
"La lanterne des morts" de Janine Boissard

Froggeek's Delight :

"Great Giana Sisters" histoire d'un jeu et d'un plagiat

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=