Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soirée 1983 : Agathe - Joyce Giani - Simone Ringer - Ashtray - Lise - Lockhart - Batist - Robi - Les Pirouettes - Pomme - Lenparrot - Carmen Maria Vega - Laurent Saligault - Fishbach - Victorine - Guillemette Foucard - Cléa Vincent - Kim Giani
Les Trois Baudets  (Paris)  jeudi 14 janvier 2016

C'est la troisième fois que Cléa Vincent organise des soirées chansons autour d'une année donnée. On peut supposer que c'est suite à l'accord d'Agathe, du groupe Regrets, de participer à une de ces soirées, après plusieurs années d'échanges par voie électronique, qu'elle a choisi spécifiquement l'année 1983.

Ce choix s'est révélé gagnant puisque la salle des Trois Baudets était pleine à craquer pour l'occasion. Le public était varié, composé de quelques nostalgiques, de danseurs venus se déhancher sur "J'veux pas rentrer" et des curieux venus découvrir toute cette nouvelle-nouvelle-nouvelle... scène française qui avait répondu à l'invitation de Cléa Vincent, la maîtresse de cérémonie, et de son discret compère Kim.

1983. Il y a le charme de la nostalgie. A la télé, on regardait Magnum et les premiers épisodes de L'Agence Tout Risque. Mourousi recevait Starsky & Hutch sur le plateau du 13h de TF1, bien avant que Pernault ne vide cette case horaire de sa substance. Au cinéma, on pouvait voir L'Eté Meurtier, Le Retour du Jedi, Scarface, Le Sens de la Vie ou Tchao Pantin. Jack Lang était Ministre de la Culture. Certains croient qu'il l'est encore aujourd'hui.

On écoutait, sur des FM récemment libérées et pas encore stéréotypées, "Sunday Bloody Sunday" de U2. Pour ma part, je découvrais Cure avec "Let's Go To Bed" et New Order avec "Blue Monday". Je ne connaissais pas encore les Smiths, ni Depeche Mode. On croyait encore que dès l'an 2000, les voitures voleraient, que les machines effectueraient tout le travail et qu'on aurait de plus en plus de temps libre. Aujourd'hui, on se dit que quelque chose a dû se casser en chemin.

1983 fut aussi le tournant de la rigueur suite aux dévaluations à répétition du franc, et des politiques qui abandonnaient la gestion du pays à la main invisible du marché.

Mais pour revenir à la soirée des Trois baudets, c'est d'abord Cléa Vincent qui prend le micro et présente la soirée comme une "surboum" entre amis. Pour entrer dans le vif du sujet, la première artiste invitée est Agathe. Elle n'est pas remontée sur les planches depuis vingt-cinq ans, alors il y a un peu de nervosité dans l'air, sa voix tremble un peu. Entourée du backing band de la soirée, mais aussi de Cléa et de Kim aux claviers et tablettes, Agathe semble prendre la fin de chacune de ses chansons comme une petite victoire personnelle qu'elle souligne d'un trait d'humour. Dans le public, "Tout l'monde s'amuse, tout l'monde est très très gai" et certains dansent même dans les escaliers des Trois Baudets. Elle termine son court set de quatre ou cinq titres par l'imparable "J'veux pas rentrer" qui a fait son succès.

C'est ensuite Joyce Giani qui prend la relève. Joyce Giani est la tante de Kim. Elle a sorti une poignée de singles, réédités en numériquement en 2012 sous le titre 78-83, sous le nom de Lina. Ce sont certaines de ces chansons que Kim, Cléa Vincent, Batist et David Argellies reprennent sous le nom Les Chansons de Ma Tante, projet que vous pourrez découvrir au Pop In le 23 janvier. Elle interprète deux chansons de son répertoire de 1983, dont "Miaou-Miaou", chanson joyeusement absurde auquel le public réagit bien.

Après un petit incident de parcours, Ashtray s'étant perdu dans les couloirs des loges des Trois Baudets et étant absent alors que les musiciens commencent à jouer "Girls just want to have fun" (version Cindy Lauper de 83, et non la version punk-ska de Robert Hazard), c'est donc Simone Ringer, du goupe Minuit, vêtue d'un magnifique pantalon Star Trek en lamé argenté, qui se lance dans une version musclée de "Modern Love" de Bowie.

C'est la première fois que je voyais Simone Ringer en scène, elle a une vraie présence et une voix puissante et assurée. Ashtray, qui a retrouvé le chemin de la scène, enchaîne avec "Girls Just Want To Have Fun".

C'est ensuite Lise et Lockhart qui reprennent "Juste une mise au point" de Jakie Quartz. Ces deux-là avaient déjà collaboré sur une reprise de "C'est la ouate" de Caroline Loeb, malheureusement sorti en 1986, donc trop tard pour convenir au thème de la soirée. Le producteur parisien, par ailleurs membre de Bleu et de Franklin, et la jeune chanteuse qui mène sa carrière entre la France et les Etats-Unis, s'entendent vraiment bien et parviennent à titiller la nostalgie des spectateurs avec cette chanson pourtant hautement improbable. Ensuite Batist, guitariste du backing band ce soir-là, change de registre avec "Seek And Destroy" de Metallica.

Robi, sobrement vêtue de noir, a choisi "Fuir de bonheur de peur qu'il ne se sauve", écrite par Gainsbourg pour Birkin. Robi, dont la voix est mise en avant sur son second album, La Cavale, donne une version plus impudique que celle de Birkin.

Les Pirouettes interprètent ensuite deux titres, dont "Le Bonheur, C'est Malheureux" d'Adjani, dans leur style léger et sautillant. Pomme interprètera une chanson country que je ne connaissais pas.

LenParrot, qui a sorti un premier EP Aquoibonism l'année dernière, atteint des sommets avec une version splendide du titre de Michel Jonasz "Une Seule Journée Passée Sans Elle". Le jeune homme a une voix simplement magnifique.

Carmen Maria Vega enflamme la salle avec sa reprise de "Sweet Dreams" d'Eurythmics, dans laquelle on la sent pourtant retenir son caractère volcanique.

C'est ensuite le bassiste du groupe, Laurent Saligault, qui interprète une version très rock du "Maniac" de Michael Sembello, extrait de la BOF de Flashdance. Bassiste de Barbara Carlotti, son interprétation d'un morceau pourtant peu digeste à la base force le respect. On ira vite écouter son premier album. Fishbach, habituée aux sons eighties, reprend pour sa part "Poisson dans la cage" de Daniel Balavoine.

Victorine, dont le premier EP est sorti l'été dernier, interprète avec Guillemette Foucard, le thème d'Ulysse 31. On sent que la cloche de la récré va bientôt sonner. Les deux jeunes femmes ont ramené les costumes et jouets qui ont servi dans le clip "Désunis de l'univers", où Kim Giani interprétait un chien et Carmen Maria Vega une danseuse de hulla hoop masquée. Elles invitent des spectateurs à faire un combat de sabres-laser sur scène pendant qu'elles chantent, et distribuent des pistolets laser dans le public. Ambiance de joyeux foutoir régressif pour ce générique de dessin animé.

C'est enfin Cléa Vincent qui donnera un amusante version de "La reine des Pommes" de Lio. A la fin de la chanson, tous les participants se retrouvent sur scène pour terminer, autour de Carmen Maria Vega et Simone Ringer, avec une reprise de circonstance, "Let's Dance" de David Bowie décédé quelques jours auparavant. Juste avant le salut final, Cléa Vincent et Joyce Giani reprendront avec le choeur de tous les participants "Miaou Miaou", présent sur Les Chansons de ma tante.

Au-delà de la très joyeuse ambiance, du plaisir évident des musiciens de partager une scène, et du plaisir nostalgique de revoir Agathe du groupe Regrets sur scène, cette soirée permettait de découvrir de jeunes artistes à suivre, d'identifier de nouveaux talents. D'autre part, on se demande si après les années 60, 70 et 80, Cléa Vincent s'aventurera sur le terrain des années 90. En effet, les canaux de distribution de la musique étaient alors déjà très segmentés et les chansons seront moins fédératrices que celles de la décennie 80. Et si on se fie aux Victoires de la Musique pour déterminer ce qui pourrait être interprété dans 20 ans pour fêter l'année 2015, on se dit que ce n'est pas gagné puisque Kendji Girac ou Maître Gim's sont quand même des produits (il fallait un mot pour éviter d'écrire "artistes") auquel on peut heureusement échapper sans trop d'effort.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lise parmi une sélection de singles (mars 2011)
La chronique de l'album eponyme de Lise
La chronique de l'album La Fille Que Je N'Embrasse Pas de Lise
Lise en concert à l'Espace Vauban (16 mars 2005)
Lise en concert au Théâtre Les Déchargeurs (avril 2011)
Lise en concert à Lise au Festival des Francofolies 2011
Lise en concert à Zèbre de Belleville (mercredi 28 septembre 2011)
Lise en concert à La Menuiserie (vendredi 19 avril 2013)
Lise en concert aux Infirmières Galerie (mercredi 18 juillet 2013)
Lise en concert à La Ferronnerie (vendredi 7 février 2014)
Lise en concert à Maze (vendredi 13 février 2015)
Lise en concert au Festival L'Estival (édition 2015) - Les Vitrines - samedi 3 octobre
Lise en concert à Lise - My Broken Frame (lundi 8 février 2016)
L'interview de Lise (10 mars 2011)
Robi en concert au Festival Europavox 2015 - Samedi 23 mai
L'interview de Robi (vendredi 25 janvier 2013)
Carmen Maria Vega en concert au Fil (18 décembre 2008)
Carmen Maria Vega en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Carmen Maria Vega en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Carmen Maria Vega en concert au Transbordeur (vendredi 19 novembre 2010)
Carmen Maria Vega en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - dimanche
La chronique de l'album La Rentrée EP de Victorine
La chronique de l'album Retiens Mon Désir de Cléa Vincent
Cléa Vincent en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)
L'interview de Cléa Vincent (jeudi 2 février 2017)

Crédits photos : Laurent Coudol


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lise (10 mars 2011)
Robi (8 mai 2012)
Kim Giani (2 juillet 2015)


# 26 mars 2017 : Tout vient à point à qui sait attendre le printemps

Voilà, c'est le printemps, premier soleil, premières fleurs, bientôt les premiers festivals. En attendant voici de quoi satisfaire votre appétit de nouveautés et rattraper les désagréments de l'heure perdue dans la nuit. Sans plus attendre voici de quoi lire, voir et écouter :

Du côté de la musique :

"Spirit" de Depeche Mode
"Murmuration" de Rabih Gebeile
"Burning the threshold" de Six Organs Of Admintance
"Shikantaza" de Chinese Man
"Mozart / Rachmaninov : Concertos & A conversation that never was" de Grigory Sokolov
"Rivers" de Polaroid3
"Now is not a good time" de The Keys
Matmatah et Lord Ruby au Transbordeur de Lyon
et toujours :
"A day for the hunter, a day for the prey" de Leyla McCalla, "My wild west" de Lissie, "Chopin : Late works" de Maurizio Pollini, "Vocello" de Henri Demarquette, "Messages personnels " de Emma Solal, Mustang, Akira Kosemura, Sylvain Fesson, Lonny Montem dans une sélection de single
"Elements" de Zenzile, Rencontre avec Narrow Terence autour de leur nouvel album "Rumble-o-rama" accompagné d'une session live, "Plates coutures" de Matmatah

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Larmes d'Oedipe" au Théâtre de la Colline
"Lili" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Palestro" au Théâtre L'Atalante
"Cut" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Serment d'Hippocrate" au Théâtre 14
"La nuit à l'envers" au Théâtre Essaion
"L'héroïsme au temps de la grippe aviaire" au Théâtre de Belleville
"Les Mauvaises graines" au Chat noir
"Les Misérables" au Théâtre Le Lucernaire
"L'histoire d'une femme" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Yanoswki - Le Cabaret extraordinaire" au Bal Blomet
"Alil Vardar - Comment garder son mec" à la Grande Comédie
des reprises :
"Nous qui sommes 100" au Théâtre Les Déchargeurs
"Océanerosemarie - Chatons violents" au Théâtre des Béliers parisiens
et la chronique des autres spectacles de mars

Expositions avec :

"Pissarro - Le premier des Impressionnistes" au Musée Marmottan-Monet
"Balenciaga - L'oeuvre au noir" au Musée Bourdelle

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pourvu qu'on m'aime" de Carlo Zoratti
"Félicité" de Alain Gomis
"Sage Femme" de Martin Provost
Oldies but goodies" avec "Seven" de David Fincher projeté dans le cadre de la rétrospective Darius Khondji à la Cinémathèque française
et les chroniques des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Deux cigarettes dans le noir" de Julien Dufresne-Lamy
"La compagnie des glaces - Tomes 3 et 4" de G.-J. Arnaud
"Le grand combat" de Ta-Nehesi Coates
"Le parfum de l'hellébore" de Cathy Bonidan
et toujours :
"Les filles déchues de Wakewater" de V.H. Leslie
"Les temps de la cruauté" de Gary Victor
"Les insouciants" de Peter Behrens

Froggeek's Delight :

Festival Trolls & Légendes #7 du 14 au 16 avril à Mons
et toujours :
Les MMO Free to play en 2017 - Eve Online - Black Desert Online - Revelation Online - Tera
Edition limitée de Life is Strange
sur PS4, Xbox One et PC
Retour sur la Nintendo Switch, un test complet très prochainement

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=