Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Polyeucte
Théâtre des Abbesses  (Paris)  février 2016

Tragédie de Corneille, mise en scène de Brigitte Jaques-Wajeman, avec Pascal Bekkar, Pauline Bolcatto, Clément Bresson, Timothée Lepeltier, Aurore Paris, Marc Siemiatycki et Bertrand Suarez-Pazos.

Brigitte Jaques-Wajeman et encore, et toujours, Corneille. Après sa pentalogie relative au théâtre colonial de Corneille regroupant les tragédies héroïques "Sertorius", "Nicomède," "Surena", "Sophonisbe" et "Pompée", elle met en scène "Polyeucte".

Une tragédie qualifiée "sacrée", ambivalente sinon ambigüe, que l'auteur dédiait à la Reine régente comme "offrant un portrait des vertus chrétiennes, dont l'amour et la gloire de Dieu formassent ses plus beaux traits".

Ce qui ne manque pas de laisser sceptique dès lors que lesdites vertus consistent à abandonner son épouse et détruire les idoles des religions polythéistes au nom d'une foi absolue et intolérante pour accéder au martyr, actions au demeurant condamnées par l'Eglise.

En effet, quasi simultanément, Polyeucte épouse la femme aimée, a la révélation divine, et apprend l'arrivée d'un rival. Le jour de son baptême il se livre à des exactions sur des idoles afin de sacrifier son bonheur terrestre et sa vie à son Dieu.

En l'espèce, le dilemme "cornélien" ne réside plus dans l'incompatibilité entre l'amour et le devoir, équivalent du patriotisme, mais entre l'amour et la foi, et, au regard d'une certaine analyse, le devoir et la religion ne constituent que deux modalités pour atteindre un même but d'épanouissement narcissique, celui d'accéder à la gloire. De quoi alimenter le débat sur la dialectique du héros.

Aux termes de sa note d'intention, Brigitte Jaques-Wajeman indique avoir monté cette pièce pour sa résonance avec l'actualité contemporaine liée au fanatisme et au terrorisme religieux - la destruction des monuments et oeuvres d'art et le désir de mort des terroristes kamikazes lié au martyr de la foi propre à assurer un bonheur infini - ce qui l'a incité à aménager le dénouement original en insérant des extraits de "L'Antéchrist" de Friedrich Nietzsche sur la folie de croire que la vérité se prouve avec du sang.

Ce parallèle prête à discussion car la pièce ne traite pas d'un conflit religieux mais d'un conflit intérieur lié, de surcroît, à une tragédie amoureuse qui n'est certes pas subsidiaire et que Polyeucte, n'agissant pas dans le cadre d'une action concertée mais d'une "initiative" personnelle, ne commet pas d'assassinats aveugles et n'est que sa seule victime.

Cela étant, la déduction des motivations profondes du héros sont laissées à l'appréciation du spectateur a qui est donnée l'occasion de découvrir une pièce rarement représentée dont notamment à la Comédie française.

Bénéficiant de la rigoureuse direction d'acteur de Brigitte Jaques-Wajeman qui, maîtrisant la déclamation de l'alexandrin, fait entendre le texte de manière compréhensible, la partition est dispensée dans une scénographie tout aussi écrasante qu'anachronique de Emmanuel Pedduzi avec pour élément essentiel une monumentale et monolithique porte séparant l'espace privé, illustré par le lit des amants, et un espace public vide.

L'interprétation s'avère inégale. Si Pascal Bekkar, Marc Siemiatycki et Bertrand Suarez-Pazos, respectivement dans les rôles de l'ami de Polyeucte, du père de son épouse et du héros mélancolique sont parfaits, Clément Bresson peine à convaincre dans le rôle-titre et Aurore Paris, concluant chaque réplique par une sonore aspiration, manque autant de souffle dramatique que de souffle physiologique.

De même pour les seconds rôles dans lesquels Brigitte Jaques-Wajeman distribue deux jeunes comédiens issus du CNSAD. Timothée Lepeltier, prédisposé à l'emploi comique, parvient à susciter quelques esclafements alors que, dans le rôle de la suivante éclipsant la maîtresse, se distingue Pauline Bolcatto déjà remarquée lors des représentations publiques du conservatoire.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 juin 2017 : Summertime

C'est l'été, on a profité de la fête de la musique pour enregistrer une session en live à venir durant l'été ici même, les festivals s'enchainent et nous continuerons tout l'été à suivre l'actualité culturelle. Voici donc sans plus attendre l'édition de la semaine.

Du côté de la musique :

"The machine made us" de Flotation Toy Warning
The Charlatans en interview autour de leur album "Different days"
"Somersault" de Beach Fossils
"Almost !" de Adam and the Madams
"Outside" de An Eagle In Your Mind
"Journey to the mountain of forever" de Binker and Moses
"Tara EP" de Lonny Montem et Guillaume Charret
PuntEBarrieR" de Marco Zappa & Friends
"Aetherlight" de Mt. Wolf
Sam à La Passerelle 2.0
DJ Shadow à l'Elysée Montmartre
et sur Taste Indie, retrouvez les séries de photos complètes ainsi que Oiseaux, le Tempête, le festival Art Rock, Totorro, Requin Chagrin et bien d'autres.
et toujours :
Dead killer story" de Breaking The Wave, Soon She Said nous parle de "The first casualty of love is innocence" dans une longue interview en deux partie. Cliquez ici pour la première, et là pour la seconde,"Ti amo" de Phoenix,"Terre-neuve" de Terre-Neuve,"The Passion of Charlie Parker" par divers artistes ,"Emotional dance" de Andrea Motis,"Witness" de Benjamin Booker,"J'ai embrassé un punk" de Faut Qu'ça Guinche ,Interview de Bologna Violenta (également en italien), Interview de Superbravo pour la sortie de "L'angle vivant". Superbravo également en session pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Logan de Carvalho - Moitié voyageur" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Fêlés" au Théâtre du Marais

"Karine Lyachenko - RebelleS" au Théâtre du Marais
et les chroniques des autres spectacles de juin

Exposition avec :

"Derain, Balthus, Giacometti - Une amitié artistique" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Bonheur Académie" de Alain Della Negra et Kaori Kinoshita
"Ava" de Léa Mysius
Ciné en bref avec :
"Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch
"L'amant d'un jour" de Philippe Garrel
"K.O." de François Ozon
"Les Ex" de Maurice Barthélémy
et les chroniques des autres sorties de juin

Lecture avec :

"Personne ne gagne" de Jack Black
"Pinocchio" de Winshluss
"Le faussaire" de Xu Zechen

Froggeek's Delight :

"Space Invaders, comment Tomohiro Nishikado a donné naissance au jeu vidéo japonais" de Florent Gorges
2017, une année faste pour les jeux vidéo...
3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=