Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le bruit court que nous ne sommes plus en direct
Théâtre de la Bastille  (Paris)  janvier 2016

Spectacle conçu et mis en scène par le Collectif L'Avantage du doute, avec Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas et Nadir Legrand.

Il y a quelques dizaines d'années, Jean Yanne écrivait et tournait "Tout le monde, il est beau, tout le monde, il est gentil", fable dans laquelle un journaliste prenait la tête du radio avec pour seule ambition de dire la vérité.

Dans "Le bruit court que nous sommes en direct", la radio est devenue télé, télé du net, et le mot "éthique" a été préféré au mot "vérité".

Quand commence la pièce du Collectif L'avantage du doute, une bande d'allumés s'ébat dans une "télévision libre" et s'apprête à construire le "journal télévisé" de la dite télé. Touchants, pathétiques, rescapés d'un autre temps idéologique où le fait que Mylène Farmer soit interviewée par Paris-Match impliquait qu'elle cautionne le capitalisme incarné par M. Lagardère, les journalistes d' "ETHIK TV" sont de joyeux et de parfaits rêveurs.

Entre "André le Magnifique" et la troupe des Robins des Bois, Simon Bakhouche et ses quatre camarades, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas et Nadir Legrand, veulent raconter ce que faire de la télé veut dire. Toute la première partie du "Bruit court" récite donc avec une belle naïveté radicale le catéchisme anti-médias dominants.Ils le mettent même en pratique sur scène, filmant leur "JT" avec leurs dérisoires moyens du bord.

Mais, alors que l'expérience n'attendait que leur lassitude pour s'achever dans l'indifférence générale, survient Gloria, la fille d'un ami de Simon, ancien journaliste à "Actuel" devenu richissime. Diplômée en marketing et en sciences médiatiques, elle va transformer la douce utopie en terrible machine à faire des spectateurs coûte que coûte.

Cette deuxième partie, plus convenue, moins folie douce, se terminera pourtant par une parade finale "énaurme" et anthologique, dans laquelle le héros FMIste du Sofitel aura son rôle à jouer.

Si les comédiens du "Bruit court que nous ne sommes plus en direct" font jusqu'au bout preuve d'une belle énergie, on ne peut, cependant, que rester sur sa faim à l'écoute d'une seconde partie attendue et sans surprise, final excepté.

En effet, à l'issue du spectacle proposé, une conclusion s'impose : toute personne qui entre dans le monde médiatique devra en sortir au plus vite ou, sinon, finira perclus de cynisme et de fatuité. On aurait aimé quelque chose d'un peu plus transversal, d'une réflexion un peu plus construite, même si ce qui est proposé est loin d'être déshonorant et parvient souvent à faire rire.

Plus près du café-théâtre que des analyses de Marie-José Mondzain, "Le bruit court que nous ne sommes plus en direct" ne doit pas se voir comme une critique profonde des médias mais comme une joyeuse satire des télés alternatives. Si on accepte cela, la pièce soutient plaisamment la comparaison avec le film "Télé Gaucho" de Michel Leclerc.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=