Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La loi des prodiges
La Loge  (Paris)  janvier 2016

Monologue dramatique écrit et interprété par François de Brauer.

"La réforme Goutard" avait été l’un des spectacles révélations du Festival Off d’Avignon 2014 où déjà il se distinguait parmi les découvertes de cette édition comme une pure pépite.

Un an et demi plus tard, sous un autre titre, "La loi des prodiges", le seul en scène écrit et interprété par François de Brauer n’est pas loin d’être devenu un chef d’œuvre.

L’histoire raconte le destin exceptionnel de Rémy Goutard qui, d’abord petit étudiant en histoire, deviendra ministre (dans une société totalitaire imaginaire) et lancera la fameuse "réforme Goutard" consistant à annihiler toute sorte de création dans l’art ou la culture. "La loi des prodiges" démarre par la naissance du petit Rémy, naissance à laquelle n’assistera pas son père Paul, scénariste tentant de vendre son dernier texte…

Dans une ambiance un peu surannée qui rappelle les films des années 50 (et auxquelles une scène convoquant Arletty rend particulièrement hommage), le récit avec un sens de la construction, des dialogues et des situations (on rit énormément) alterne les époques, enchaîne les séquences en d’incroyables transitions, pour finalement ne jamais perdre le spectateur en route un seul moment. Le comédien fabuleux se double d’un scénariste brillantissime.

Le travail splendide des lumières de François Menou met en valeur tout le contraste de cette vaste fresque où les ambiances se fondent, et le regard de bon conseil de Louis Arène et Joséphine Serre qui ont collaboré à la mise en scène a permis encore à l’ensemble de se bonifier. François de Brauer offre près de deux heures d’un immense bonheur théâtral entre absurde et poésie, où l’on ne cesse de s’émerveiller.

Formé à l’école de l’improvisation théâtrale puis du Conservatoire National Supérieur d'art dramatique, celui qu’on a pu voir déjà dans des rôles aussi forts que variés de Shakespeare à Heiner Muller, montre ici tout ce dont il est capable et sa performance séduit autant que le comédien impressionne par son énergie, sa polymorphie et sa vivacité avec un art maîtrisé à la perfection pour passer d’un personnage à l’autre, sans brusquerie avec une grâce et une aisance stupéfiantes, exploitant chez chacun des personnages qu’il convoque, la moindre faille pour l’incarner. Bien sûr, on ne peut s’empêcher de penser aux premiers spectacles de Philippe Caubère, mais il ne ressemble qu’à lui-même.

Les séquences qu’il entremêle avec un timing parfait forment un patchwork d’une fluidité exceptionnelle avec un sens de la dramaturgie remarquable et des répliques destinées à devenir cultes. Tous les personnages, sans exception, sont dessinés à la perfection avec une précision des détails, des ambiances et des décors que c’en est éblouissant.

Oui, François de Brauer est un comédien prodigieux destiné sans aucun doute à être un des plus grands de sa génération. Et "La loi des prodiges", au final grandiose, certainement un des plus beaux seul-en-scène sur la condition d’artiste.

Un spectacle qui laisse admiratif d’un aussi grand talent, qui risque d’avoir une belle et longue route et qu’il serait évidemment impensable de rater.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=