Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je me mets au milieu mais laissez-moi dormir
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  janvier 2016

Comédie dramatique d’après un film de Jean Eustache, mise en scène de Dorian Rossel, avec David Gobet, Dominique Gubser et Anne Steffens.

Après avoir proposé au Monfort, il y a quelques semaines, une version très ramassée d'"Oblomov", le roman d'Ivan Gontcharov, Dorian Rossel renouvelle l'expérience de l'adaptation théâtrale d'un texte majeur, en l'occurrence le scénario de "La Maman et la Putain" de Jean Eustache.

Le film, hors normes, durait près de quatre heures et ceux qui l'ont vu se souviennent qu'on avait l'impression d'un flot constant de mots, essentiellement prononcés par Alexandre, le personnage central qui oscillait entre Marie et Veronika, entre la "maman" et la "putain". De temps en temps, la logorrhée verbale était interrompu par un disque qui passait souvent dans son intégralité.

Damian Rossel a choisi de respecter le dispositif d'Eustache, contrairement à Julie Duclos dans "Nos Serments", qu'on a pu voir la Colline au début de l'année dernière, qui préférait l'improvisation au texte de "La Maman et la Putain" et la vidéo à l'électrophone. Chez Rossel, il y a donc bien de bons vieux 33 tours qui grésillent et l'action se situe au début des années 1970.

Mais cette adaptation "Reader's Digest", si elle respecte le texte et le contexte, perd beaucoup en sens. Car Eustache n'est pas, contrairement à ce qu'on pourrait croire ici, un rejeton de la "Nouvelle Vague". Pour lui, et son alter ego Alexandre, parler, traîner dans les cafés, boire trop de whisky, c'est exprimer ses états d'âme et son dégoût révolutionnaire de la société post-soixante-huitard.

Il n'est nullement question, dans le portrait de ce parasite volontaire, de cet artiste qui ne crée pas au point de paraître un mythomane, de dresser le portrait d'une génération. Alexandre est un individu singulier, et si son malaise existentiel a des correspondances avec celui de ses semblables, il se vit avant tout comme un dandy germanopratin qui traîne entre le Flore et les Deux Magots.

A l'ère où la jeunesse montrée au théâtre tangue souvent entre le pôle emploi et l'intermittence du spectacle, il est bien difficile à Dorian Rossel et à Julie Duclos de comprendre Alexandre et a fortiori de le faire comprendre à ses spectateurs. Comme Oblomov, il tranche des autres parce qu'il fait de la paresse et de la lenteur des vertus cardinales.

En "accélérant" son débit, au point de loger quatre heures de discours en une heure trente, Dorian Rossel commet un gros contresens et d'abord celui de donner la vedette au personnage de Véronika, l'infirmière, incarnant le réel, le trivial.

Evidemment, son discours paraît plus fort que les élucubrations d'Alexandre, et garde aujourd'hui toute sa force. Mais, si l'on revoit le film, on s'apercevra que cette force n'est que le contrepoint de ce que dit Alexandre dont le discours prend une toute autre nature quand il n'est pas un bout à bout linéaire, mais s'entrechoque avec les scènes diverses du film.

Pour qui n'a pas une grande connaissance de l'oeuvre d'Eustache, hélas introuvable en DVD, ce qu'en fait Dorian Rossel aura le grand mérite de leur donner envie d'en savoir plus. La performance d'Anne Steffens dans le rôle de Véronika les marquera forcément et ils apprécieront le jeu en demi-teinte de Dominique Gubser, qui doit faire vivre Marie après Bernadette Lafont et qui ne bénéficie pas d'une grande exposition scénique.

Quant à David Gobet, il tire Alexandre vers Antoine Doisnel, profite avec gourmandise de l'effet "mots d'auteur" que donne le resserrement du texte. Si l'on ignore que Jean-Pierre Léaud était chez Eustache tout le contraire de ce qu'il était chez Truffaut, on ne se plaindra pas en écoutant ce texte d'une grande beauté littéraire.

Si, malheureusement, on a l'âge d'avoir connu les années 1970, on sera plus critique. Dès le premier disque posé sur le pick-up, on pourra avoir le poil hérissé : jamais, au grand jamais, Alexandre n'aurait écouté le douteux Maurice Chevalier. Pas plus que le mièvre Christophe et ses mots bleus. Comme Fassbinder, à qui on devrait se référer en l'adaptant au théâtre, Eustache aimait les voix féminines tragiques pas celle de "Prosper yop la boum".

"Je me mets au milieu mais laissez-moi dormir" rate aussi toute la noirceur poétique d'Eustache, et c'est fort dommage pour explorer une œuvre qui conserve encore de nombreux mystères.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=