Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bang Gang
Eva Husson  janvier 2016

Réalisé par Eva Husson. France. Drame. 1h38 (Sortie le 13 janvier 2016). Avec Finnegan Oldfield, Marilyn Lima, Daisy Broom, Lorenzo Lefebvre et Fred Hotier.

Si le cinéma français sait traiter de la jeunesse ou de l'adolescence à travers les émois de quelques personnages, il est, en revanche, souvent incapable de restituer la vie scolaire, que ce soit au collège ou à l'université.

On avait, il y a deux ans, dit tout le bien qu'il fallait penser de "La Crème de la Crème" de Ken Chapiron qui contait de manière crédible et acérée les aventures de trois jeunes gens plongés dans l'âpre compétition des écoles de commerce. On avait souligné notamment qu'aucun des nombreux jeunes comédiens incarnant des étudiants n'était mauvais et qu'aucun personnage n'était une caricature.

"Bang Gang" d'Eva Husson pourrait à son tour recevoir les compliments faits à "La Crème de la Crème". Cette fois-ci, il ne s'agit pas d'étudiants mais de lycéens et le thème sous-jacent n'est pas la prostitution dans les grandes écoles mais les soirées très sexe organisées par ces jeunes gens de bonne famille originaire d'une ville tranquille de la côte atlantique.

"Soirées très sexe", c'est un euphémisme pour définir ces soirées où sous fond de drogue et d'alcool, les corps vont s'enchevêtrer dans une furie qui rappelle un peu celle qui saisissait les héroïne de "Spring Breakers" d'Harmony Korine. Dans son titre, Eva Husson a interverti les mots "Bang" et "Gang", mais fait référence à l'anglicisme "gang bang" qui permet de ne pas employer le terme francophone de "partouze"...

Et si l'on est un peu chochotte ou prude, il est conseillé de ne pas franchir le seuil de la belle maison isolée du jeune Alex, celle où tout va se passer et souvent se repasser. Car Eva Husson ne sera pas avare de figures horizontales ou verticales rassemblant de jeunes corps appétissants.

Mais, attention, que les pervers ne se pourlèchent pas trop vite les babines : "Bang Gang" d'Eva Husson n'est ni un soft porno ni un film érotique qui cherche à ne pas cacher ce que tout le monde veut voir. Elle réussit à filmer "normalement" les scènes "osées" et, comme on l'annonçait d'entrée, tous les jeunes gens y sont aussi naturels que dans les scènes de classe.

Outre ces moments qui feront parler du film, "Bang Gang" vaut d'abord pour sa description sociologique de cette France préservée des maux qui touche l'autre, celle des régions dégradées par le chômage, qui servait de cadre à "Chante ton bac d'abord" de David André.

Dans la ville non citée où se déroule "Bang Gang", on assiste au rêve sarkozyste ou hollandais, celui d'une union entre la bourgeoisie et les classes moyennes salariées. Si ces soirées sont possibles, c'est que les rejetons de la grande bourgeoisie sont laissés à eux -mêmes, pendant que les autres appartenant à des familles dé-ou-recomposés ont une vraie liberté de mouvement, surtout que, par ailleurs, ils peuvent être de bons élèves...

Dans "Gang Bang" d'Eva Husson, l'union des uns et des autres est évidemment bien métaphorique. La cinéaste décrit astucieusement combien tout cela repose sur un volcan prêt à se réveiller et son film est un joli suspense qui aboutira, ruse suprême, à un happy end subtilement moraliste.

Il est fort possible que de nombreux spectateurs refusent le sujet d'un film qui, mine de rien, comme celui de Kim Chapiron, dresse un constat pas très réjouissant de l'état psychologique d'une certaine jeunesse française.

Il faudra cependant se souvenir des jeunes acteurs qui illuminent le film d'Eva Husson, et notamment Finnegan Oldfield et Lorenzo Lefebvre, qui fournissent deux versions antithétiques du lycéen type.

Quant à Marilyne Lima, qui joue George la petite blonde faussement sulfureuse, on dirait une Lou de Laâge qui coucherait au lieu d'user de son beau sourire. A coup sûr, elle est déjà la révélation de l'année 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=