Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alex Nevsky
Himalaya mon amour  (Audiogram / Zamora / L'Autre Distribution)  septembre 2015

Alors voilà, je plaide coupable, j’aurais dû faire cette chronique il y a un moment puisque cet album est sorti il y a déjà deux ans au Québec et il y a 4 mois en France. Et oui, je vais vous parler d’un artiste québécois. Autant vous dire que vous avez une chance inouïe que cette chronique soit écrite et non orale, vous allez échapper à mon incroyable imitation de l’accent québécois. Et quitte à éviter cet inévitable écueil, je vous ferai même grâce des expressions fleuries qui font le charme du français de la belle province.

Si, comme moi, vous êtes français et n’avez jamais entendu parler d’Alex Nevsky, sachez qu’il a grandi à Granby (je me suis engagé à ne pas singer le québécois, j’ai quand même le droit de m’amuser un peu), ville qui accueille l’Ecole Nationale de la Chanson, école sur les bancs de laquelle notre héros a donc usé ses fonds de culottes (et dont il est sorti par la grande porte, son diplôme sous le bras). Et si, comme moi, vous n’avez que faire du cursus scolaire d’un artiste, appuyez donc sur la touche "play".

Play >

Chanson pop française teintée de rock. Chronique finie.

Malheureusement, le comité de rédaction de Froggy’s Delight me fait savoir que je ne peux pas me contenter de ça et que, contrairement à une idée véhiculée par certains chroniqueurs, les pages web n’ont pas de limite de taille. Allons donc plus loin.

Himalaya mon amour est probablement une référence cinématographique. On va sûrement y parler d’amour mais assez peu du Japon. D’ailleurs, la pochette (très belle) évoque plus les plaisirs charnels que le petit garçon qui a ravagé une ville entière et mis à genoux un pays. Mais les chansons, elles disent quoi ?

Les mélodies restent dans la tête dès la première écoute. Les mots sont simples, au point que ceux du titre éponyme qui ouvre cet album s’affichent dans ma tête avant d’avoir été prononcé par leur auteur. Mais il ne faut pas s’arrêter à cette première impression, elle ne va pas durer. Alex Nevsky écrit des chansons pop de bonne facture. Il se situe sur une sorte de frontière entre la chanson grand public et un courant plus underground, et essaie de marcher sur ce fil ténu sans tomber. Le québécois sait y faire et arrive à placer quelques tubes efficaces sans pour autant se limiter au vocabulaire d’une poupée de supermarché, exercice délicat. Il joue avec les mots et allie le français à des mélodies puisant leur inspiration aussi bien dans une pop un peu sucrée que dans la musique folk des grands espaces. Ce qui donne deux parties bien différentes et différenciées.

La première est plus pop, entraînante, pleine d’effets de voix, choeurs et "Oh-oh-oh" qui meublent les chansons de ce type. Puis on bascule en quelques titres vers une deuxième partie plus sobre, guitare-voix, piano-voix, belles ballades sensibles qui n’oublient tout de même pas de prendre de l’ampleur. Choix étonnant. Là où un mélange des genres aurait permis de donner du relief au disque, cet enchaînement laisse à l’auditeur une sensation d’essoufflement progressif.

[] Stop

Que penser ? Que dire ? Fifty-fifty, mi-figue mi-raisin. A ne pas vouloir tomber dans le mainstream sans pour autant s’engager sur des chemins plus sinueux, Alex Nevsky nous laisse un peu sur notre faim. Mais il tire tout de même son épingle du jeu grâce à l’efficacité de son écriture aussi bien littéraire que mélodique. Bref, ça fait la job, comme on dit là-bas.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Alex Nevsky en concert au Festival international de la chanson de Granby 2014 (46ème édition) - jeudi 11 septembre
Alex Nevsky en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)

En savoir plus :
Le site officiel de Alex Nevsky
Le Facebook de Alex Nevsky


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=