Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Polyeucte
Théâtre des Abbesses  (Paris)  février 2016

Tragédie de Corneille, mise en scène de Brigitte Jaques-Wajeman, avec Pascal Bekkar, Pauline Bolcatto, Clément Bresson, Timothée Lepeltier, Aurore Paris, Marc Siemiatycki et Bertrand Suarez-Pazos.

Brigitte Jaques-Wajeman et encore, et toujours, Corneille. Après sa pentalogie relative au théâtre colonial de Corneille regroupant les tragédies héroïques "Sertorius", "Nicomède," "Surena", "Sophonisbe" et "Pompée", elle met en scène "Polyeucte".

Une tragédie qualifiée "sacrée", ambivalente sinon ambigüe, que l'auteur dédiait à la Reine régente comme "offrant un portrait des vertus chrétiennes, dont l'amour et la gloire de Dieu formassent ses plus beaux traits".

Ce qui ne manque pas de laisser sceptique dès lors que lesdites vertus consistent à abandonner son épouse et détruire les idoles des religions polythéistes au nom d'une foi absolue et intolérante pour accéder au martyr, actions au demeurant condamnées par l'Eglise.

En effet, quasi simultanément, Polyeucte épouse la femme aimée, a la révélation divine, et apprend l'arrivée d'un rival. Le jour de son baptême il se livre à des exactions sur des idoles afin de sacrifier son bonheur terrestre et sa vie à son Dieu.

En l'espèce, le dilemme "cornélien" ne réside plus dans l'incompatibilité entre l'amour et le devoir, équivalent du patriotisme, mais entre l'amour et la foi, et, au regard d'une certaine analyse, le devoir et la religion ne constituent que deux modalités pour atteindre un même but d'épanouissement narcissique, celui d'accéder à la gloire. De quoi alimenter le débat sur la dialectique du héros.

Aux termes de sa note d'intention, Brigitte Jaques-Wajeman indique avoir monté cette pièce pour sa résonance avec l'actualité contemporaine liée au fanatisme et au terrorisme religieux - la destruction des monuments et oeuvres d'art et le désir de mort des terroristes kamikazes lié au martyr de la foi propre à assurer un bonheur infini - ce qui l'a incité à aménager le dénouement original en insérant des extraits de "L'Antéchrist" de Friedrich Nietzsche sur la folie de croire que la vérité se prouve avec du sang.

Ce parallèle prête à discussion car la pièce ne traite pas d'un conflit religieux mais d'un conflit intérieur lié, de surcroît, à une tragédie amoureuse qui n'est certes pas subsidiaire et que Polyeucte, n'agissant pas dans le cadre d'une action concertée mais d'une "initiative" personnelle, ne commet pas d'assassinats aveugles et n'est que sa seule victime.

Cela étant, la déduction des motivations profondes du héros sont laissées à l'appréciation du spectateur a qui est donnée l'occasion de découvrir une pièce rarement représentée dont notamment à la Comédie française.

Bénéficiant de la rigoureuse direction d'acteur de Brigitte Jaques-Wajeman qui, maîtrisant la déclamation de l'alexandrin, fait entendre le texte de manière compréhensible, la partition est dispensée dans une scénographie tout aussi écrasante qu'anachronique de Emmanuel Pedduzi avec pour élément essentiel une monumentale et monolithique porte séparant l'espace privé, illustré par le lit des amants, et un espace public vide.

L'interprétation s'avère inégale. Si Pascal Bekkar, Marc Siemiatycki et Bertrand Suarez-Pazos, respectivement dans les rôles de l'ami de Polyeucte, du père de son épouse et du héros mélancolique sont parfaits, Clément Bresson peine à convaincre dans le rôle-titre et Aurore Paris, concluant chaque réplique par une sonore aspiration, manque autant de souffle dramatique que de souffle physiologique.

De même pour les seconds rôles dans lesquels Brigitte Jaques-Wajeman distribue deux jeunes comédiens issus du CNSAD. Timothée Lepeltier, prédisposé à l'emploi comique, parvient à susciter quelques esclafements alors que, dans le rôle de la suivante éclipsant la maîtresse, se distingue Pauline Bolcatto déjà remarquée lors des représentations publiques du conservatoire.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mars 2017 : GO Johnny GO

Chuck Berry nous a quitté ce week end à 90 ans. La fin d'une époque, sans doute, mais le rock n'est pas encore mort. Quoi qu'il en soit voici notre sélection culturelle hebdomadaire avec notamment un choix éclectique de spectacles :

Du côté de la musique :

"A day for the hunter, a day for the prey" de Leyla McCalla
"My wild west" de Lissie
"Chopin : Late works" de Maurizio Pollini
"Vocello" de Henri Demarquette
"Messages personnels " de Emma Solal
Mustang, Akira Kosemura, Sylvain Fesson, Lonny Montem dans une sélection de single
"Elements" de Zenzile
Rencontre avec Narrow Terence autour de leur nouvel album "Rumble-o-rama" accompagné d'une session live
"Plates coutures" de Matmatah
Mathieu Boogaerts au Grand Mix de Tourcoing
en concert dans le cadre du Festival Les Emancipées à Vannes : Vincent Delerm, Frère Animal (Second Tour) et "La Sieste acoustique de Bastien Lallemant"
et toujours :
"Oh, my Lady" de Da Capo, "Front pop" de French Boutik, "Ors" de Artus, "My friends ar dead" de Bigott, "Free" de Guillaume Perret, "Life will see you now" de Jens Lekman, "No more rainbows" de Nicola Testa, CHVE, Syndrome et Amenra au festival Generiq

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Soudain l'été dernier" au Théâtre national de l'Odéon
"Intra Muros" au Théâtre 13/Jardin
"Ici, il n'y a pas de pourquoi !" au Théâtre Le Lucernaire
"La violence des riches" à la Maison des Métallos
"Mon coeur" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Vibrants" au Théâtre de la Reine Blanche
"Une saison en enfer" au Théâtre Le Lucernaire
"La leçon de photographie" au Théâtre Saint Georges
"Le déni d'Anna" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Aide-mémoire" au Théâtre de Nesle
"Phèdre/Salope" à La Loge
"Sylvie Malys - le Génie du vin" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"La petite renarde rusée" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Made in Paris" au Théâtre Bo Saint-Martin
le compte-rendu de la première édition du Festival Les Emancipées à Vannes
des reprises :
"Moi, Corinne Dadat" au Théâtre de Colline
"Anquetil tout seul" au Studio Hébertot
"Yanowski - La Passe interdite" au Bal Blomet
"La vie privée d'un super-héros" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles de mars

Expositions avec :

"L'Esprit français - Contre-cultures 1969-1989" à la Maison Rouge
"Collection Alicia Koplowicz - De Zurbaran à Rothko" au Musée Jacquemart-André

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"London House" de David Farr
"Fiore" de Claudio Giovannesi
"Fixeur" de Adrian Sitaru
Ciné en bref avec :
"Chez nous" de Lucas Belvaux
"Les figures de l'ombre" de Theodore Melfi
"1:54" de Yan England
"Miss Sloane" de John Madden
"La Confession" de Nicolas Boukrief
"The Lost City of Z" de James Gray
et les chroniques des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Les filles déchues de Wakewater" de V.H. Leslie
"Les temps de la cruauté" de Gary Victor
"Les insouciants" de Peter Behrens

Froggeek's Delight :

Les MMO Free to play en 2017 - Eve Online - Black Desert Online - Revelation Online - Tera
Edition limitée de Life is Strange
sur PS4, Xbox One et PC
Retour sur la Nintendo Switch, un test complet très prochainement

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=