Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Qui a peur de Virginia Woolf ?
Théâtre de l'Oeuvre  (Paris)  janvier 2016

Comédie dramatique de Edward Albee, mise en scène de Alain Françon, avec Dominique Valadié, Wladimir Yordanoff, Julia Faure et Pierre-François Garel.

Voilà une pépite, une réussite absolue, un grand moment de théâtre que "Qui a peur de Virginia Woolf ?" mis en scène par Alain Françon et interprété par un excellent quatuor.

Ecrite par par le dramaturge américain Edward Albee, cette pièce emblématique du théâtre moderne au titre en forme de "private joke", qui substitue la romancière anglaise au grand méchant loup dans la chanson-titre des trois petits cochons, constitue une formidable machine à jouer, dès lors qu'elle repose sur le jeu entendu de manière polysémique.

De plus, ce huis-clos aux allures de "murder party" offre aux comédiens une magistrale partition déclinée sous forme de mémorables échanges d'invectives.

Dans cet opus inscrit dans le théâtre de l'intime, Edward Albee décline la topique du pandémonium conjugal dans lequel au jeu de massacre érigé en rituel, la fameuse danse de mort strindbergienne, qui assure une fonction de compensation, est adjoint un jeu de la vérité qui nécessite la présence d'un auditoire, un couple miroir qui, pris à partie, va passer de simple témoin à cible dédiée.

Par ailleurs, il comporte également une satire sociale virulente en raison de son fort ancrage tant spatio-temporel que sociétal, les Etats Unis du début des années 1960, ceux de JFK et de l'American way of life, et le microcosme élitiste universitaire ce qui, toutefois n'affecte pas l'intemporalité de sa thématique centrale.

Ainsi, un couple de cinquantenaires, George, professeur d'histoire, et Martha, son épouse et fille du président de l'université, reçoit, sous couvert de convivialité, un jeune professeur de biologie récemment engagé et son épouse. Le vide existentiel, le ressassement du passé, minés par une succession d'échecs, échec amoureux et sexuel, mariage stérile, absence de promotion sociale, qui les exclut de la norme en vigueur, et l'incapacité de se projeter dans l'avenir les figent dans un immobilisme angoissant et à de fortes tensions entre les pulsions de vie et de mort.

Pour un tel opus, le cadre semble secondaire mais le choix d'une scénographie hopperienne avec le décor minimaliste et impersonnel de Jacques Gabel, un vestibule dépersonnalisé avec une moquette rouge élimée, un canapé chesterfield noir et un escalier latéralisés à l'extrémité du plateau et les lumières tranchantes de Joël Hourbeigt, s'avère judicieux pour répondre à son réalisme illusionniste.

La mise en scène de Alain Françon consiste uniquement, ce qui n'est toutefois pas une mince affaire, à encadrer subtilement ce gigantesque et malestromique affrontement pour garder le cap et un train d'enfer sans qu'il ne s'égare ni ne vacille. Et ce parce que la distribution est émérite.

Pour camper le jeune couple idéal déjà initiés aux jeux de pouvoir, Pierre-François Garel et Julia Faure. Formé à une bonne école, il a suivi l'enseignement de Dominique Valadié au CNSAD, Pierre-François Garel, un des plus talentueux de sa promotion et vu récemment dans des registres aussi différents que celui de "La dernière idole" de Hélène François et Emilie Vandenameele et de "La demande d'emploi" de Michel Vinaver, est parfait.

Avec un jeu assuré, il campe efficacement le jeune professeur ambitieux et carriériste, arroseur arrosé piégé par la fausse ingénuité d'une Martha en herbe interprétée avec justesse par Julia Faure, issue de la même promotion.

Au sommet de leur maturité et de leur art, Dominique Valadié et Wladimir Yordanoff sont époustouflants non seulement parce qu'ils ne versent jamais dans le numéro d'acteur mais parce qu'ils livrent la substantifique moëlle textuelle et sculptent mot à mot tant la monstruosité que la fragilité de leur personnage pétri dans la douloureuse pâte humaine.

Dans sa petite robe noire et avec son carré crêpé à la Jackie kenndey, naviguant entre baby doll à l'Oedipe non résolu, desesperate housewife et stéréotype de la femme américaine castratrice, Dominique Valadié est magistrale dans le rôle de bourreau polymorphe qui plante ses banderilles (auto)destructrices avec une implacable détermination.

Wladimir Yordanoff manifeste le même talent pour incarner l'homme humilié, impuissant, incapable de tenir ses promesses tant comme figure masculine substitut paternel, mais qui excelle dans la manipulation et qui, comme dans tout duo sado-masochiste, est le soumis qui dicte les règles du jeu d'autant qu'il excelle dans la manipulation psychologique.

Donc, à voir absolument.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=